Hybridation?….

    L’hybridation entre espèces voisines se pratique depuis longtemps. C’est ainsi que certains chevaux sont croisés avec des ânes ou des zèbres. Dans ces conditions, l’hybridation entre un homme et un chimpanzé serait-elle possible? Bien que plusieurs cas d’un tel croisement aient été signalés, rien ne le prouve pour l’instant.

    Une hybridation possible?

   Nous savons que l’homme et le chimpanzé sont deux espèces très proches. En effet, leur ADN est très semblable. Certes, l’homme possède une paire de chromosomes en moins que les grands singes.

   Mais certaines espèces peuvent s’accoupler, et devenir fertiles, sans avoir le même nombre de chromosomes. Les chevaux, qui possèdent 32 paires de chromosomes, sont bien croisés avec des zèbres, qui n’en ont, selon les espèces, qu’entre 16 et 23 paires.

   Cette similitude du patrimoine génétique a donc conduit certains scientifiques à envisager une hybridation entre l’homme et le chimpanzé, dont le produit serait une créature appelée  »humanzee  »…..

À la recherche de l’  »humanzee  »

  Dans les années 1920, un biologiste russe, Ilya Ivanovitch Ivanov Résultat d’images pour Ilia Ivanov , s’est intéressé à l’hybridation de l’homme et du chimpanzé. Il réussit à obtenir le soutien des autorités soviétiques et de l’Institut Pasteur.

   Fort de ce patronage, il se rend au centre des primates installé en Guinée française. Là, il réussit à inséminer trois guenons avec du sperme humain. Mais aucune des trois femelles n’est tombée enceinte.

   D’autres sources citent des expériences d’hybridation menées en Chine dans les années 1960. Après insémination, une guenon serait ainsi tombée enceinte, sans que la grossesse ait pu être menée à son terme.

   On rapporte également qu’une autre tentative aurait été entreprise aux États-Unis, dans les années 1920. Non seulement la femelle chimpanzé serait tombée enceinte, mais elle aurait accouché d’un bébé vivant, que les scientifiques n’auraient pas gardé.

  Dans les années 1970, c’est un singe savant, nommé Oliver, qui alimente la rumeur. Ce chimpanzé de cirque serait le produit d’une hybridation entre l’homme et le singe.!!! L’étrange comportement de cet animal avait semé le doute

  Mais des examens révèlent qu’Oliver possède le même nombre de chromosomes que tout autre singe. Il n’est donc pas le premier  »humanzee ».hybride( <= Singe  » Oliver  » 

 »Il faut faire la croix à la cheminée  »….

   Une expression que ma grand-mère employait , elle m’est revenue cet après-midi après un appel d’une amie perdue de vue  depuis très longtemps ( elle avait appris le décès de ma mère ) , bref….L’idée m’est venue de chercher la signification et l’origine de cette expression …..( le pire ou le mieux : Ma chère Léone faisait vraiment une croix sur le chambranle Résultat d’images pour illustrations, images cheminée avec chambranle en boisde la  cheminée  lol ) ..

L’expression : s’emploie à la vue d’un événement agréable et inattendu, ( par exemple, à l’arrivée d’un ami qu’on n’a pas vu depuis longtemps  . Mon cas avec l’amie  cet après-midi ) 

    Quelques conjectures sur l’origine de l’ expression :

       Les anciens marquaient d’une pierre blanche les jours heureux, et d’une noire les malheureux

Horace écrit qu’on marquait avec de la craie ce qui était louable, et avec du charbon les objets de haine. C’est dans ce sens que le poète Horace, s’interroge au sujet des deux fils d’Arrius qui ne mangeaient que des rossignols :  (Faut-il les noter avec de la craie ou avec du charbon ?)  -Horace , pour moi = vague souvenir du lycée / philo …..

Les Romains ont probablement du nous transmettre cet usage, dont il ne nous est resté ensuite que l’expression. Cela est d’autant plus probable qu’autrefois on écrivait croye pour craie.   L’équivoque de croye avec croix aura pu modifier  le proverbe, qui était peut-être énoncé de cette façon : Il faut mettre la croye à la cheminée.

   

Le savoir est inutile …mais

1 )La Coursive, Résultat d’images pour la coursive à la rochelle images , photos jpgsalle de spectacle de La Rochelle, a été successivement couvent, manufacture de tabac, entrepôt de douane, halle aux poissons et salle de sport.

