C’était en juillet….

  Il y a de  » petites histoires  » ( anecdotes ) ,historiques mais dont on n’a pratiquement jamais entendu parler , peut-être par ce qu’elles sont moins avouables que d’autres ….Comme , parait- il , le fait que le buste de Hitler a trôné trois fois sur le bureau du perchoir ( estrade réservé au président )  Résultat d’images pour images intérieur assemblée nationale avec '' perchoir '' de l’Assemblée Nationale ( même l’Assemblée nationale le rapporte sur son propre site !) : Selon ce site , le buste Résultat d’images pour buste d'hitler y a trôné trois fois  : La première fois en juillet 1940 , alors que le chef nazi s’exprimait à la radio depuis le palais Bourbon ( redécoré aux couleur du 3 ème Reich pour l’occasion ) , puis par deux fois lors de cérémonies commémoratives qui eurent lieu la même année ( 1940 ) . Ne reste qu’a espérer  que les services de nettoyage du Palais Bourbon ont un bon désinfectant ! 

_________________________________________________________

Bonnus :

Supplice des éléphanteaux…..

….. » à touristes  »!

    Attachés ,brutalisés et maltraités ….Une vidéo dévoilant les sévices infligés à des éléphanteaux destinés à être employés dans l’industrie du tourisme en Thaïlande a été révélée par le groupe britannique de défense des animaux  » World Animal Protection . Pour le vétérinaire de l’ONG Jean Schmidt – Burbach , la technique dite de  » l’écrasement  » , utilisée pour le dressage initial des éléphants dans certains centre du pays est un processus  » intrinsèquement cruel  » 

     » D’abord, les bébés éléphants doivent être séparés de force de leurs mères, raconte le médecin, puis ils sont soumis à un processus d’entraînement intensif. Le but est d’obtenir une domination complète sur l’éléphanteau grâce à un mélange de punition, de contraintes mais aussi de récompenses.  » Pour ce spécialiste de la condition animale, ces pratiques entraînent des  » dommages physiques et psychologiques  », avec comme principal objectif de faire comprendre à l’éléphant que  » désobéir aux humains est douloureux  ».

   Selon le WAP, l’importante demande en promenades à dos d’éléphant ainsi que pour des interactions directes avec l’animal  » comme les baignades et le toilettage  », pousserait les dresseurs à exercer ces sévices. L’organisation en appelle donc au gouvernement thaïlandais et au monde du tourisme afin d’y mettre un terme.  » Il faut que ce soit la dernière génération d’éléphants utilisée pour le tourisme commercial  », insiste Jan Schmidt-Burbach.

Pourquoi y a-t-il un phare sur le beffroi de Lille ?

   Souvenir : Quand je vivais dans le Nord , je  » connaissais  » ce beffroi , et avais vu le phare …Mais ne m’étais jamais posé la question …..

   En fait, il s’agit d’un ancien phare aéronautique servant  » d’amer  » ( repère ) aux pilotes qui naviguaient  » à vue  » de nuit ou par temps de brouillard / brume …..Ancêtre des moyens de navigation ( radionavigation  ) actuels , les phares aéronautiques , employés à partir des années 1920 et jusqu’à la deuxième guerre mondiale , jalonnaient alors les espaces aériens les plus fréquentés . Chaque phare émet un signal morse qui lui était propre ( comme en mer ) et permettant son identification ….

Un rôle devenu symbolique  : 

A Lille , suite à la destruction de l’hôtel de ville dans un incendie , un nouveau beffrois de 105 mètres ; le plus haut beffroi civil d’Europe  fut inauguré en 1932 . A son sommet est installé un phare d’une portée lumineuse de 30 km . Toujours actif aujourd’hui , il n’a plus que le rôle symbolique que souhaitaient lui donner les grands maires  (pas grand – mères  lol ) socialistes de l’entre deux guerre , Delory Illustration.et Salengro  Salengro : Affirmer le rayonnement de la ville sur la région !

 

 

 

 

 

Nestor Burma ….

