la langue française…..

….ses petits secrets…?

Ce serait une pacte signé au IX siècle qui officialisa sa naissance .Mais ses racines  sont plus anciennes . 7 secret de la  » riche épopée  » de notre langue .

    On parle encore (un peu) gaulois ?

Les Gaulois connaissaient l’écriture… mais pour eux elle était vulgaire. Les arts nobles étaient la mémoire et l’éloquence et ils répugnaient à écrire.

    C’est pourquoi leur langue s’est en grande partie perdue après la conquête romaine, au profit du latin, qui donnera naissance au français. Alors, les Gaulois ne nous ont-ils vraiment rien laissé ? Si, mais seulement 200 mots, dont alouette, braguette, if et charrue.   C’est tout ? Non, ils nous ont aussi transmis 900 noms de lieux : Brive vient du gaulois briua (pont, passage à gué), le Doubs de  » dubis  » (noir), le Rhin de  » reino  » (flot) et Paris de la tribu des Parisii. Seuls quelques inscriptions votives et noms gravés sur des poteries ont été retrouvés, mais trop peu pour que les linguistes puissent restituer cette langue. On sait cependant qu’elle appartenait à la famille celtique, comme le breton ou l’irlandais. ( Orphelins du gaulois, nous pouvons nous consoler avec Astérix , dont le nom comprend le suffixe  » rix  » (roi, chef), celui-là même que portait Vercingétorix  )lol .

 

  La langue française  la plus germanique des langues romanes ?

Bourg, grappin, framboise, braconner ou trépigner sont quelques-uns des mots d’origine germanique dont notre langue est truffée.

   Pourtant, le français est, comme l’italien, l’espagnol ou le portugais, l’une des nombreuses langues romanes nées du latin sur les vestiges de l’Empire romain d’Occident. Il s’en distingue toutefois par la forte influence qu’ont eu sur lui les langues germaniques des tribus  » barbares  » fondues dans le creuset gallo-romain, parmi lesquelles les Francs et leur roi Clovis. Influence toujours perceptible dans notre parler quotidien. Pourquoi dit-on  » les hommes  » en faisant la liaison et  » les hameaux  » sans liaison ? Car le mot  » homme  » est issu du latin homo, dont le H ne se prononçait plus dès l’époque de Cicéron, alors que le  » hameau  », d’origine germanique, faisait bien entendre sa consonne H dans le français d’autrefois. Même chose  pour  » hutte  »,  » hache  » et bien d’autres mots.        Cette empreinte subsiste aussi dans l’ordre grammatical des noms de lieux, même d’origine romane. Ainsi, au nord de la Loire, beaucoup de communes, comme Francheville, portent un nom composé d’un adjectif placé en tête sur un mode germanique, tandis que plus on va vers le sud, plus ces noms obéissent à un ordre roman : l’adjectif vient après le nom, comme dans Villefranche.

Les Germains ne sont pas les seuls à avoir influencé le français. Au fil des âges, notre langue n’a cessé d’emprunter à ses voisins. Ainsi le caleçon est italien, la pintade portugaise, le boulevard néerlandais et les nouilles allemandes. Moins terre à terre, le grec nous a transmis de nombreux termes savants, scientifiques et médicaux, comme la philosophie, l’iode ou encore l’oto-rhino-laryngologiste apparu en 1913.

   La langue française règne à la cour d’Angleterre avant la guerre de Cent Ans….

  Si notre langue subit aujourd’hui l’invasion du franglais, elle fut un temps la langue officielle de l’Angleterre.!! En 1066, Guillaume le Conquérant, duc de Normandie, conquiert l’Albion et y impose le français. Pendant près de trois siècles, il est la langue du pouvoir et de la cour. Il se répand dans les villes, reléguant à la campagne les parlers anglo-saxons. C’est ainsi qu’aujourd’hui les Anglais mangent, en toute noblesse, de la viande de pork (porc) de beef (bœuf) ou de mutton (mouton), tandis qu’à la ferme les mêmes animaux se nomment respectivement pig, ox et sheep, vocables d’origine anglo-saxonne. La langue de William Shakespeare compte toujours une bonne moitié de mots venant du français. Cette influence s’est toutefois limitée au lexique et n’a pas modifié les structures, la grammaire ni le système phonétique du vieil anglais.

    » L’acte de naissance  » du français date du 14 février 842

    »Pro Deo amur et pro christian poblo et nostro commun salvament, d’ist di in avant, in quant Deus savir et podir me dunat, si salvarai eo cist meon fradre Karlo…  » (Pour l’amour de Dieu et pour le salut du peuple chrétien et notre salut commun, de ce jour en avant, autant que Dieu m’en donnera le savoir et le pouvoir, je défendrai mon frère Charles…) Ce n’est plus du latin et c’est déjà du français. Cet extrait des Serments de Strasbourg est la plus ancienne trace écrite de notre langue. Cet acte fut rédigé en 842 par deux petits-fils de Charlemagne, Charles II le Chauve et Louis le Germanique, qui scellaient une alliance contre leur frère aîné Lothaire Ier. Louis le Germanique y prête serment en langue romane française, et non en latin, car il veut être certain d’être compris des soldats de Charles le Chauve. Certes, le français n’est pas né ce jour-là mais, les documents faisant défaut, l’Histoire retient 842 comme date de naissance officielle.

   L’orthographe française est trop compliquée ? La faute aux imprimeurs !?

   Au Moyen Age, notre orthographe était plutôt simple : on écrivait presque comme on parlait. Mais, avec l’évolution de la prononciation au fil du temps, des mots différents avaient fini par se ressembler à l’oral. Ainsi vin, vint et vingt s’écrivaient de la même manière   » uin  ». Pour éviter les confusions, on y ajouta des consonnes conformes à leur étymologie latine.