2)

Avant l’invention de la gomme Résultat d’images pour images,illustrations gommes , on effaçait les traits de crayons, de mine de plomb ou de fusain avec de la mie de pain Résultat d’images pour illustration,images mie de pain  .

Pas de commentaire depuis plus de 10 jours environ => coms Bloqués !

Ces trésors toujours…..

…. cachés en France qui  n’auraient jamais été retrouvés…..?

1 - Au château de Nantouillet, le Cardinal roulait sur l'or

1 ) Au château de Nantouillet, le Cardinal roulait sur l’or

   L’imposant château de Nantouillet, dans la petite ville du même nom, illustre l’orgueil de son bâtisseur, le cardinal Antoine Duprat Résultat d’images pour cardinal antoine duprat . Ce dignitaire, proche de François Ier, rêvait, dit-on, de devenir… pape ! Sa fortune, 400000 écus, devait lui permettre d’acheter le vote des cardinaux. Mais le roi s’y serait opposé. L’argent de l’élection n’a donc pas quitté Nantouillet. Selon une légende locale, il dormirait dans des tonneaux tonneau or , au fond des souterrains du château.

   

2 - Le tableau de Saint-Fargeau était la honte de la famille

2 ) Le tableau de Saint-Fargeau était la honte de la famille

   Dans ce château de la Renaissance se cache peut-être un chef-d’œuvre du XVIIIème siècle. Une toile disparue de Louis David, qui a peint Marat assassiné.          En1793, l’artiste aurait réalisé le portrait d’un autre député montagnard, Louis Michel Le Peletier, sur son lit de mort L.M Pelletier . Pendant des années, les Parisiens peuvent admirer le tableau, exposé aux Tuileries. Puis, en1826, David le revend à la fille du député, Suzanne. Et on en perd alors la trace. Celle-ci, royaliste convaincue, a-t-elle détruit ce portrait par honte des opinions révolutionnaires de son père ? Un des arrière-petits-enfants de Louis Michel Le Peletier évoque une autre hypothèse:  » La tradition familiale assure que Suzanne a dissimulé le tableau  » honni  » de David dans l’épaisseur des murs de Saint-Fargeau.  »  Ce descendant n’est autre que l’écrivain Jean d’Ormesson  Résultat d’images pour Jean d'Ormesson,!  qui a souvent rêvé, dans ce château où il séjournait, à cet incroyable trésor…

 

3 - Argelès, sa plage, ses lingots…

3 ) Argelès, sa plage, ses lingots

     La plage d’Argelès-sur-Mer : La rumeur attachée à ce lieu, fait que  de curieux vacanciers oublient parfois de regarder la mer et marchent les yeux rivés sur le sable. Ils connaissent la rumeur :  Elle naît en février 1939, lors de l’exil des républicains d’Espagne après leur défaite contre le général Franco. Des camions franchissent la frontière, remplis d’une partie des réserves d’or de la Banque d’Espagne. Ce trésor de guerre doit être évacué vers des pays alliés, notamment au Mexique. Mais, dit-on, l’un des camions est détourné et son chargement est enterré là, à Argelès-sur-Mer. Est-ce pour le retrouver que la plage est ratissée une première fois, à l’été 1939 ? Ou qu’un étrange bulldozer retourne nuitamment son sable en 1953 ? Aujourd’hui encore, des chasseurs de trésor viennent se promener ici …même si des historiens (comme la Catalane Assumpta Montellà) assurent qu’en réalité tous les convois sont arrivés à bon port.

4 - Dans la forêt, une cloche remplie d'or

4 ) Dans la forêt, une cloche remplie d’or….

   Les ruines de l’abbaye cistercienne de Mazan suscitent depuis un siècle et demi la convoitise des chasseurs de trésor. Les moines y auraient caché, avant l’arrivée des révolutionnaires, une cloche pleine de pièces d’or. En laissant un indice : la cachette est visible, en regardant vers la forêt, à travers l’œil-de-bœuf de l’église… Facile, non ? ( de trouver l’œil de bœuf ! )

5 - Le jackpot serait près de l'office du tourisme

5 ) Le jackpot serait près de l’office du tourisme

   Sous leurs maisons à colombages, les sous-sols du Vieux Mans abritent des caves fort anciennes. Et de drôles d’histoires… Dans la nuit du 24 septembre 1792, la mère supérieure du couvent des ursulines enterre cinq coffres remplis de couverts d’argent et de pièces d’or. Le couvent n’existe plus. Et le trésor, qu’est-il devenu ?