  Nestor Burma est un détective privé de fiction, créé en 1942 par Léo Malet Afficher l’image source  .  » On peut le considérer comme le premier détective privé de la littérature policière française  ».  » Ce  »Gavroche  » monté en graine (selon l’expression de Boileau-Narcejac Résultat d’images pour Boileau-Narcejac ) entretient d’assez mauvais rapports avec la police officielle, toujours prête à le soupçonner des pires méfaits. Cynique, gouailleur, très désinvolte, il ne connaît pas toujours la réussite, mais ne laisse pas les dames indifférentes ». La plupart de ses aventures ont pour cadre la ville de Paris, notamment dans les romans de la série des Nouveaux Mystères de Paris, dont le titre est un clin d’œil aux Mystères de Paris d’Eugène Sue    et dont l’action se déroule à chaque fois dans un arrondissement différent.

 

   Nestor Burma a de nombreux traits en commun avec son créateur, Léo Malet : il  » a été anarchiste (Brouillard au pont de Tolbiac), prisonnier dans un stalag (120, rue de la Gare) et flâneur dans Paris. Comme Malet, Burma est adepte du calembour et de la contrepèterie, et il aime taquiner les jolies filles  ».

    Le héros est donc bien français et sa singularité s’explique par les événements qui ont marqué son existence, par l’affection ludique qu’il accole aux jeux de mots et par son attitude gouailleuse à l’égard des femmes. Mais c’est également, comme tout héros du roman noir,  » un homme d’action, un dur à cuire, qui n’hésite pas à faire usage, chevaleresquement ou non, de ses poings. Il connaît bien les vies diurnes et nocturnes de la capitale, et quelques milieux  » interlopes  » , profession oblige, tout comme les faits divers criminels qui ont défrayé sa chronique   ». Il a aussi une tête dure, et c’est tant mieux, puisqu’il ne se passe pas une enquête digne de ce nom sans qu’il se fasse matraquer, de préférence sur l’occiput, au point d’être encore un peu sonné à son réveil.   Il suffit d’ajouter  à cela des nerfs d’acier, au demeurant fort utiles quand, comme lui…. Et on est un détective qui a le chic d’avoir découvert au cours de sa carrière une quantité alarmante de cadavres.

Léo Malet :

 

 

Une autre  » face  » de Guy Marchand :

Les paroles : ( Jaime beaucoup ) 

Il est trois heures et demie
Y a plus personne au bar
Tout le monde est parti
T’endors pas, l’ami
J’ai pas fini mon histoire
Celle de ma vie
Le meilleur c’est la fin
J’ te préviens
Et c’est triste comme un blues
Remets m’en un pour mes amours
Et un autre pour la route

Si j’ai mauvaise mine
Remets donc une petite pièce
Dans la machine
Un peu de musique
Ça peut rendre la tristesse
Moins pathétique
Écoute bien c’ que j’ te dis
Dans cette chienne de vie
T’as pas d’ami
Remets m’en un pour mes amours
Et un autre pour la route

J’ suis pas une grosse tête
Mais une espèce de poète
Et y a encore un tas d’ choses
Que j’ t’ai pas dit
Je sais bien, y a pire
Mais je me sens mourir
Quand je pense à elle
Hum, tu vas rigoler
V’là que je sais plus où j’habite
J’ai oublié
Fais-moi l’addition
Merci pour le service
La conversation
C’est comme dans la vie
Quand c’est fini
Faut payer les violons
Remets m’en un pour mes amours
Et un autre pour la route
Cette longue, cette longue, longue route…..

Le  » géocaching » ??

Les chasses au trésor ont toujours excité la curiosité des enfants.( En tous cas , quand j’étais gosse , nous y jouions souvent ) :

  Vidéo chasse au trésor enfant :

    Depuis une vingtaine d’ années ,ce sont des familles entières, et des passionnés de tous les pays, qui peuvent s’adonner à une nouvelle variante de ce jeu, appelée le  »géocaching ».