   D’où la graphie de vingt, plus proche du latin viginti. C’est ainsi que les mots français ont commencé à comporter des lettres qui ne se prononçaient pas.  » Il y avait aussi et surtout un désir et une nécessité d’améliorer la lisibilité  », précise la linguiste Henriette Walter, auteure de L’Aventure des langues en Occident . Un H fut ajouté à uile pour faire huile et le distinguer de uile (ville) qui était alors identique graphiquement. Car la lettre V n’apparut en France qu’au XVIe siècle, créée par les imprimeurs. Dans la foulée, ils inventèrent le J distinct du I, le Z distinct du S, le Ç, et l’accent circonflexe, qui permettait d’économiser le caractère S. Quant au dernier-né, le W, il ne fit son entrée dans le Dictionnaire de l’Académie française qu’en 1878

   Le français fut longtemps boudé dans les campagnes

 En 1794, l’abbé GrégoireRésultat d’images pour Henri Grégoire déplore que le français ne soit parlé que dans une quinzaine de départements :  » On peut assurer sans exagérer qu’au moins six millions de Français, surtout dans les campagnes, ignorent la langue nationale ,que le nombre de ceux qui la parlent n’excède pas trois millions, et que le nombre de ceux qui l’écrivent est encore moindre.  » C’est bien peu pour les 28 millions de Français de l’époque !

 Au XVIIIe siècle, le royaume est une mosaïque de parlers. On s’entend d’un village à l’autre, d’une vallée à l’autre, car les différences sont minimes, mais si l’on fait un saut de 100 km, on se comprend mal ou plus du tout. Affublées du terme peu flatteur de  » patois  », ces variations sont, en réalité, celles de langues régionales qui n’ont pas connu le succès du parler d’Île-de-France, la langue du roi qui est une composante des langues d’oïl, par opposition aux langues d’oc parlée dans le Sud. Mais alors, comment faisaient les Français pour se comprendre ? Ils parlaient deux, voire trois langues ou plus, en fonction de leur métier ou de leur région. Nos ancêtres étaient polyglottes et beaucoup le sont restés jusqu’à l’aube du XXe siècle.

Le français est la langue des diplomates du XIXe siècle

    »Le français nomme d’abord le sujet du discours, ensuite le verbe qui est l’action, et enfin l’objet de cette action : voilà la logique naturelle à tous les homme  », écrivait en 1784 Antoine de Rivarol Résultat d’images pour antoine de rivaroldans son Discours sur l’universalité de la langue française. Un peu plus loin, l’écrivain se réjouit de l’admirable clarté de notre langue :  » Ce qui n’est pas clair n’est pas français ; ce qui n’est pas clair est encore anglais, italien, grec ou latin. Sûre, sociale, raisonnable, ce n’est plus la langue française, c’est la langue humaine.  » Les faits semblent donner raison à l’enthousiaste Rivarol : depuis le XVIIe siècle, le français s’est substitué au latin dans les traités internationaux et il est parlé dans toutes les cours d’Europe.! Catherine II de Russie l’impose à son Académie ; Frédéric II de Prusse le tient pour supérieur à l’allemand. Tant et si bien qu’au XIXe siècle il sera la langue de travail des diplomates européens et même ottomans. Et deviendra même, en 1908, langue officielle des Jeux olympiques modernes ,aux côtés de l’anglais. Mais est-ce vraiment le génie du français qui l’a imposé ? Pour les linguistes, aucune langue ne surpasse une autre. Seul compte ce qu’en font ses locuteurs

La fête des pères ….

l’origine moderne de la fête des pères :L'origine de la Fête des Pères remonte au XX siècle et s'inspire de l'histoire de Sonora Louise Smart Dodd et de son papa William Jackson Smart.

L’origine la plus connue de la Fête des Pères moderne remonte au XXème siècle. Tout commence aux États-Unis, véritable berceau des fêtes populaires comme nous les connaissons aujourd’hui. C’est l’histoire de la famille Smart Dodd et le dévouement particulier de la jeune Sonora qui va influencer sur l’instauration d’une Fête nationale qui sera officialisée comme célébration nationale par le président Richard Nixon Résultat d’images pour Richard Nixonen 1972.

Sonora Louise Smart : celle qui a inspiré la Fête des Pères

C’est en 1842 à Jenny Lind, dans le comté de Sebastian (Arkansas) que née Sonora Louise SmartRésultat d’images pour sonora louise smart , de William Jackson Smart et de sa femme Ellen Victoria Chee Smart. Fermier, William Smart a également était officier et a servi pendant la guerre civile.   En 1919, Sonora n’a que que 16 ans quand sa maman meurt en donnant vie à Marshall : son dernier enfant et le plus jeune frère de Sonora. A partir de cette date, elle s’investie dans l’éducation de ses plus jeunes frères aux côtés de son père William qui doit assumer la ferme familiale.

   Sonora Louise Smart tenait son père en grande estime. Un jour, elle se rend à l’Église et entend un prêche dédié à la Fête des Mères, nouvellement instaurée aux États-Unis. À partir de cette date, elle décide de militer pour que la paternité obtienne à son tour cette reconnaissance.  

  Elle contacte alors l’Alliance ministérielle de Spokane : une ville proche de la ville de résidence de la famille, située entre Washington, Creston et Wilbur.  Elle leur suggère d’instaurer un  » jour d’honneur pour les pères  » et propose la date du 05 juin, date d’anniversaire de son père.

   19 juin 1910 : première célébration de la Fête des Pères à Spokane, Washington.

