Il y a environ 194 ans …..13 août 1826 :

Le 13 août 1826 :

……mort du médecin René-Théophile-Hyacinthe Laennec, inventeur du stéthoscope

Né le 17 février 1781 à Quimper d’une famille appartenant à la  »noblesse de robe  », René-Théophile-Hyacinthe Laennec avait pour père un avocat frivole et intrigant, qui rimait des vers galants et réussit à vivre quatre-vingts années en coquetant avec tous les régimes politiques, se désintéressant complètement de ses enfants

  René, de très bonne heure orphelin de mère, commença son éducation au presbytère d’Elliant, chez l’oncle Michel qui en était curé, et la continua à Nantes chez l’oncle Guillaume-François qui était médecin-chef de l’Hôtel-Dieu. Lorsque s’organisèrent les hôpitaux militaires, il commença en effet à visiter des malades sous sa direction et à s’adonner à l’étude de l’anatomie. Il vint à Paris en 1800, et s’aperçut aussitôt qu’il fallait une base solide aux connaissances médicales qu’il voulait acquérir.

   Aussi refit-il ses humanités, et, avec ce courage, cette constance qui n’appartiennent qu’à des intelligences d’élite, il étudia le latin, devint helléniste habile, et se livra à l’examen approfondi de la langue celtique, dont il voulut connaître les principaux dialectes. En 1801, il remporta les deux premiers prix de médecine et de chirurgie ; trois ans plus tard il soutint deux thèses sur Hippocrate.   

  Dans la première, écrite en latin, il s’efforça de prouver, en présence des immenses travaux de ce grand homme, que ce mot d’Hippocrate est un nom générique s’appliquant à plusieurs individus.

René-Théophile-Hyacinthe Laennec

René-Théophile-Hyacinthe Laennec

  Cette hypothèse serait fondée s’il ne paraissait pas démontré que le père de la médecine s’est enrichi de l’expérience de plusieurs siècles, en consultant les tablettes votives du temple de Cos, et en combinant avec une rare sagacité les résultats qu’elles lui ont fournis. La seconde thèse, écrite en français, a pour titre Propositions sur la doctrine d’Hippocrate, relativement à la médecine pratique.    Selon Laennec, Hippocrate n’a vu dans la pathologie que des faits particuliers, individuels, sans chercher à établir entre eux les liens d’affinité par lesquels ils se touchent et se confondent ; en un mot, il ne s’est élevé à aucun système complet de nosologie.

  En 1801, dans un mémoire lu au sein de la société de l’école de médecine, dont il faisait partie, il décrivit pour la première fois plusieurs espèces mamelles d’hydatides ou vers vésiculaires. Bichat avait soupçonné et admis par analogie la présence de la membrane interne du cerveau ou arachnoïde, dans le ventricule de cet organe ; mais il était réservé à l’habileté et à la patience de Laennec d’isoler cette membrane par la dissection et de prouver ainsi que ces cavités en sont intérieurement revêtues. Dans une lettre adressée à Dupuytren il décrivit une nouvelle membrane, appelée par lui membrane propre du foie, interposée entre ce viscère et le péritoine et unie à ce dernier par un tissu cellulaire assez lâche. Le premier il découvrit la capsule synoviale située entre l’apophyse acromion et l’humérus.

   Mais il était encore une autre branche de connaissances médicales que Laennec devait féconder de son génie observateur : C’est à dire l’anatomie pathologique qui, après avoir constaté les lésions organiques, doit chercher les rapports qui existent entre elles et les altérations de fonctions qui en sont la conséquence. Elle n’a pas été comprise autrement par Laennec, et c’est là l’idée dominante et le caractère fondamental du cours d’anatomie morbide qu’il continua après la mort de Bichat. A coté de lui s’était ouvert un cours semblable sous la direction d’un homme qui a illustré la chirurgie française, du célèbre Dupuytren. Les deux jeunes professeurs rivalisaient de zèle et de science, et attiraient à leurs  » savantes leçons  »  une foule considérable d’auditeurs. Les remarquables travaux de Laennec sur les mélanoses et les tumeurs encéphaloïdes, les différentes communications qu’il fit à la société de médecine et à la société anatomique, dont il était un des membres les plus distingués, témoignent suffisamment de l’ardeur avec laquelle il se livrait à l’élude des altérations organiques.

   La réputation de Laennec grandissait avec ses travaux ; aussi en 1812 fut-il appelé à la collaboration du premier dictionnaire de médecine, auquel il fournit une série d’articles assez considérable, qui rentraient dans ses études de prédilection, et nommaient des vues générales sur l’anatomie pathologique. C’est  trois ans plus tard, en février 1815, qu’il communiqua à la société de l’école les premiers résultats obtenus par l’application de l’acoustique à la connaissance des affections de poitrine. Ici s’ouvre pour la médecine une ère nouvelle ; le champ si vaste des conjectures, et qui se prêtait si merveilleusement aux systèmes les plus insensés, aux plus folles théories, va maintenant se limiter, du moins pour une classe importante de maladies, et c’est à Laennec qu’appartient la gloire de cette admirable découverte.