6 - La dot des vierges de Verdun

6 ) La dot des vierges de Verdun

   On raconte qu’en 1792, à Verdun, des jeunes filles trop proches des soldats prussiens ,avant d’être arrêtées et guillotinées , ont caché leur fortune . Une certaine Anne Watrin (Anne Watrin est décédée, à l’âge de 103 ans ) aurait ainsi enterré 10 000 livres dans 12 cachettes à travers la ville…

7 - La chartreuse n'a pas livré son secret

7) La chartreuse n’a pas livré son secret

   Avant 1789, la chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon disposait, dans un coffre, de  » 120 pièces d’or, 935 pièces d’argent  »  et bien d‘autres merveilles. Mais, en 1792, les révolutionnaires chargés de confisquer ces biens ne les ont pas trouvés. Où sont-ils ? À proximité du couvent, aujourd’hui centre culturel ? On peut toujours y rêver en se promenant dans ce joyau architectural ! 

 

8 - Un trésor de guerre vendéen ?

8 ) Un trésor de guerre vendéen ?

   Dans l’Ouest, la bataille de Savenay est restée célèbre. Le 23 décembre 1793, l’armée vendéenne est mise en déroute par les troupes républicaines. Mais elle n’a peut-être pas tout perdu : des témoins ont vu, les jours suivants, des soldats vendéens en déroute enfouir leurs bourses aux alentours de la ville

9 - Les bijoux de Marie-Antoinette ont disparu à Montmédy

9 )  Les bijoux de Marie-Antoinette ont disparu à Montmédy

   Les souterrains de l’austère citadelle de Montmédy, à la frontière belge, cachent-ils des colliers, des diamants, des bracelets ? Ce trésor étincelant y serait dissimulé depuis    1791… Le 20 juin de cette année-là, Louis XVI, Marie-Antoinette et le dauphin quittent Paris. Leur objectif est de rejoindre la citadelle de Montmédy, où les attendent des troupes royalistes. Mais, on le sait, le roi et ses proches n’atteindront jamais cette impressionnante place forte datant du XVIe siècle. Ils seront arrêtés en chemin, le 21 au soir, à Varennes, et reconduits aussitôt à Paris.    En revanche, un homme a, dit-on, rejoint la citadelle. C’est le coiffeur favori de la reine, Léonard Autié Description de cette image, également commentée ci-après , parti en éclaireur avant le convoi royal. Marie-Antoinette lui aurait confié une partie de ses bijoux. En apprenant l’échec du plan royal, de peur d’être arrêté, le coiffeur s’en serait délesté à Montmédy… Où ? Peut-être dans les souterrains, ou dans le puits, profond de 82 mètres, percé au centre de la citadelle.    À l’office de tourisme, on explique que ce puits a déjà fait l’objet de plusieurs fouilles, malheureusement infructueuses.

10 - Quand Yvelines rime avec Vikings

10 )Quand Yvelines rime avec Vikings

    L’île de Villennes-sur-Seine abrite une centaine de villas cossues. On l’appelait même, dans les années 1950,  » l’île aux milliardaires  ». Pourtant, cette dénomination pourrait faire référence à une affaire beaucoup plus ancienne. Les habitants de cette commune des Yvelines ne savent pas toujours qu’une histoire de trésor est accrochée à leur terre. Et quel trésor ! Il y aurait été enterré sur l’île, en 845, par les Vikings, après deux pillages à Poissy et Meulan. Il est alors presque rituel pour les nouveaux propriétaires de donner un petit coup de pioche dans leur jardin, histoire de tenter leur chance. La version locale du Loto, en somme lol …

11 - Au fond de l'océan atlantique dort une caisse d'or…

11) Au fond de l’océan atlantique dort une caisse d’or…

   En 1940, face à l’avancée des troupes allemandes, le ministre des Finances décide de faire évacuer 736 tonnes d’or de la Banque de France vers les Antilles et les États-Unis.       Parmi les centaines de caisses de métal jaune qui transitent par Brest, l’une tombe à l’eau, semble-t-il, entre le fort du Portzic et le quai de Laninon. Après guerre, des plongeurs de la Banque de France explorent le fond, sans succès. La caisse a-t-elle été retrouvée et subtilisée ? Dort-elle toujours au fond de l’océan ? Mystère… de Brest.