L’alliance choisira finalement le dernier dimanche de juin pour célébrer les papas. La première célébration de la Fête des Pères aura donc lieu en 1910 à Spokane. Au fil du temps, cette idée va devenir de plus en plus populaire et se répandre dans tout le pays. En 1916, la ville recevra même un télégraphe du président Woodrow Wilson pour louer l’idée de cette célébration.

1966 :  Proclamation de la Fête des Pères

     Il faudra attendre 1966 et l’arrivée à la présidence de Lyndon B. JohnsonRésultat d’images pour Lyndon B. Johnson pour que le gouvernement proclame officiellement la date de la Fête des Pères et l’instaure dans le calendrier américain.

1972 : institution officielle et permanente de la Fête des Pères

 En 1972, le président Nixon va encore plus loin et institue la Fête des Pères comme une célébration nationale officielle et permanente. Sonora Louise Dodd sera honorée en 1974 à l’Exposition universelle de Spokane. Elle mourra quatre ans plus tard à l’âge de 94 ans.

   Les origines chrétiennes ? de la Fête des Pères…

Depuis le Moyen-âge, la Fête des Pères est célébrée dans les familles catholiques le 19 mars. Cette date correspond au jour de la Saint Joseph, considéré comme le père  » adoptif présumé  » de Jésus. Le culte rendu à Joseph s’est développé dès le 5e siècle dans certains monastères. Cette date apparaît pour la première fois en l’an 800 ans dans des texte Égyptiens qui mettent en avant Joseph comme l’époux de Marie.

Au fil du temps , Joseph va non seulement être reconnu comme l’époux de Marie mais aussi comme  » le père nourricier  »de Jésus Christ. Le culte autour de la Fête des Pères chrétienne va se développer entre le XIVème et le XVème siècle. En 1479, le pape Sixte IV va introduire la Fête du 19 mars. La commémoration va rester occasionnelle est disparate jusqu’en 1621 ou le pape Grégoire XV instaure un décret et en fait une fête de précepte chômée pour l’Église universelle.

Il faudra attendre le XIXème siècle et la « dévotion à Saint Joseph » pour que le culte devienne universel. le pape Pie IX transfère alors la date au troisième dimanche après Pâques et en fait la Fête du patronage de Saint Joseph. Le grand silencieux de la bible devient alors le patron de l’Église universelle. Le pape Pie X va transférer à nouveau cette fête au mercredi précédent.

La date du 19 mars est néanmoins conservé au Portugal, en Italie, en Espagne ou encore dans les Pays d’Amérique latine. Il en découlera différentes traditions qui varient de pays en pays.

pffffffffffffff!

Le saviez-vous ?

    La rose symbolise la fête des pères. Il est d’usage de porter ou d’offrir des roses rouges pour un père qui est vivant et de porter des roses blanches s’il est décédé.

 

C’était ce dimanche….

    La fête des mères …..Malheureusement , pour moi , mamanfamille étant décédée il y a exactement 3 mois, pas d’appel ni de cadeau …..

     J’ai tout de même en envie de chercher l’origine de cette fête ( devenue commerciale ) ….

L’explication la plus courante est que Pétain fut à l’origine de cette fête : 

Le Maréchal Pétain, 25 mai 1941 : ( discours )

   »  La France célèbre aujourd’hui la famille. Elle se doit d’honorer d’abord les mères.

   Depuis dix mois, je convie les Français à s’arracher aux mirages d’une civilisation matérialiste. Je leur ai montré les dangers de l’individualisme. Je les ai invités à prendre leur point d’appui sur les institutions naturelles et morales auxquelles est lié notre destin d’homme et de Français.

   La famille, cellule initiale de la société, nous offre la meilleure garantie de relèvement. Un pays stérile est un pays mortellement atteint dans son existence. Pour que la France vive, il lui faut d’abord des foyers.

   Le foyer, c’est la maison où l’on se réunit, c’est le refuge où les affections se fortifient. C’est cette communauté spirituelle qui sauve l’homme de l’égoïsme et lui apprend à s’oublier pour se donner à ceux qui l’entourent.

   Maîtresse du foyer, la mère, par son affection, par son tact, par sa patience, confère à la vie de chaque jour sa quiétude et sa douceur. Par la générosité de son cœur, elle fait rayonner autour d’elle l’amour qui permet d’accepter les plus rudes épreuves avec un courage inébranlable.

     Mères de notre pays de France, votre tâche est la plus rude. Elle est aussi la plus belle.

    Vous êtes, avant l’État, les dispensatrices de l’éducation. Vous seules savez donner à tous ce goût du travail, ce sens de la discipline, de la modestie, du respect qui fait les hommes sains et les peuples forts. Vous êtes les inspiratrices de notre civilisation chrétienne.

   Et voici qu’aujourd’hui dans nos deuils, dans nos misères, vous portez la plus lourde croix.

  Mères de France, entendez ce long cri d’amour qui monte vers vous.

   Mères de nos tués, mères de nos prisonniers, mères de nos cités qui donneriez votre vie pour arracher vos enfants à la faim, mères de nos campagnes, qui, seules à la ferme, faites germer les moissons, mères glorieuses, mères angoissées, je vous exprime aujourd’hui toute la reconnaissance de la France. »

 

  Mais, il semblerait que l’origine de la célébration des mères / génitrices , soit beaucoup plus ancienne …..

  La fête des mère serait une pratique bien plus ancienne que ce qu’on pourrait croire , l’origine de la fête des mères. :  Autre hypothèse 

Origines de la fête des mères :

 – Cérémonies printanières datant de la Grèce Antique en l’honneur de Rhéa, la mère des Dieux et de Zeus …Déjà en Grèce antique, les grecs célébraient les mères à l’image de cérémonies qui avaient lieu au printemps afin d’honorer Rhéa (ou Cybèle) la mère des Dieux et donc de Zeus, ces cérémonies prenaient place le 15 mars dans à peu près toute l’Asie mineure.