Le fonctionnement du jeu :

Les participants se munissent d’un GPS spécifique, facile à trouver dans le commerce, ou d’une application, qui leur indiquent leur position et celle des  »caches » à trouver. ( Les points jaunes précisent les caches déjà trouvées et les points verts celles qui restent à découvrir )….

 Les caches abritent des boîtes, qui contiennent de petits objets sans valeur. Il est possible d’en prendre un, à condition d’en placer un autre, de valeur équivalente, dans la boîte.geocache

Les joueurs signalent leurs trouvailles, en mentionnant leur visite sur un petit registre, laissé à l’intérieur de la boîte, ou en la signalant sur un site dédié au jeu.!

Les joueurs peuvent chercher une seule cache ou suivre un itinéraire jalonné de trésors à découvrir. Dans d’autres cas, c’est un ensemble d’informations, géographiques et culturelles, qui permet de repérer le secteur où se trouve la cache.

Un jeu propice à des activités diverses :

    Le géocaching  est un jeu , mais il offre bien des opportunités à ses nombreux adeptes. Celle d’abord de se retrouver en famille ou entre amis. Le jeu devient alors source de convivialité et favorise les interactions sociales.

   Parfois , il devient l’occupation principale des vacances. Certains adeptes, seuls ou en famille, sillonnent ainsi l’Europe, ou même le monde, après avoir fait le tour des caches offertes par leur propre pays.!!!

   Le géocaching devient ainsi un moyen original de découvrir des endroits et des pays que les joueurs n’auraient peut-être jamais connus sans cette originale course au trésor. Le jeu représente enfin une excellente occasion de faire du sport.

   En effet, si la découverte de certaines caches, dissimulées en milieu urbain, ne demande guère d’efforts physiques, d’autres, en revanche, se méritent. Certains trésors ne livrent ainsi leurs secrets qu’à l’issue d’une véritable randonnée, pendant laquelle les joueurs doivent gravir des sentiers pentus ou même escalader une zone de rochers.

pas de réaction , commentaire depuis plus de 5 jours : Commentaires bloqués ( même si les lecteurs éventuels s’en fichent !

marin-francis08@outlook.com

fralurcy085903@gmail.com

Parce que …il en reste quelques uns …

…..chez moi ( Camille joue parfois avec  ) : 

playmobil

    Depuis 1876 , en Bavière , la famille Brandstätter fabrique toutes sortes d’objets métalliques : De petites serrures pour boite à bijoux , Résultat d’images pour boîte à bijoux illustrations des tirelires Afficher l’image source ,des ferrures, des caisses enregistreuses etc…..

  Andreas Brandstätter Résultat d’images pour andreas brandstätter images jpg fonde sa société en 1876. Trente-deux ans plus tard, en 1908, son fils lui succède. L’entreprise s’appelle alors  »Geobra ». Elle déménage en 1921 à Zirndorf.       

     L’année 1952 est un tournant dans l’histoire de la société avec l’arrivée de Horst Brandstätter qui  développe la matière plastique et demande à Hans Beck d’imaginer un nouveau jouet. Un brevet est déposé en 1972 pour la figurine que nous connaissons aujourd’hui. Il faut attendre 1974 pour que la marque Playmobil soit lancée. Le premier Playmobil est né. Plus précisément, ce sont trois personnages qui voient le jour la même année. Ce sont des figurines de 7,5 cm inventées par Hans Beck sur la demande de Horst Brandstätter. Au lancement de la marque Playmobil il y avait trois personnages, les trois premiers : l’indien  , le chevalier  Résultat d’images pour figurine playmobil le chevalier et l’ouvrier  .

    Cependant ,  1974 n’est que le début de la formidable aventure de la marque Playmobil. En effet, il ne suffit pas d’inventer un nouveau jouet, une nouvelle figurine pour que cela fonctionne. Il faut plaire aux enfants et aux parents. Et c’est ce que Playmobil a réussi à faire. Avec la création d’une véritable collection, le groupe réussit à s’implanter durablement en France. Le produit Playmobil est fabriqué en Europe et les informations liées à leur qualité et sécurité sont facilement accessibles.