   Hippocrate, dans plusieurs passages de ses œuvres, semble avoir apprécié quelques-uns des avantages attachés à l’auscultation ; il pratiquait la succussion, à laquelle il a donné son nom. Il a même perçu dans la poitrine un certain nombre de bruits ; mais les indications qu’il fournit à ce sujet sont extrêmement vagues et ne peuvent nullement servir à donner un diagnostic certain.

  La percussion, inventée par Avenbrugger (1765), repoussée à son origine de la pratique médicale, ne tarda pas cependant à » y prendre racine  », surtout quand elle eut acquis sous la main habile de Corvisart le degré de précision qui lui manquait d’abord. Il fallait quelque chose de plus à Laennec : ce quelque chose il le trouva dans l’application immédiate de l’oreille sur la poitrine malade. L’idée de son oreille sur une poitrine pour entendre des poumons respirer et un cœur battre était venue, comme à beaucoup d’autres, sans doute. Corvisart et ses élèves n’ignoraient pas qu’on dût, par cette pratique, acquérir des précisions susceptibles de changer l’orientation de la médecine, et le fait est qu’ils auscultaient leurs malades. Mais timidement et rarement.

Laennec à l'hôpital Necker ausculte un phtisique devant ses élèves

Laennec à l’hôpital Necker ausculte un phtisique devant
ses élèves (1816). Peinture de Théobald Chartran.

    Les mœurs, en ce temps-là, n’étaient peut-être pas plus pures qu’aujourd’hui, mais elles étaient plus pudiques. Un médecin, obligé souvent de deviner un mal à travers plusieurs épaisseurs de voiles qu’on ne soulevait pas pour lui, risquait fort sa réputation de dignité lorsqu’il osait appuyer sa tête sur le corps de ses patients. Si, par hasard, il se le permettait, c’était avec de telles précautions que sa science n’en tirait que de médiocres bénéfices.

  Le grave et pieux Laennec se préoccupait de concilier les exigences de la morale et les intérêts de l’observation scientifique, et ce fut cette préoccupation qui le conduisit à sa découverte. Un jour qu’il traversait la cour du Louvre, il s’arrêta à contempler des enfants qui, l’oreille collée aux deux extrémités de longues pièces de bois, se transmettaient le bruit de petits grattements d’épingle. Ce fut un trait de lumière. Le lendemain, à l’hôpital Necker, il prit un cahier, le roula, appliqua l’une des extrémités du rouleau sur un cœur malade et l’autre à son oreille. Ce fut le premier stéthoscope ! Si simple que fût l’instrument, non seulement il éludait le souci des convenances, mais encore il transmettait les bruits en les localisant, en les renforçant, en les précisant, bien mieux que n’eût fait l’auscultation directe.

  Dès lors un monde nouveau se révéla à lui.  » En effet, dit Pariset en parlant de l’auscultation, appliquez ici ou là l’oreille sur la poitrine, écoutez les impressions qu’elle reçoit ; vous entendrez les bruits les plus étranges : des retentissements de caverne ou d’amphore, des murmures, des gargouillements, des ronflements, des sons de basse, des tintements de métaux, des râles, des souffles, des raclements et des cris de râpe ; et si vous faites parler les malades, vous entendrez des voix incertaines, entrecoupées, chevrotantes, et contrefaisant ainsi par leur timbre les cris de certains animaux ; vous entendrez des éclats de voix qui viendront vous frapper brusquement comme s’ils avaient percé la poitrine.

  Les bruits de toux prendront les mêmes caractères. En un mot, où que soit la lésion, quels qu’en soient la nature, le degré, l’étendue, l’action sur les parties environnantes ; quelle qu’en soit la simplicité ou la complication, tenez pour certain que l’air qui entre, que l’air qui sort, que l’air rendu sonore par la toux ou transformé en voix ou en parole, recevra du dérangement intérieur un cachet qui vous dira tout, qui vous instruira même par son silence  » .

Laennec dut mesurer ses forces, modifier, perfectionner ses moyens d’exploration.  » La première fois, dit-il, que j’employai ce moyen, je fus aussi surpris que satisfait d’entendre les battements du cœur d’une manière beaucoup plus nette et plus distincte que je ne l’avais jamais fait par l’application immédiate de l’oreille. Je prévis de suite que ce moyen pouvait devenir une méthode utile et applicable, non seulement à l’étude des battements du cœur, mais encore à celle de tous les mouvements qui peuvent produire du bruit dans la cavité de la poitrine, et par conséquent à l’exploration de la respiration, de la voix, du râle, et même de la présence d’un liquide qui serait épanché dans les plèvres ou le péricarde  ».

  L’activité qu’il déploya pour se rendre maître de tous les secrets, de tous les mystères qui ont leur siège dans les viscères thoraciques, est incroyable. Le Traité d’auscultation médiate, qu’il publia en 1819, et dans lequel il consigna ses intéressantes recherches, fit une sensation immense dans le monde médical, en France et à l’étranger. Des médecins accourent de tous les points du globe, de l’Allemagne, de la Russie, de l’Angleterre, de l’Italie, des Etats-Unis ; tous arrivent en foule à Paris étudier l’auscultation sous la direction de Laennec, et vont ensuite raconter dans leur pays les prodiges opérés par le stéthoscope.