  – Fêtes religieuses romaines du 1er mars célébrant les matrones.. (mères) le 1er Mars ainsi que Cybèle durant ce qu’on appelle les Hilaria (fête religieuse romaine) .  N.B : depuis l’antiquité les mères étaient associées à la fertilité ce qui explique pourquoi toutes ces célébrations prenaient place durant la saison la plus fertile, le printemps

   – Les premiers chrétiens pourraient avoir vénéré la vierge Marie en copiant les cultes des déesses païennes

   Au XV ème siècle, en Angleterre on commençait à célébrer le  » Mothering Sunday »

    

    En l’honneur de la mère d’Anna Jarvis Résultat d’images pour Anna Jarvis (Anna Marie Jarvis, née le 1er mai 1864 à Webster  et décédée le 24 novembre 1948 à West Chester (Pennsylvanie), est connue pour être à l’origine de la création du jour de la fête des mères aux États-Unis)  et grâce à la volonté de cette dernière, en 1909 les États-Unis créent la fête des mères telle que nous la connaissons.

Origine de la fête des mères en France :

(   Certaines sources émettent le fait que l’idée de la fête des mères ait été eue par Napoléon en 1806, seulement rien ne le prouve ? )

10 juin 1906 à Artas en Isère se célèbre une cérémonie en l’honneur des mères de familles nombreuses a eu lieu.

  -À Lyon en 1918, on célèbre la journée des mères pour rendre hommage aux mères et épouses qui ont perdu leurs fils et maris durant la guerre.

  – En 1920 est créée une fête des mères de familles nombreuses

   – En 1929 une journée des mères est créée par le gouvernement afin d’encourager les naissances !

   – Sous le maréchal Pétain, cette fête atteint son paroxysme

   – Loi du 24 mai 1950, rend officiel le devoir de la république française de rendre hommage aux mères françaises au cours dune journée appelée « Fête des mères ».

     

 

Origine de la fête des mères - Quelle est l'origine de la fête des mères ?
 
   L’origine de la fête des mères remonterait donc à l’antiquité grecque mais il faudra attendre 1909  et Anna Jarvis pour que la tradition prenne la forme que nous lui connaissons …  
pfffffffff! !  nul ce billet ….
   Bonne fêtes à toutes les mamans qui liront ce billet tout de même ….
    » bonus  »

 

    

 

 

Films de Disney , face cachée ?

   Cet après-midi , en faisant un peu de tri / rangement , j’ai retrouvé presque toute la collection des albums/B.D de Disney ( je les donnerais à Camille à l’occasion )…

Là m’est venue l’idée de ce billet sans intérêt ….

_________________________________________________

      Depuis de nombreuses années, Les films Disney font partie de la culture cinématographique de , pratiquement, toutes et tous. Cependant la plupart des longs-métrages sont adaptés de vieilles histoires beaucoup moins féeriques et  » happy end  »  que nos films d’enfance. Entre meurtres, viols et mutilations: Les véritables histoires des films Disney …..?

 

   1). Cendrillon : une pantoufle de verre / vair et beaucoup de sang

     Subissant la mort de son père et maltraitée par sa belle-mère, Cendrillon est obligée de faire toutes les tâches ménagères de la maison, contrairement à ses demi-sœurs: Javotte et Anastasie. Malgré l’interdiction de sa marâtre, elle se rend au bal, donné par le château, et tombe follement amoureuse du prince Cendrillon  . Mais elle doit s’enfuir avant minuit et perd une pantoufle de verre / vair. Pour la retrouver, le prince fait venir des jeunes femmes du monde entier, dans son château, pour trouver chaussure à son pied.  En se rendant chez Cendrillon, il découvre que la pantoufle lui va parfaitement. Ils vivent heureux et eurent beaucoup d’enfants. Une très belle  »happy end  ». Cependant, sortie en 1950, le film n’aurait  pas vraiment suivi la véritable histoire à la lettre de Charles Perrault.

   Publiée en 1697, l’histoire originale est tout autre : Quand le prince arrive chez Cendrillon pour lui faire essayer la pantoufle de verre / vair, la belle-mère ordonne à ses deux filles de se couper l’orteil et le talon avant d’enfiler la chaussure. Mais , une colombe fait remarquer au prince que Anastasie et Javotte saignent énormément dans la pantoufle. Finalement, Cendrillon finit par épouser le prince et les colombes dévorèrent les yeux des deux menteuses. ….

2 ) . Blanche Neige : alors on danse !

Résultat d’images pour blanche - neige images jpg

  Blanche-Neige , le premier film de W.Disney en 1938 n’a aucune défaut à part d’être la plus belle femme du royaume, selon le miroir de la Reine, sa belle-mère. Très jalouse, elle décide de tuer Blanche-Neige en l’empoisonnant avec une pomme. Cependant, grâce au baiser du prince, la jeune femme se réveille et l’épouse. Eh oui encore une belle histoire. Néanmoins , la encore , la version des frères Grimm est tout autre:

     La belle-mère n’a pas essayé de tuer Blanche-Neige une fois mais trois fois : la pendre avec des nœuds de dentelle, lui donner un peigne empoisonné et la tuer avec une pomme empoisonnée. Blanche-Neige ne se réveille pas grâce au baiser du prince mais au moment où les nains trébuchèrent en transportant son cercueil. En tombant, Blanche Neige crache la pomme et ouvre les yeux.