     Dès le début, les enfants et les parents sont rapidement conquis par ce nouveau jouet en plastique. Devant un tel succès, de nouveaux modèles, thèmes et univers arrivent dans les magasins. Ce sont des personnages qui prennent vie grâce aux jeux des enfants. Les Playmobil sont proposés à partir de l’âge de 4 ans. 

     En 1990, c’est une nouvelle gamme qui est lancée pour les plus jeunes. En effet, dès l’âge de 18 mois et jusqu’à 4 ans, les plus jeunes peuvent à leur tour jouer avec la gamme Playmobil 1.2.3. Le numéro 1.2.3 permet aux parents d’identifier les articles disponibles pour les plus jeunes. Eux aussi vont pouvoir jouer avec les figurines Playmobil. Ces personnages n’ont pas d’accessoires pouvant être avalés mais ils sont tout autant colorés et représentatifs du monde. L’explorateur, les dinosaures, le bateau aux pirates, la maison de vacances ne sont que quelques thèmes parmi les nombreux articles proposés.

    Aujourd’hui , les enfants ont grandi et sont à leur tour devenus parents. Ils se rappellent avec nostalgie les nombreuses heures passées à créer des histoires grâce aux figurines Playmobil. Une  » relation forte  » s’est installée entre d’un côté la marque Playmobil et de l’autre côté les enfants et leurs parents. 

   Les figurines Playmobil ont connu plusieurs évolutions pour devenir ce que nous connaissons aujourd’hui. Par exemple, les mains n’étaient au début pas articulées. Il faudra attendre l’année 1982 pour voir les mains se modifier. Les jouets peuvent alors orienter les accessoires tenus dans leurs mains selon le bon vouloir des enfants. L’âge de la figurine compte aussi : en 1976 les enfants de 5,5 cm rejoignent la collection, tandis que les bébés de 3,5 cm arrivent en 1984. Ces nouveaux personnages ouvrent encore davantage les possibilités de jeux.

La marque Playmobil et la vie de l’enfant

  On peut dire que Playmobil évolue en même temps que le monde évolue. Les jouets se sont adaptés au monde moderne, à la vie, et abordent des thèmes très variés et qui n’auraient pas pu exister dans les toutes premières années de la marque. Le produit Playmobil réussit le pari de créer une collection à partir de thèmes historiques, mais aussi de thèmes quotidiens. la marque  a réussi à se développer en même temps que la société sans oublier le passé :Régulièrement des figurines de l’histoire passée reviennent sur le devant de la scène. La vie quotidienne est aussi largement développée dans les boîtes de jeux. De même que  Lego, Playmobil crée des jeux à imaginer, à rêver, à grandir.

 

   Pour conclure, les jeux sont infinis avec des figurines adaptées à chaque époque, chaque style, chaque univers. Playmobil a réussi à imposer sa figurine de plastique durablement dans les maisons de France et d’ailleurs. Les articles proposés sont à première vue des jeux. Mais Playmobil permet également d’apprendre l’histoire, de comprendre des situations compliquées, de faire parler l’enfant  » via la figurine  ».       Un succès qui ne se dément pas plus de quarante ans après la création de la marque.

 

 

__________________________________

 

 

 

C’était il y a …..

environ 93 ans :

  9 mai 1927 : disparition de l’Oiseau blanc lors de sa traversée de l’Atlantique..Ce jour-là, le journal  »La Presse  » annonce en Une l’exploit de deux aviateurs, Charles Nungesser Résultat d’images pour Charles Nungesseret François Coli Afficher l’image source . Ils ont décollé la veille pour une traversée de l’Atlantique dans le sens France-Amérique. Mais le journal a parlé trop vite. Les deux pionniers de l’aviation ne sont jamais arrivés à New-York : ils ont disparu !