   Mais cette méthode avait des bornes, ses lacunes, ses erreurs : l’auscultation eut pour premier résultat funeste de faire prédominer le diagnostic local sur le diagnostic général ; en outre un grand nombre de médecins voulurent ériger la médecine en science exacte. Ce petit homme malingre et mal peigné, sans menton et sans lèvres, au nez retroussé du bout et chevauché par des lunettes d’écaille, qui n’avait ni passions ni imagination et vivait comme un prêtre, qui se reposait d’un labeur acharné en tirant à la cible, en jouant de la flûte et en tournant de petits objets de bois, quand il ne disait pas son chapelet avec une parente pauvre qui lui servait de gouvernante et qu’il épousa sur le tard, ce petit homme encaissa sans sourciller bien des  »brocards  ».

Laennec observant des enfants qui, l'oreille collée aux deux extrémités de longues pièces de bois, se transmettent le bruit de petits grattements d'épingle

Laennec observant des enfants qui, l’oreille collée aux deux extrémités de
longues pièces de bois, se transmettent le bruit de petits grattements d’épingle

  On tournait sa découverte et sa personne en ridicule ; on publiait ses erreurs de diagnostic, à lui qui, dans une certaine mesure, avait inventé le diagnostic. C’est que son avènement bousculait bien des doctrines toutes faites. Le célèbre Broussais s’efforça notamment d’écraser de sa renommée et de son éloquence foudroyante celui qu’il appelait « le petit prosecteur, l’homme au cornet ». Laennec ripostait, dans ses cliniques de la Charité et dans ses leçons au Collège de France.

   Cependant la carrière scientifique de Laennec touche bientôt à sa fin. Se blessant en 1820 en faisant l’autopsie d’un phtisique, il doit pour cette raison interrompre ses travaux pendant deux ans, se rendant à cette époque dans son pays natal chercher la santé qu’il a perdue sans retour. Croyant à une amélioration trompeuse, il revient ensuite à Paris, soulagé, mais non guéri. Hailé, prévoyant sa fin prochaine, le désigna comme son successeur au Collège de France et comme le plus digne de le remplacer auprès de madame la duchesse de Berri, dont il était le médecin. A cette époque, une ordonnance royale renversa l’ancienne faculté de médecine de Paris, et Laennec fit partie de la commission chargée de la reconstituer sur une nouvelle base. On lui a reproché d’avoir, en général, dans cette organisation, fait céder le mérite aux opinions politiques.

  Nommé lui-même professeur de la clinique interne, qu’avait illustrée Corvisart, il reprend ses travaux avec une nouvelle ardeur ; ses leçons, où se pressent une foule d’élèves et de médecins distingués, jettent un vif et dernier éclat. Bientôt ses forces trahissent son courage, et c’est en vain qu’il cherche à lutter contre un mal dont la marche incessante le conduit rapidement au tombeau. Il regagne la Bretagne, et meurt à Kerlouarnec, dans le Finistère, le 13 août 1826.( à environ 45 ans )

Oups !

Canada : Une bière baptisée  » poils pubiens  » au lieu de  » plume  » en Maori, la marque s’excuse….

OUPS  » La consultation d’un représentant maori aurait été une meilleure référence que celle de dictionnaires en ligne  », aurais admis le patron de la brasserie

 

Une bière. Illustration.

    Une brasserie située dans la province d’Alberta (Canada) a présenté des excuses après avoir baptisé une  bière  » Huruhuru  ». Le terme, issu du langage Maori, signifie  » poils pubiens  » et non  » plume  » comme la brasserie le croyait initialement .

  L’établissement vend depuis deux ans la bière  » Huruhuru – The Feather  » (la plume), brassée avec des houblons de Nouvelle-Zélande. Mais début août, un Maori a expliqué sur Facebook que dans sa langue, le mot Huruhuru ne voulait pas dire plume mais plutôt poils pubiens.  Selon lui ,il aurait  été  » prudent et respectueux  » de consulter un expert du Te Reo Maori, la langue des Maoris, .

Baptisée grâce à des dictionnaires en ligne

  Le patron de la brasserie a indiqué qu’il n’avait pas l’intention  » de s’approprier ou d’offenser la culture ou le peuple maoris  ». Mike Patriquin présente des  » excuses à tous ceux qui ont pu se sentir offensés  ».

 » Nous reconnaissons que nous n’avons pas envisagé que Huruhuru pouvait être compris comme une référence à des poils pubiens  », précise le gérant.  » La consultation d’un représentant maori aurait été une meilleure référence que celle de dictionnaires en ligne.  » La bière sera prochainement rebaptisée.

L’inconnue de Londres …..