Dans le film Disney, la sorcière  tombe  sur des rochers ( je crois ) mais à l’origine , elle  est torturée : Sur l’ordre du prince, elle doit danser avec des chaussures en fer chauffées à blanc. Elle s’évanouit et meurt.

3 ). Le Bossu de Notre-Dame : la folie de l’amour…

    Orphelin et sonneur des cloches de Notre-Dame, Quasimodo Résultat d’images pour quasimodo images jpgvit seul dans son clocher avec ses amis les gargouilles. Frollo, son maître, le dissuade depuis longtemps de découvrir le monde. Un jour, Quasimodo tombe amoureux d’une gitane, Esméralda, en la regardant danser sur la place. Inspirée du roman de Victor Hugo, la véritable histoire est beaucoup moins joyeux puisqu’Esmeralda est accusé d’avoir tué Phoebus et Quasimodo n’arrive pas à la sauver. Cette dernière est pendue sur la place publique. Après sa mort, Quasimodo se rend sur sa tombe et se laisse mourir. (Vous avez dit happy end ?) lol 

4) La petite sirène : entre jalousie et suicide…..

     Fille du roi Triton, Ariel est une sirèneRésultat d’images pour ''la petite sirène '' illustrations images jpg très curieuse du monde des terriens. Un jour, la jeune femme rencontre le prince Eric dont elle tombe amoureuse. Malgré les interdictions de son père et de ses amis, Polochon et Sébastien, son rêve était de devenir une humaine et elle devient le cobaye de la sorcière Ursula. Cette dernière lui donne des jambes en échange de sa voix  »de cristal  ».

    Dans le conte d’Andersen original , la ressemblance est là, sauf que  la sorcière donne une potion magique à la petite sirène pour qu’elle souffre en marchant. Le prince voulant épouser Ariel ne put pas à cause du roi et dû se marier avec la fille d’un  royaume voisin. En apprenant la nouvelle, la petite sirène tenta de tuer la nouvelle princesse, en vain. Elle décida de se suicider en se jetant à la mer et son corps se transforma en écume. ( Une autre ambiance )…..

5 ). Le Livre de la Jungle : un garçon tueur ..

 Découvert dans la jungle par Baghéera, la panthère, un jeune garçon prénommé Mowgli Résultat d’images pour mowgli images jpgfut élevé par une meute de loups.       Cependant, le tigre Shere -Kahn a pour objectif de tuer l’enfant et ses amis, les loups, décident de mettre l’enfant dans un village. En fait , dans le conte de Rudyard Kipling, l’ambiance est différente et Baloo ne chante pas  » Il en faut peu pour être heureux.  » Après avoir tué Shere Khan, Mowgli apprend que ses parents ne sont pas morts et qu’ils sont séquestrés par les hommes d’un autre village. Pour se venger, il tue tous les habitants avec ses amis et s’enfuit ensuite dans un autre village pour ne pas être retrouvé.  ( On chante moins là ) ?

6) Pinocchio :

Gepetto , un vieux charpentier crée de ses propres mains une marionnette qu’il nomme Pinocchio  Résultat d’images pour images jpg pinocchio. Un jour, une fée donna la vie à ce pantin. Pour devenir un vrai petit garçon, Pinocchio doit être parfait et est aidé par Jiminy, le criquetRésultat d’images pour jiminy, le criquet images jpg . Le pantin de bois a pour châtiment d’avoir le nez qui grandit lorsqu’il ment. En rencontrant, Gédéon et Grand Coquin, un chat et un renard, Pinocchio ne respecte pas toutes les consignes de la bonne fée et se retrouve dans des aventures farfelues. Ici la fin se termine bien, le véritable conte est tout autre. Tout d’abord, Pinocchio n’est pas du tout gentil et n’hésite pas à faire tourner en bourrique Gepetto. Il écrasera même le criquet lorsque ce dernier lui fera la morale. Torturé, Pinocchio sera ligoté la tête en bas à une branche d’arbre et mourra dans d’atroces souffrances, tout en étant balancé par un vent violent……

7 ) La Belle et la bête :   Proche de son père, Belle se sacrifie pour lui lorsque ce dernier est emprisonné par une bête. Elle prend sa place et devient la prisonnière du monstre, qui tombe follement amoureux d’elle,Résultat d’images pour images jpg conte '' la belle et la bête '' mais qui est retenu par un sortilège puissant. Dans le roman de Gabrielle-Suzanne Barbot de Villeneuve, la Bête accepte que Belle retrouve sa famille pendant une semaine. La voyant bien dorlotée  par la bête, les sœurs de  » Belle  » l’empêchent de revenir au château de la bête pendant un certain temps, pour, qu’à son retour, la Bête folle de rage, la dévore. ( Toujours très sympa les fratries ! ) 

8) La Belle au bois dormant

Du point de vue de Disney, la Belle au bois dormant Résultat d’images pour '' la belle au bois dormant ''images jpgest la princesse Aurore qui, à sa naissance, est condamnée, par une sorcière, à dormir. Seul le baiser d’un prince pourra l’éveiller mais celui-ci devra d’abord combattre le dragon, gardant le château où sommeille Aurore. Pour y arriver, ses marraines, les bonnes fées, aident le prince à réussir. Mais attention, la version de la Belle au bois dormant de Charles Perrault est TOTALEMENT DIFFÉRENTE :…..

    Le prince arrive à atteindre la princesse mais au lieu de lui donner un baiser, il la viole.!! Elle est réveillée quelques mois plus tard par l’un de ses enfants qui lui suçait le doigt. Pendant ce temps, le prince avait fait sa vie avec une autre et gardait ce secret de paternité. Cependant une nuit, il rêve d’Aurore et de ses deux enfants et crie leurs prénoms. Sa femme entendit et décida que sa progéniture devait être cuisinée et mangée par leur père. Cependant, elle n’y arrive pas et Aurore put se marier avec son violeur.