  On ne sait pas vraiment ce qui s’est passé . Nungesser était un pilote chevronné, un héros de la première guerre mondiale. Quant à Coli, il était aussi un pilote expérimenté et avait accompli deux traversées de la Méditerranée. Les deux s’associent au constructeur Levasseur qui conçoit leur avion, nommé  » l’Oiseau blanc  » . Tout est étudié pour ce vol à hauts risques. Aujourd’hui ,ça n’a l’air de rien , mais à l’époque, c’est une prouesse.

Qu’avait de spécial  » l’oiseau blanc  » ?Oiseau-Blanc
    C’est un biplan avec un fuselage  » marin  » . C’est à dire que sa forme offre la possibilité d’amerrir, comme un hydravion. Cette particularité permet en plus de larguer le train d’atterrissage une fois en l’air pour alléger l’appareil et donc le charger davantage en carburant. L’Oiseau blanc décolle le 8 mai du Bourget. Il est aperçu un peu partout : dans le ciel normand, en Irlande… D’autres témoins affirment même l’avoir vu à Terre-Neuve et Long Island.

Seulement l’avion ne se posera jamais, comme c’était prévu, c’est à dire face à la statue de la Liberté, où une foule s’est réunie ce 9 mai 1927. environ 93 ans plus tard, on ignore encore ce qui a pu se passer au juste.( en tout cas, JE n’ai rien trouvé …? ) 

Timbre émis pour le 40ème anniversaire de la tentative de traversée de l'Atlantique par Charles Nungesser et François Coli<= (timbre  émis pour le 40 ème anniversaire de cette tentative de traversée  de l’Atlantique )

Il y eut d’autres pionniers de  » ce genre   », certains y ont laissé la vie
Ils ont beaucoup  contribué au développement de l’aviation. Comme Lindbergh Résultat d’images pour Charles Lindbergh qui relèvera le défi, deux semaines plus tard, avec succès.

    De nos jours, nous avons Bertrand Piccard Résultat d’images pour Bertrand Piccard :

    Bertrand Piccard, né le 1er mars 1958 à Lausanne, est un psychiatre et aéronaute suisse. Il a réussi, avec le pilote britannique Brian Jones, le premier tour du monde en ballon à bord du ballon Breitling Orbiter 3 et a co-développé et co-piloté l’avion solaire Solar Impulse,Résultat d’images pour solar impulse avec lequel il réalise un tour du monde de mars 2015 à juillet 2016.

______________ __________________________________________________

Le Solar Impulse n’est pas le premier avion solaire mais, à ce jour, aucun de ses prédécesseurs avec un pilote à bord n’a réussi à passer une nuit en vol. Par ailleurs, en l’absence de pilote automatique, la conduite de l’appareil nécessite une grande vigilance de la part du pilote, le prototype ne pouvant effectuer un virage avec une inclinaison supérieure à 5°, à cause de sa très grande envergure et de sa faible vitesse. Si tel était le cas, la voilure pourrait décrocher et la situation serait irrécupérable……

 

Le prototype du premier avion, HB-SIA, pèse 1 600 kg pour une envergure de 63,4 m. Dépourvu de cabine pressurisée, il a pour mission de vérifier par l’expérience les hypothèses de travail ainsi que de valider la sélection des technologies et procédés de construction.

    Des capteurs solaires aux hélices, la chaîne de propulsion de Solar Impulse est optimisée pour avoir le rendement le plus élevé possible. Son design a été pensé pour résister aux conditions hostiles que subissent les matériaux et le pilote en haute altitude, en prenant en compte les contraintes de poids aux impératifs de résistance..Solar Impulse est construit autour d’un squelette en matériau composite (fibre de carbone et nid d’abeille en sandwich). La surface inférieure des ailes est revêtue d’un film souple et la surface supérieure est couverte de cellules solaires  »encapsulées  ».

 

À partir de 2012, réalisation d’un deuxième avion, immatriculé HB-SIB. Ce dernier n’a pas de cabine pressurisée mais les pilotes pourront s’allonger complètement et pourront effectuer des missions de longue durée, des traversées sans escale d’un continent et de l’océan Atlantique.