 ……par Léo Ferre

Y avait partout des cris stridents
Y avait partout des mains coupables
Et des bandits considérables
Qui me faisaient grincer des dents

Et dans la rue aux mille gorges
Avec son ciel qu´on ne voit plus
Magnifiant mon seul écu
J´ai pu gagner le coupe-gorge

Dis-moi, fille du Nord,
Avec ton air tranquille
Tu écumes la ville
Et dois gagner de l´or
Non pas, répondit-elle,
Je suis encore pucelle

Et ne suis là vraiment
Que par enchantement

Et l´inconnue parla
Comme on parle aux navires
Dans les ports orgueilleux
Que les départs déchirent

Je restais là comme un dadais
Elle était belle comme un cygne
Et moi, j´avais une de ces guignes
Ça n´était pas c´ que je croyais

Elle me conta des faits étranges
Qu´elle habitait un ciel pervers
D´où l´on voyait tout à l´envers
Pendant ce temps-là, moi j´ faisais l´ange

Dis-moi, fille du Nord,
Avec ton air bizarre
Et tes façons barbares
Tu serais mieux dehors
Je sais, répondit-elle,
J´ai tort d´être pucelle
Crois-moi en vérité
C´est ma célébrité

Et l´inconnue chanta
Comme on chante à l´église
Les dimanches matin
Aux messes des marquises

La chambre était au paradis
D´un vieil hôtel à luminaire
Où l´on cultive la chimère
En y mettant un peu le prix

C´est une chose épouvantable
On était presque au petit matin
J´avais beau lui faire un dessin
Elle voulait pas se mettre à table

Dis-moi, fille du Nord,
Avec tes airs primaires
Tu me la bailles amère
Je ne suis plus d´accord
Tant pis, répondit-elle,
Si je reste pucelle
La fin te le dira
Alors, tu comprendras

Et l´inconnue pleura
Comme on pleure au théâtre
En voyant des pantins

Se foutre des emplâtres

On croit trouver une âme sœur
Et l´on récolte une vestale
Qui vient vous faire la morale
Dans un hôtel sans ascenseur

J´en étais là de mes pensées
J´ai senti sa main sur mes yeux
Tout comme un truc miraculeux
Et la dame s´est en allée

Dis-moi, fille du Nord,
Hélas, adieu romance
A peine ça commence
On change de décor

J´ croyais que ces demoiselles

N´étaient jamais pucelles
Et puis, sait-on jamais,
A une exception près

Et la vierge lassée
Partit sans m´avoir eu…
Ça n´était qu´un soldat
De l´Armée du Salut!

La vidéo :

 »L’enfer de la guerre »…..

….. certains ne s’en remettent jamais vraiment. D’autres, pour tenir le coup, prennent des psychotropes de manière régulière. C’était le cas de 34 % des GI’s  G I américains qui consommaient de l’héroïne durant l’éprouvante guerre du Vietnam.

À la guerre comme à la guerre : ?

  Très éprouvante pour les corps, comme pour les esprits, la guerre surmène littéralement les soldats qui la mènent.

  Ainsi, c’est pour faire face à la mort, qu’ils côtoient quotidiennement, que des hommes envoyés au front prennent des drogues  plus ou moins régulièrement .

    Par exemple, il est notoire que les membres de la secte chiite des  » Assassins » consommaient abondamment du hashish (le mot  »assassin » dérive même du nom de cette drogue), tandis que de nombreux terroristes contemporains prennent du  » CaptagonCaptagon  » (En France, le captagon a été utilisé légalement contre la narcolepsie, l’hyperactivité, mais aussi comme coupe-faim ou antidépresseur. Mais, il a été interdit dans les années 1970. A forte dose, il peut avoir des effets secondaires psychiques très sévères ) , avant de commettre leurs méfaits.

     De leurs côtés, les GI’s américains partis au Vietnam n’étaient pas en reste, puisque 34 % d’entre eux consommaient de l’héroïne , avec un taux de dépendance atteignant 20 %.

    Une statistique qui, bien qu’étant prévisible, pouvait sembler inquiétante pour les membres de l’état-major américain.

    En effet , dans de tels cas, se pose la question de  »l’après-conflit » et donc du comportement des vétérans, une fois qu’ils ont effectué leur retour à la vie civile.

Enfer de la guerre, paradis artificiel

    En réalité, selon une publication du  »Special Action Office for Drug Abuse  », datant de 1973, les soldats américains se droguaient de préférence après les combats ; de peur de mourir inopinément, s’ils n’étaient pas sobres durant les batailles.

    Ainsi, se ruant sur tout ce qu’ils pouvaient, les GI’s consommaient même de l’opium et des barbituriques, pour oublier la violence des affrontements qu’ils venaient d’endurer.

   Heureusement pour eux, cependant, le retour à la vie civile rimait souvent avec un quotidien bien plus sain. En effet, selon les études de Lee Robins, sur l’ensemble des soldats rentrés aux États-Unis, seul 1% présentait des signes d’addiction aux psychotropes.

   Un chiffre satisfaisant, même si les troubles de stress post-traumatique vont bien au-delà du simple domaine des drogues.

Ces trésors toujours…..

…. cachés en France qui  n’auraient jamais été retrouvés…..?