Un peu plus  glauque.

 

  9 ) Pocahontas

disney GIF

Un des film le plus réputé de Disney, Pocahontas est une jeune fille tombant amoureuse de John Smith, un anglais, alors que son peuple voulait faire la guerre aux colons anglais. Inspirée de faits réels, l’histoire de Pocahontas est différente puisqu’elle fut prisonnière des anglais et dû se convertir au catholicisme. Elle épouse ensuite un producteur de tabac et s’appelle Rebecca. La jeune femme meurt à 22 ans sans explications.

10 ) Peter Pan

Dans une atmosphère joyeuse et féerique, Peter Pan Résultat d’images pour peter pan images jpgest l’un des films les plus connus de Disney. Racontant l’histoire de Wendy et ses frères se rendant au Pays Imaginaire avec Peter….Le véritable conte est tout autre. Dans le roman de J. M. Barrie, Peter Pan n’est clairement pas une personne gentille. Ne grandissant pas, il décide de tuer tous les enfants perdus lorsque ces derniers devenaient trop grands. (On raconte même qu’il est l’incarnation de l’ange de la mort et qu’il accompagnait les enfants morts au paradis, qui n’est autre que le Pays Imaginaire ) ….

Très charmant.

 Mieux vaut  ne jamais révéler ces histoires à nos petits enfants  , laissons les rêver , ils comprendront quand ils seront  » grands  »

 

 

 

La saint- valentin ?

Saint Valentin

 La Saint-Valentin, est considérée dans de nombreux pays comme la fête des amoureux. Elle a connu un réel développement en France depuis les années 80.

Une fête traditionnelle des pays anglo-saxons

    Au XIV ème siècle, l’habitude de former un couple au hasard aurait  été prise en Angleterre. C’est la coutume du « Valentinage ». Elle consiste à associer une jeune fille à un jeune homme, les deux avaient des obligations l’un envers l’autre durant une journée. Ces deux personnes devaient s’offrir des petits cadeaux et se faire des galanteries. Cette coutume d’échange d’amitié se serait  transformée petit à petit en fête des amoureux.         Depuis le XVIII, elle s’est généralisée en Grande-Bretagne, en Amérique du Nord, avant de se répandre en Europe.

 

Une fête de purification durant la Rome antique

   Pour certains, l’origine de la Saint-Valentin remonterait à la Rome antique. A l’époque, les  » Lupercales  » se fêtaient du 13 au 15 février. C’était une fête de purification, durant laquelle un bouc était sacrifié dans une grotte pour symboliser la fertilité. C’était également le moment où les jeunes gens tiraient au sort le nom de celle qui serait leur partenaire pour le restant de l’année.

Alors pourquoi  » SAINT  » ? 

 Hommage à un martyr de l’Église catholique

    D’autres pensent que nous devons la Saint-Valentin à un martyr de l’Église catholique, « Valentinus ». C’est un moine qui avait refusé de se soumettre à l’empereur Claude II. Ce dernier avait interdit le mariage pour que les hommes puissent partir en guerre, au lieu de rester avec leurs fiancées. Mais le prêtre avait continué d’unir les amoureux, défiant l’autorité de l’empereur. Ce qui lui aurait valu l’emprisonnement, puis l’exécution, un 14 février. En 494, le pape Gélase Ier l’aurait alors considéré comme « Saint patron des amoureux » et décida de le mettre à l’honneur chaque 14 février.   

Quoiqu’il en soit : Bonne fête à tous les amoureux qui liront ces mots …..amoureux 2

                                               _____________________________________________________

Il parait que c’est la fête de ceux qui s’ aiment  (eux même ? )chat-aimants , qui aiment quelqu’un …

La fête de ceux qui sèment ? Pourquoi pas  , s’ils sèment l’Amour ? pluie-coeur

  Je délire , j’en conviens , c’est que moi , la saint Valentin , je m’en  moque ! C’est plus la fête des fleuristesfleurs et bijoutiers ! bijoutier

saint-valentin-citron-offrir-cadeau-humour-1

La Chandeleur …

   Ce dimanche , c’était la chandeleur ……( je crois ) ….

   Que signifie la chandeleur  ?

Pour les chrétiens , elle est  » fêtée  » le 2 février ( sauf erreur du mécréant que je suis ) …..Elle correspond à  » la présentation de Jésus au temple  » ( selon leur loi , tout premier né de sexe masculin ( les filles ???? ) sera consacré au Seigneur ) . Le rite judaïque/ juif demandait aux parents d’un nouveau né de participer à une cérémonie de purification de la mère 40 jours après l’accouchement .Lors de cette cérémonie , un vieil homme serait entré dans le temple et aurait reconnu la  » nature divine  » du bébé en le prenant dans ses bras , il aurait vu la lumière éclairant les païens …etc…

C’est cet événement sacré  qui donnera pour les chrétiens le sens de la Chandeleur ,où ils célèbrent  » la lumière  » prodiguée par le Christ et est un symbole du renouvellement de la foi et de la pureté de la Vierge Marie ….

Et les crêpes ?

Beaucoup de traditions liées aux crêpes sont nées : En France, l’une d’elles consiste à tenir une pièce de monnaie dans une main et à retourner une crêpe en la jetant en l’air depuis la poêle : Si la crêpe retombe intacte ( plate et pas pliée ) ce serait signe de bonne augure pour les finances du foyer ….en plus , les plus superstitieux conservent la première crêpe dans une armoire :Là elle attirerait la chance ……( ma grand-mère le faisait , et à ma grande surprise , la crêpe conservée  restait intacte ( sans moisissure  etc….) jusqu’à l’année suivante ? !