     Le décollage de cet avion pour effectuer un tour du monde a eu lieu    le  d’Abou Dabi. Douze escales ont été effectuées, pour changer de pilote et présenter l’aventure au public ainsi qu’aux autorités politiques et scientifiques. Les durées prévues des étapes étaient  de trois à quatre jours. André Borschberg réalise un vol de cinq jours entre le Japon (Nagoya) et Hawaï 

    Solar Impulse 2 achève avec succès son tour du monde le , en atterrissant à Abou Dabi après un tour du monde de 43 041 km uniquement grâce à l’énergie solaire .

   L’appareil, baptisé SI 2 et immatriculé HB-SIB, reprend les caractéristiques du prototype, avec des dimensions un peu plus grandes, et reste monoplace, et non biplace comme il avait un temps été envisagé.

etc…..lol  » etc  » …parce que je ne trouve rien sur l’avion solaire aujourd’hui ..Vole -t – il ? Combien d’exemplaires ? …….

 

Pourquoi les sismologues se réjouissent du confinement ?

confi sismologues

De très nombreux pays ont adopté des mesures de confinement pour enrayer la propagation de la pandémie de coronavirus , çà tout le monde le sait . Mais ce qu’on sait moins c’est que , parait il : Entre autres effets, ces dispositions ont entraîné une diminution considérable du bruit sismique, améliorant ainsi la précision des mesures effectuées par les sismologues.

La réduction du bruit sismique :

 La croûte terrestre est sujette en permanence à une  » perturbation  »  des ondes de surface responsables de ce que les sismographes nomment le bruit sismique.

Ces vibrations sont provoquées par des phénomènes naturels, comme le vent ou les vagues, mais proviennent aussi, pour une bonne part, de l’activité humaine. Les déplacements des voitures ou des trains, les trépidations des machines contribuent à ce bruit ambiant, qui ne diminue d’ordinaire que durant la nuit ou les périodes de congés scolaires.

 Mais la mise en application des mesures de confinement aurait changé la donne!!! D’après les spécialistes, leur effet est très notable. Certains sismographes ont même enregistré une baisse de 30 à 50% de ce bruit sismique.

Cette diminution du bruit sismique, constatée dans de nombreux pays, a encore augmentée  à la suite des mesures de confinement encore plus strictes prises par certains gouvernements.

Des mesures plus précises…..

Cette réduction d’environ un tiers des vibrations responsables du bruit sismique est une opportunité pour les scientifiques. Elle leur permet, en effet, de détecter des séismes d’une très faible magnitude.

En temps ordinaire, les installations de surface ne parviennent pas à détecter, en raison du bruit sismique, ces phénomènes sismiques de faible ampleur. Aujourd’hui, l’atténuation des vibrations, consécutive aux mesures de confinement, rend ces instruments aussi efficaces que les stations sismiques souterraines.

Jusque là, ces détecteurs , stations sismiques, installés en sous-sol étaient moins sensibles au bruit sismique et, de ce fait, enregistraient des données plus précises.

Cette atmosphère plus silencieuse devrait également permettre aux sismologues d’affiner leurs mesures. Ainsi, ils pourraient être capables de mieux localiser les zones exposées à des risques de répliques sismiques.

Cette plus grande sensibilité des détecteurs devrait aussi permettre l’avancement d’autres recherches scientifiques. Les chercheurs pourraient ainsi en profiter pour mieux comprendre les phénomènes impliqués par le déferlement et la vitesse des vagues océaniques.

Il y a environ …

119 ans :

Pour financer sa retraite , une américaine descend les chutes du Niagara dans un tonneau !

 

   Annie Edson Taylor était une institutrice américaine qui, à son 63e anniversaire, le 24 octobre 1901, est devenue la première personne à survivre à un voyage au-dessus des chutes du Niagara dans un tonneau. Ses motivations étaient financières, mais elle n’a jamais fait beaucoup d’argent de son aventure.