1 - Au château de Nantouillet, le Cardinal roulait sur l'or

1 ) Au château de Nantouillet, le Cardinal roulait sur l’or

   L’imposant château de Nantouillet, dans la petite ville du même nom, illustre l’orgueil de son bâtisseur, le cardinal Antoine Duprat Résultat d’images pour cardinal antoine duprat . Ce dignitaire, proche de François Ier, rêvait, dit-on, de devenir… pape ! Sa fortune, 400000 écus, devait lui permettre d’acheter le vote des cardinaux. Mais le roi s’y serait opposé. L’argent de l’élection n’a donc pas quitté Nantouillet. Selon une légende locale, il dormirait dans des tonneaux tonneau or , au fond des souterrains du château.

   

2 - Le tableau de Saint-Fargeau était la honte de la famille

2 ) Le tableau de Saint-Fargeau était la honte de la famille

   Dans ce château de la Renaissance se cache peut-être un chef-d’œuvre du XVIIIème siècle. Une toile disparue de Louis David, qui a peint Marat assassiné.          En1793, l’artiste aurait réalisé le portrait d’un autre député montagnard, Louis Michel Le Peletier, sur son lit de mort L.M Pelletier . Pendant des années, les Parisiens peuvent admirer le tableau, exposé aux Tuileries. Puis, en1826, David le revend à la fille du député, Suzanne. Et on en perd alors la trace. Celle-ci, royaliste convaincue, a-t-elle détruit ce portrait par honte des opinions révolutionnaires de son père ? Un des arrière-petits-enfants de Louis Michel Le Peletier évoque une autre hypothèse:  » La tradition familiale assure que Suzanne a dissimulé le tableau  » honni  » de David dans l’épaisseur des murs de Saint-Fargeau.  »  Ce descendant n’est autre que l’écrivain Jean d’Ormesson  Résultat d’images pour Jean d'Ormesson,!  qui a souvent rêvé, dans ce château où il séjournait, à cet incroyable trésor…

 

3 - Argelès, sa plage, ses lingots…

3 ) Argelès, sa plage, ses lingots

     La plage d’Argelès-sur-Mer : La rumeur attachée à ce lieu, fait que  de curieux vacanciers oublient parfois de regarder la mer et marchent les yeux rivés sur le sable. Ils connaissent la rumeur :  Elle naît en février 1939, lors de l’exil des républicains d’Espagne après leur défaite contre le général Franco. Des camions franchissent la frontière, remplis d’une partie des réserves d’or de la Banque d’Espagne. Ce trésor de guerre doit être évacué vers des pays alliés, notamment au Mexique. Mais, dit-on, l’un des camions est détourné et son chargement est enterré là, à Argelès-sur-Mer. Est-ce pour le retrouver que la plage est ratissée une première fois, à l’été 1939 ? Ou qu’un étrange bulldozer retourne nuitamment son sable en 1953 ? Aujourd’hui encore, des chasseurs de trésor viennent se promener ici …même si des historiens (comme la Catalane Assumpta Montellà) assurent qu’en réalité tous les convois sont arrivés à bon port.

4 - Dans la forêt, une cloche remplie d'or

4 ) Dans la forêt, une cloche remplie d’or….

   Les ruines de l’abbaye cistercienne de Mazan suscitent depuis un siècle et demi la convoitise des chasseurs de trésor. Les moines y auraient caché, avant l’arrivée des révolutionnaires, une cloche pleine de pièces d’or. En laissant un indice : la cachette est visible, en regardant vers la forêt, à travers l’œil-de-bœuf de l’église… Facile, non ? ( de trouver l’œil de bœuf ! )

5 - Le jackpot serait près de l'office du tourisme

5 ) Le jackpot serait près de l’office du tourisme

   Sous leurs maisons à colombages, les sous-sols du Vieux Mans abritent des caves fort anciennes. Et de drôles d’histoires… Dans la nuit du 24 septembre 1792, la mère supérieure du couvent des ursulines enterre cinq coffres remplis de couverts d’argent et de pièces d’or. Le couvent n’existe plus. Et le trésor, qu’est-il devenu ?

6 - La dot des vierges de Verdun

6 ) La dot des vierges de Verdun

   On raconte qu’en 1792, à Verdun, des jeunes filles trop proches des soldats prussiens ,avant d’être arrêtées et guillotinées , ont caché leur fortune . Une certaine Anne Watrin (Anne Watrin est décédée, à l’âge de 103 ans ) aurait ainsi enterré 10 000 livres dans 12 cachettes à travers la ville…

7 - La chartreuse n'a pas livré son secret

7) La chartreuse n’a pas livré son secret

   Avant 1789, la chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon disposait, dans un coffre, de  » 120 pièces d’or, 935 pièces d’argent  »  et bien d‘autres merveilles. Mais, en 1792, les révolutionnaires chargés de confisquer ces biens ne les ont pas trouvés. Où sont-ils ? À proximité du couvent, aujourd’hui centre culturel ? On peut toujours y rêver en se promenant dans ce joyau architectural ! 