Voilà pour les chrétiens ….Mais auparavant  ?

                      _________________________________________________________

      Dans l’empire romain, l’usage voulait de fêter les  » Lupercales  » à la mi-février …La période des Lupercales était riche en célébrations qu’on peut qualifier de  » débrider  » ( comme celles des  » Saturnales  » qui seraient à l’origine du Noël chrétien ). Les Lupercales se célébraient au Lupercal ( une grotte située au pied du Palatin à Rome , en l’honneur de Faunus , divinité des troupeaux et de la fécondité .

Il faut noter que le mois de février marquait dans la société fondée sur l’agriculture , une période important : Celle des premières semaillesmoisson

 

       _________________________________________________________

   En Europe du nord , la période correspond aussi à l’ancien culte celte / irlandais d’ Imbolc. Les paysans célébraient alors la divinité de la fécondité en organisant des  » parades aux flambeaux  …Il n’est cependant pas sûr que ces fêtes païennes aient directement engendré la fête connue aujourd’hui . La chrétienté se serait appropriée la date du 2 février  au moins à partir du  4ème siècle avant que l’événement ne soit  » officialisé  » par le pape de l’époque ….qui l’aurait étendu à l’ensemble de de la chrétienté , qui n’était pas encore divisée ( les églises catholiques , orthodoxes et protestantes n’apparurent que bien plus tard ).

…… 

 

Le père Noël ?

  Quelles sont les origines du Père Noël ?

   Les enfants qui ont été sages cette année encore, le Père Noël père Noël visagedevrait descendre de son traineau leurs  apporter des cadeaux ( les adultes aussi ? ) . Tout le monde voit à quoi ressemble « Santa Claus », mais  d’où il vient il ?
    Ce serait  au Haut Moyen-Âge que la fête de Noël prend ses racines. Si s’échanger des cadeaux autour d’un bon repas constitue une tradition païenne, la première figure de légende qui nous ramène au Père Noël voit le jour en Turquie en l’an 270 : il se prénomme Saint-Nicolas  St Nicolas, devenu évêque au cours de sa vie. On lui attribue plusieurs miracles qui lui valent d’être canonisé.
     Saint-Nicolas, le « patron des écoliers », se charge le 6 décembre de chaque année de récompenser les enfants sages avec des friandises et des jouets. Il a la même barbe blanche que le Père Noël, mais pour ce qui est de la tenue -mauve- ou de son mode de déplacement (un âne ),  » on repassera  »….
    Au XVIé siècle (très longtemps après sa disparition donc), la réforme protestante met fin à la fête de la Saint-Nicolas. Seul un pays d’irréductibles hollandais garde cette tradition et fait de Saint-Nicolas un personnage semi-laïc :  » Sinter Klaas  ».        Un nom qui traverse l’Atlantique, lorsque des immigrants du Pays-Bas débarquent en Amérique.
    Clément Clarke Moore  Clément C.More, Thomas Nast   Thomas nast more, quand le rêve américain opère :
   De l’autre côté de l’océan, où on s’habitue vite à cette joyeuse fête, la date de la distribution des cadeaux glisse peu à peu vers le 25 décembre. Le pasteur Clement Clarke Moore démocratise le personnage de  » Sinter Klaas » grâce à deux textes ( publiés en 1821 et 1823 ) qui le rendent plus débonnaire et le renomment  » Santa Claus  ». Afin de le rendre encore plus irrésistible, le légendaire Santa Claus est affublé d’un bonnet et de rennes pour tirer son traîneau rempli de présents.( On y est presque ) !
   L’image de Santa Claus se transforme de plus en plus pour donner le père Noël que l’on connait aujourd’hui. D’abord John Tenniel et Thomas Nast, deux illustrateurs de la presse dans les années 1880, en tire le portrait d’un vieillard bedonnant, vêtu d’un costume bordé de fourrure blanche et retenu par un large ceinturon de cuir. Thomas Nast établit également, en 1985, la résidence de cette nouvelle version de Saint-Nicolas au pôle Nord.
   Du vert au rouge pour une bouteille, des USA à la France  » pour une tragédie  ?  »
Ne restait plus qu’à s’arranger sur la couleur de la tenue. Si au départ ça penchait vers du vert rappelant la teinte des sapins, la volonté de la marque de soda Coca Cola coca colad’en faire une figure de proue de sa campagne promotionnelle a fait pencher la balance vers la couleur de ses bouteilles : le rouge ! En France, le personnage n’est rendu populaire qu’après la seconde guerre mondiale, notamment grâce à la comptine « Petit Papa Noël », hit de l’année 1946.

Paroles ( H Dès )

Qui c’est qui cloue
Qui c’est qui scie
Qui c’est qui tape tape tape tape
Qui c’est qui fait
Des petits jouets
Pendant toute l’année

Qui c’est qui cloue
Qui c’est qui scie
Qui c’est qui tape tape tape tape
Qui c’est qui met
Les petits jouets
Dans la cheminée

Qu’a la barbe blanche
Et un grand manteau
Qu’a la barbe blanche
Et sa hotte sur le dos
C’est le Père Noël
Père Noël
C’est le Père Noël
Pour mon joyeux Noël

Qui c’est qui cloue
Qui c’est qui scie
Qui c’est qui tape tape tape tape
Qui c’est qui fait
Des petits jouets
Pendant toute l’année

Qui descend du ciel
Une fois par an
Qui descend du ciel
Pour tous les petits enfants

C’est le Père Noël
Père Noël
C’est le Père Noël
Pour mon joyeux Noël

Qui c’est qui cloue
Qui c’est qui scie
Qui c’est qui tape tape tape tape
Qui c’est qui fait
Des petits jouets
Pendant toute l’année

Qui vient par les toits
Sur son grand traîneau
Qui vient par les toits
Apporter les petits cadeaux

C’est le Père Noël
Père Noël
C’est le Père Noël
Pour mon joyeux Noël

 

 

 

 

 » Avoir la tête près du bonnet  » ?