   Annie Edson Taylor est née le 24 octobre 1838 à Auburn, New York. Elle était l’un des huit enfants de Merrick Edson et de Lucretia Waring ; son père possédait un moulin à farine et est décédé quand elle avait 12 ans, laissant suffisamment d’argent pour assurer un confort matériel à sa famille. Elle est devenue institutrice. Au cours de ses études, elle a rencontré David Taylor. Ils se sont mariés et ont eu un fils, mort en bas âge. David est passé de vie à trépas peu de temps après. Veuve, elle a enchaîné les petits emplois, là où ils se présentaient.

   Finalement, elle s’est retrouvée à Bay City, au Michigan, où elle espérait devenir professeur de danse. Puisqu’il n’y avait pas d’écoles lui permettant d’exercer son art à Bay City à cette époque, Taylor a ouvert la sienne. Elle a déménagé à Sault Ste. Marie en 1900 pour enseigner la musique. De là, elle s’est rendue à San Antonio, au Texas, puis elle et un ami sont allés à Mexico pour trouver du travail. En vain, elle est retournée à Bay City.

   Désirant assurer financièrement ses dernières années, elle a décidé qu’elle serait la première personne à franchir les chutes du Niagara dans un tonneau. Taylor a utilisé un tonneau sur mesure pour son voyage, construit en chêne et en fer et rembourré avec un matelas. Plusieurs retards se sont produits dans le lancement du baril, notamment parce que personne ne voulait financer un suicide potentiel.     Deux jours avant la propre tentative de Taylor, un chat domestique a été envoyé au-dessus des chutes Horseshoe dans son baril pour tester sa force et pour voir si le baril se briserait ou non. Contrairement aux rumeurs de l’époque, il a survécu au plongeon et dix-sept minutes plus tard, après avoir été retrouvée avec une tête qui saigne, a posé avec Taylor sur des photos.

   Le 24 octobre 1901, le baril a été placé sur le côté d’une chaloupe à rames et Taylor est montée avec son oreiller porte-bonheur en forme de cœur. Après avoir vissé le couvercle, des amis ont utilisé une pompe à pneu de vélo pour comprimer l’air dans le canon. Le trou a ensuite été bouché avec un bouchon de liège, et Taylor a été mise à la dérive près de la côte américaine, au sud de Goat Island.

    Les courants du lac Niagara ont transporté le baril au-dessus des chutes canadiennes Horseshoe, qui ont depuis été le site de toutes les cascades de casse-cou à Niagara Falls. Les sauveteurs ont atteint son baril juste après le plongeon. Taylor a été découverte en vie et relativement indemne, à l’exception d’une petite entaille sur la tête. Le voyage lui-même a pris moins de vingt minutes, mais il a fallu un certain temps avant que le baril ne soit réellement ouvert. 

    Elle a brièvement gagné de l’argent en parlant de son expérience, mais n’a jamais été en mesure de créer beaucoup de richesse. Elle a écrit un mémoire et est retournée à Niagara Falls pour le vendre. Son directeur, Frank M. Russell, s’est enfui avec son baril, et la plupart de ses économies ont été utilisées pour des détectives privés embauchés pour le trouver. Il a finalement été localisé à Chicago, pour disparaître définitivement quelque temps plus tard.

   Elle a passé ses dernières années à poser pour des photos avec des touristes à son stand de souvenirs, essayant de gagner de l’argent à la Bourse de New York, évoquant brièvement un deuxième plongeon sur les cataractes en 1906, tentant d’écrire un roman, reconstruisant son aventure de 1901 dans un film, travaillant comme clairvoyante et fournissant des traitements thérapeutiques magnétiques aux résidents locaux.

   Taylor est décédée le 29 avril 1921, à l’âge de 82 ans, à l’infirmerie du comté de Niagara à Lockport, New York, et a été enterrée à côté du casse-cou né en Angleterre Carlisle D. Graham dans la section Stunter Rest  du cimetière Oakwood à Niagara Falls, New York. Ses funérailles ont eu lieu le 5 mai 1921. Elle a attribué sa mauvaise santé et sa quasi-cécité à son voyage au cours des chutes.