 

8 - Un trésor de guerre vendéen ?

8 ) Un trésor de guerre vendéen ?

   Dans l’Ouest, la bataille de Savenay est restée célèbre. Le 23 décembre 1793, l’armée vendéenne est mise en déroute par les troupes républicaines. Mais elle n’a peut-être pas tout perdu : des témoins ont vu, les jours suivants, des soldats vendéens en déroute enfouir leurs bourses aux alentours de la ville

9 - Les bijoux de Marie-Antoinette ont disparu à Montmédy

9 )  Les bijoux de Marie-Antoinette ont disparu à Montmédy

   Les souterrains de l’austère citadelle de Montmédy, à la frontière belge, cachent-ils des colliers, des diamants, des bracelets ? Ce trésor étincelant y serait dissimulé depuis    1791… Le 20 juin de cette année-là, Louis XVI, Marie-Antoinette et le dauphin quittent Paris. Leur objectif est de rejoindre la citadelle de Montmédy, où les attendent des troupes royalistes. Mais, on le sait, le roi et ses proches n’atteindront jamais cette impressionnante place forte datant du XVIe siècle. Ils seront arrêtés en chemin, le 21 au soir, à Varennes, et reconduits aussitôt à Paris.    En revanche, un homme a, dit-on, rejoint la citadelle. C’est le coiffeur favori de la reine, Léonard Autié Description de cette image, également commentée ci-après , parti en éclaireur avant le convoi royal. Marie-Antoinette lui aurait confié une partie de ses bijoux. En apprenant l’échec du plan royal, de peur d’être arrêté, le coiffeur s’en serait délesté à Montmédy… Où ? Peut-être dans les souterrains, ou dans le puits, profond de 82 mètres, percé au centre de la citadelle.    À l’office de tourisme, on explique que ce puits a déjà fait l’objet de plusieurs fouilles, malheureusement infructueuses.

10 - Quand Yvelines rime avec Vikings

10 )Quand Yvelines rime avec Vikings

    L’île de Villennes-sur-Seine abrite une centaine de villas cossues. On l’appelait même, dans les années 1950,  » l’île aux milliardaires  ». Pourtant, cette dénomination pourrait faire référence à une affaire beaucoup plus ancienne. Les habitants de cette commune des Yvelines ne savent pas toujours qu’une histoire de trésor est accrochée à leur terre. Et quel trésor ! Il y aurait été enterré sur l’île, en 845, par les Vikings, après deux pillages à Poissy et Meulan. Il est alors presque rituel pour les nouveaux propriétaires de donner un petit coup de pioche dans leur jardin, histoire de tenter leur chance. La version locale du Loto, en somme lol …

11 - Au fond de l'océan atlantique dort une caisse d'or…

11) Au fond de l’océan atlantique dort une caisse d’or…

   En 1940, face à l’avancée des troupes allemandes, le ministre des Finances décide de faire évacuer 736 tonnes d’or de la Banque de France vers les Antilles et les États-Unis.       Parmi les centaines de caisses de métal jaune qui transitent par Brest, l’une tombe à l’eau, semble-t-il, entre le fort du Portzic et le quai de Laninon. Après guerre, des plongeurs de la Banque de France explorent le fond, sans succès. La caisse a-t-elle été retrouvée et subtilisée ? Dort-elle toujours au fond de l’océan ? Mystère… de Brest.

12 - Où sont passées les cloches de Saint-Antonin-Noble-Val ?

12 ) Où sont passées les cloches de Saint-Antonin-Noble-Val ?

   En 1570, alors que les affrontements entre protestants et catholiques font rage, les habitants de Saint-Antonin-Noble-Val, charmante cité médiévale, décident de cacher les précieuses cloches de bronze de leur église. Et ils en donnent une localisation précise !       Selon un mémoire daté de 1755 et rédigé par un frère de Saint-Antonin, elles sont  » sous les maisons de madame Alliez, rue de la Place, et de monsieur Bardon sous la Grande Rue  » . Hélas, ces demeures ont disparu depuis. Sans doute se trouvaient-elles vers l’actuelle place de la Halle. Pour tout compliquer, une légende concurrente raconte que les cloches de Saint-Antonin ont été cachées non pendant les guerres de religion, mais à la Révolution, en 1792. Dans cette version-là, l’adresse de la cachette reste cependant la même …..et donc tout aussi caduque.

13 - Le magot de Mandrin est éparpillé

13 ) Le magot de Mandrin est éparpillé…..

    Où est passé le trésor de Louis Mandrin ? Le célèbre bandit, qui se livrait à la contrebande au 18ème siècle, a été arrêté et exécuté en 1755 sans révéler où était cachée sa fortune. On raconte, dans son Dauphiné natal, qu’il l’aurait dissimulée dans au moins deux cachettes. La première serait située aux abords de sa maison d’enfance, au coeur de la petite ville de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs ; la deuxième serait à l’intérieur du château de Rochefort, en Savoie, où le brigand a été arrêté.    Pour Didier Audinot Résultat d’images pour didier audinot , un historien qui a consacré une dizaine d’ouvrages aux trésors de France, ces  » planques  » sont plausibles. Une troisième piste mène à la combe des Malavaux, en Auvergne, à quelques kilomètres de Vichy, aujourd’hui occupée par une carrière… Et une quatrième à la forêt du Vercors, où Mandrin aurait enfoui quelques caisses d’or !