Cette locution proverbiale est utilisée pour indiquer un caractère si vif et si irascible que la moindre contradiction l’excite au suprême degré et ferait croire à de la folie. Effectivement, celui qui s’emporte démesurément perd l’usage de la raison d’une façon momentanée, car la colère est considérée comme une étape à la folie. C’est, du reste, la pensée des auteurs anciens, Tacite, Sénèque et Horace, qui émettaient que la colère est une courte démence. Ainsi Sénèque disait :  » Homo paratior irae  », l’homme plus porté à la colère ;  »Horace, celer est irasci  », il est prompt à se mettre en colère et l’historien  »Tacite, irae properus, enclin à la colère  » .

On peut attribuer à ce proverbe deux origines. Il fut un temps où, par plaisanterie, on appelait une pièce d’or bonnet jaune (bon et jaune), puis on a dit : Avoir la tête près du bonnet pour signifier : Avoir la tête près d’être bonne, c’est-à-dire mauvaise.

Voici l’autre origine ; elle est tirée de l’histoire. A la cour des Valois (XVe siècle) un personnage appelé le fou avait le droit de dire impunément aux princes les plus dures vérités. Les fous avaient un bonnet particulier qui était une marque distinctive de leurs fonctions : Avoir la tête près du bonnet signifiait donc : Être voisin de la folie. A cette époque-là, pour faire allusion au bonnet qui était la coiffure distinctive des fous, on disait : A chaque fou plaît son bonnet.

On rencontre aussi dans les anciens auteurs quelques exemples de l’emploi de cette locution : Ainsi, dans les contes de Des Periers (1777-1832) et dans Brantôme (1540-1614), tome II de ses œuvres complètes, on trouve la phrase que voici : Il veut bien que l’on scache (sache) qu’il a la tête si près du bonnet, qu’il ne pourrait jamais endurer qu’on lui fist (fît) la part. Il se trouve un exemple semblable dans un livre qui date de 1588 et est intitulé : Les après-disnées de Cholières :  »Je cognois le seigneur Rodolphe il y a longtemps ; il a la teste assez près du bonnet »

Pour terminer ces citations, il ne faut pas omettre ce qu’a dit Voltaire (1694-1778) à ce sujet : « J’ai pris mon parti sur tout et je jette mon bonnet par dessus les moulins, afin de n’avoir pas la tête si près du bonnet. » Les Italiens possèdent également ce proverbe et s’expriment ainsi : Avere il cervello sopra la beretta, ce qui veut dire : Avoir la cervelle au-dessus du bonnet.

@  » arobase  » ?

   clavier  

Avec l’habitude , nous ( je ) tapons sur les lettres et différents  » signes  /  »symboles  » du clavier d’un P.C …..Pour ce qui est des lettres : Pas de question , mais par exemple l’  » @  » d’où vient il ? 

J’ai lu que c’est l’ingénieur Tomlinson qui aurait utilisé le symbole @ fin 1971 pour d’envoyer le premier message électronique de l’histoire ….

L’origine de ce symbole est , parait il , très discutée ; il y a plusieurs  » hypothèses  » : @ seait une abréviation du latin qui aurait été employée dans toute l’Europe dès le 17 ème siècle . Dans le latin dit  » de chancellerie  » ,  elle correspondrait à la préposition latine  » ad  » avec l’idée de direction . Elle correspondrait à la première ligne de l’adresse de documents internationaux  , par exemple : @ Mr et Mme X…

 

 » être le benjamin  » et  » être l’aîné » ?

   Pourquoi dit-on  » être le benjamin  » ?
 La personne la plus jeune au sein d’un groupe est appelée le  »  benjamin  ». Cela est vrai au sein d’une famille dans une fratrie, mais pas uniquement. On peut aussi être le benjamin dans un groupe de retraités , il suffit  d’être le moins vieux !

    Si cette expression est apparue au XVIIIe siècle, son origine remonte à des temps bien plus anciens : 

    Dans la Genèse, au chapitre 37, on peut lire que Jacob a eu treize enfants, avec quatre femmes différentes. Or comme père, il avait une affection particulière pour le dernier né, qui se prénommait Benjamin.
   Benjamin était donc à la fois le plus jeune des fils de Jacob et son préféré.
Par la suite Benjamin dirigea l’une des douze tribus d’Israël, et ce prénom fut utilisé pour désigner l’enfant le plus jeune d’une famille, puis plus largement de tout groupe d’individus.

  Par contre , pour l’aîné ( ce que je suis ) , je n’ai trouvé que ceci :

  L’aîné est l’enfant de la famille né le premier.

    Entre deux personnes sans lien de fratrie, désigne le plus âgé. La place de l’aîné est particulièrement importante au sein de la fratrie. Le droit d’aînesse hier, mais aussi l’espoir que les parents portent sur lui encore font que l’aîné garde un sentiment de responsabilité sur ses cadet(te)s. Inconsciemment, la place de chacun des frères et sœurs au sein de la fratrie se trouve structurée selon le genre des plus jeunes ou des plus vieux ainsi que leur nombre. Les liens affectifs et moraux qui unissent une fratrie sont plus forts  lorsqu’il s’agit de jumeaux ou jumelles