Auvergne !  J’y vis ! Peut-être devrais- je y aller voir  ? lol 

Passage tardif cette nuit car…

….même si certains / beaucoup pensent que  » çà  » ne vaut pas la peine de regarder ce genre de  » truc  » à mon âge , j‘ai pris du plaisir en regardant  » le seigneur des anneaux  » ( adapté du roman de Tolkien , que j’ai lu X fois aussi  ) !

Le Seigneur des Anneaux :

    Le Seigneur des Anneaux (The Lord of the Rings) est un roman en trois volumes de J. R. R. Tolkien paru entre 1954 et 1955, bien qu’il doit être considéré comme un seul livre. Quoique les deux histoires puissent être lues de façon indépendante, il est la suite de Bilbo le Hobbit, suite demandée par son éditeur à Tolkien .

Auteur: J. R. R. Tolkien
Chapitres: 62 répartis en 6 livres, parus en 3 tomes
Illustrateur: Tolkien lui-même
Parution: 1954-1955 ( 1955 = année de ma naissance
   Tolkien

   Qui était L’auteur de la trilogie   » le seigneur des anneaux  »

indeJ.R Tolkien

   De nationalité anglaise ; Royaume-Uni Tolkien est né à Bloemfontein en Afrique du sud , le 3/01/1892….Il décédera à Bournemouth le 02/09/1973  à l’âge de 81 ans

  John Ronald Reuel Tolkien, plus connu sous sa signature : J. R. R. Tolkien,est un écrivain, poète, philologue et professeur d’université anglais.

    Il est principalement connu en tant qu’auteur des romans de high fantasy Bilbo le Hobbit et Le Seigneur des anneaux.

Tolkien fut professeur d’anglo-saxon à l’université d’Oxford (Pembroke) de 1925 à 1949, et professeur de langue et de littérature anglaise à Merton de 1945 à 1959.

   Ami proche de C. S. Lewis, il est, comme lui, membre du groupe littéraire connu sous le nom d’Inklings. Tolkien est nommé commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique par la reine Élisabeth II le 28 mars 1972.

  Après sa mort, son troisième fils Christopher publie plusieurs ouvrages basés sur les nombreuses notes et manuscrits inédits de son père, dont Le Silmarillion.

   Avec Bilbo le Hobbit et Le Seigneur des anneaux, ces livres forment un ensemble uni de récits, poèmes, essais et langues construites concernant le monde imaginaire d’Arda, dont la Terre du Milieu est le continent principal. Dans les années 1950, Tolkien donne le nom de   » legendarium  » à ces écrits.

   Ses ouvrages ont eu une influence majeure sur les écrivains de fantasy ultérieurs. En 2008, le Times l’a classé sixième d’une liste des   » 50 plus grands écrivains britanniques depuis 1945″.

Nestor Burma ….

  Nestor Burma est un détective privé de fiction, créé en 1942 par Léo Malet Afficher l’image source  .  » On peut le considérer comme le premier détective privé de la littérature policière française  ».  » Ce  »Gavroche  » monté en graine (selon l’expression de Boileau-Narcejac Résultat d’images pour Boileau-Narcejac ) entretient d’assez mauvais rapports avec la police officielle, toujours prête à le soupçonner des pires méfaits. Cynique, gouailleur, très désinvolte, il ne connaît pas toujours la réussite, mais ne laisse pas les dames indifférentes ». La plupart de ses aventures ont pour cadre la ville de Paris, notamment dans les romans de la série des Nouveaux Mystères de Paris, dont le titre est un clin d’œil aux Mystères de Paris d’Eugène Sue    et dont l’action se déroule à chaque fois dans un arrondissement différent.

 

   Nestor Burma a de nombreux traits en commun avec son créateur, Léo Malet : il  » a été anarchiste (Brouillard au pont de Tolbiac), prisonnier dans un stalag (120, rue de la Gare) et flâneur dans Paris. Comme Malet, Burma est adepte du calembour et de la contrepèterie, et il aime taquiner les jolies filles  ».

    Le héros est donc bien français et sa singularité s’explique par les événements qui ont marqué son existence, par l’affection ludique qu’il accole aux jeux de mots et par son attitude gouailleuse à l’égard des femmes. Mais c’est également, comme tout héros du roman noir,  » un homme d’action, un dur à cuire, qui n’hésite pas à faire usage, chevaleresquement ou non, de ses poings. Il connaît bien les vies diurnes et nocturnes de la capitale, et quelques milieux  » interlopes  » , profession oblige, tout comme les faits divers criminels qui ont défrayé sa chronique   ». Il a aussi une tête dure, et c’est tant mieux, puisqu’il ne se passe pas une enquête digne de ce nom sans qu’il se fasse matraquer, de préférence sur l’occiput, au point d’être encore un peu sonné à son réveil.   Il suffit d’ajouter  à cela des nerfs d’acier, au demeurant fort utiles quand, comme lui…. Et on est un détective qui a le chic d’avoir découvert au cours de sa carrière une quantité alarmante de cadavres.

Léo Malet :

 

 

Une autre  » face  » de Guy Marchand :

Les paroles : ( Jaime beaucoup ) 

Il est trois heures et demie
Y a plus personne au bar
Tout le monde est parti
T’endors pas, l’ami
J’ai pas fini mon histoire
Celle de ma vie
Le meilleur c’est la fin
J’ te préviens
Et c’est triste comme un blues
Remets m’en un pour mes amours
Et un autre pour la route

Si j’ai mauvaise mine
Remets donc une petite pièce
Dans la machine
Un peu de musique
Ça peut rendre la tristesse
Moins pathétique
Écoute bien c’ que j’ te dis
Dans cette chienne de vie
T’as pas d’ami
Remets m’en un pour mes amours
Et un autre pour la route

J’ suis pas une grosse tête
Mais une espèce de poète
Et y a encore un tas d’ choses
Que j’ t’ai pas dit
Je sais bien, y a pire
Mais je me sens mourir
Quand je pense à elle
Hum, tu vas rigoler
V’là que je sais plus où j’habite
J’ai oublié
Fais-moi l’addition
Merci pour le service
La conversation
C’est comme dans la vie
Quand c’est fini
Faut payer les violons
Remets m’en un pour mes amours
Et un autre pour la route
Cette longue, cette longue, longue route…..

LE MYSTÈRE DE L’ÉVADÉ D’ALCATRAZ…

alcatraz (2)

   Ce mystère est lié à la fuite de la prison d’Alcatraz la nuit le 11 juin 1962, de trois détenus voleurs et braqueurs de banque. Ils prennent la fuite à bord d’un radeau de fortune après avoir creusé le mur de leur cellule. Un quatrième individu devait les rejoindre mais n’a pas réussi car le trou qu’il avait creusé était trop petit pour lui !

     Les trois détenus ne seront jamais retrouvés. Les enquêteurs pensent qu’ils se sont noyés dans la baie de San Francisco. Mais leurs corps  ne furent jamais trouvés.

   Mais ce n’est pas là tout le mystère :

    Faute d’avoir été retrouvés ils sont donc présumés morts. Aucun de leurs proches n’a de nouvelles d’eux et aucun des fugitifs ne semblait avoir les moyens d’assurer financièrement leur cavale. La nuit de leur évasion la marée était particulièrement haute. Ne pas retrouver de corps n’était pas surprenant. Mais en réalité  un corps fut retrouvé, le 17 juillet 1962, tellement détérioré que l’identification fut impossible. Les enquêteurs présumèrent qu’il s’agissait d’un des trois hommes.

    L’enquête du FBI s’est poursuivie pendant 17 ans, dans un dossier de plus de 1 700 pages jusqu’au 31 décembre 1979  (date à laquelle il fut classé ) …et transféré au niveau des Marshals en 1981 qui en eut la compétence jusqu’à ce que l’âge du plus âgé atteigne théoriquement 100 ans.

   Mais en 2013 :  Rebondissement. Une mystérieuse lettre fut envoyée aux autorités: « Mon nom est John Anglin. Je me suis évadé d’Alcatraz en juin 1962 avec mon frère Clarence et Frank Morris. J’ai 83 ans et je suis en mauvaise santé, j’ai un cancer. Oui, nous avons tous survécu, mais de justesse ».

   Toujours selon cette lettre, les deux autres détenus seraient morts, l’un en 2008, l’autre en 2011. Le texte poursuit :  »Si vous annoncez publiquement à la télévision que vous me promettez que je n’irais en prison qu’un an afin d’être soigné, je vous dirais exactement où je suis, ce n’est pas une blague » .

    La police réouvrit l’enquête mais les analyses ADN ne furent pas concluantes.

   Cependant , pour la famille de l’auteur présumé de la lettre, les choses ne sont pas si simples. En 2013, ils reçurent d’étranges cartes à Noël et des coups de fil mystérieux de la part d’un homme dont ils étaient persuadés qu’il s’agissait de John Anglin. Mieux une photo existerait datant de 1975 sur laquelle on peut voir deux frères évadés travaillant dans une ferme d’Amérique du Sud. L’image aurait été prise à Rio par un certain Fred Brizzi, qui a grandi avec les frères Anglin et a succombé à un cancer des os en 1993.

Vide….

……compte bancaire : Plus que vide ! Afficher l’image source

 

 

       placards et frigo : vides …Résultat d’images pour images réfrigérateur vide

cigarettes : zéro ,manque ….Résultat d’images pour images jpeg paquet cigarette vide

     commentaires  sur mes blogs : vides !!

      » tête ,esprit  » vides ..

    Alors ….KLIK…….

       Soyez bien vous , qui , par hasard passeriez ….

( Sitôt avoir mis ce billet pleurnichard , je l’ai regretté , bahh tant pis )