12 - Où sont passées les cloches de Saint-Antonin-Noble-Val ?

12 ) Où sont passées les cloches de Saint-Antonin-Noble-Val ?

   En 1570, alors que les affrontements entre protestants et catholiques font rage, les habitants de Saint-Antonin-Noble-Val, charmante cité médiévale, décident de cacher les précieuses cloches de bronze de leur église. Et ils en donnent une localisation précise !       Selon un mémoire daté de 1755 et rédigé par un frère de Saint-Antonin, elles sont  » sous les maisons de madame Alliez, rue de la Place, et de monsieur Bardon sous la Grande Rue  » . Hélas, ces demeures ont disparu depuis. Sans doute se trouvaient-elles vers l’actuelle place de la Halle. Pour tout compliquer, une légende concurrente raconte que les cloches de Saint-Antonin ont été cachées non pendant les guerres de religion, mais à la Révolution, en 1792. Dans cette version-là, l’adresse de la cachette reste cependant la même …..et donc tout aussi caduque.

13 - Le magot de Mandrin est éparpillé

13 ) Le magot de Mandrin est éparpillé…..

    Où est passé le trésor de Louis Mandrin ? Le célèbre bandit, qui se livrait à la contrebande au 18ème siècle, a été arrêté et exécuté en 1755 sans révéler où était cachée sa fortune. On raconte, dans son Dauphiné natal, qu’il l’aurait dissimulée dans au moins deux cachettes. La première serait située aux abords de sa maison d’enfance, au coeur de la petite ville de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs ; la deuxième serait à l’intérieur du château de Rochefort, en Savoie, où le brigand a été arrêté.    Pour Didier Audinot Résultat d’images pour didier audinot , un historien qui a consacré une dizaine d’ouvrages aux trésors de France, ces  » planques  » sont plausibles. Une troisième piste mène à la combe des Malavaux, en Auvergne, à quelques kilomètres de Vichy, aujourd’hui occupée par une carrière… Et une quatrième à la forêt du Vercors, où Mandrin aurait enfoui quelques caisses d’or !

Auvergne !  J’y vis ! Peut-être devrais- je y aller voir  ? lol 

Pour finir……….

Le savoir est inutile , mais il parait que…..

1 )  L’état étant à court d’argent , Louis XIV Résultat d’images pour louis xiv imagesa fait fondre son trône en or !Résultat d’images pour illustrations trône royal en or

2 )La montagne russe la plus rapide du monde , à Abou Dhabi ( L’émirat d’Abou Dabi se situe dans le sud et l’ouest des Émirats arabes unis dont il représente 80,5 % de la superficie) , peut atteindre 240 km/h !Résultat d’images pour images montagne russe de abou dhabi

Le tiramisu …..

….. un gâteau  » coquin  » ??!

Le tiramisu Résultat d’images pour tiramisu images jpg, comme chacun ( ou presque ) sait est un célèbre gâteau ( que j’adore ) qui provient du nord de l’Italie ….Son nom serait un dérivé d’une expression italienne signifiant  » remonter le moral  »  ou  » redonner des forces  »         Certainement à cause de sa teneur en café et de son goût très apprécié  …..Cependant , une légende vénitienne donne une explication plus….précise : A la Renaissance , les prostituées  Résultat d’images pour images prostituées italiennes à la renaissancede la ville ,  » très occupées  » lol , en servaient à leurs clients avant un rapport  sexuel dans le but de leur donner de l’énergie  ! Ou en prenaient elles – mêmes pour se remonter le moral après une  » rude nuit  » !!

Coronavirus : les  » crieurs des morts  » du XXIe siècle, fossoyeurs de l’Histoire ?

   N.B : Je mets ce billet ( que j’aurais mis sur mon autre blog si ce  dernier était lu ) , en étant conscient que je risque de choquer les quelques lecteurs qui passeraient , mais je pense, suis persuadé que c’est VRAI ! Si il était besoin de preuve que j’y crois: Je n’ai pas acheté de masque par exemple et n’ai pratiquement rien changé à ma façon de vivre , mes habitudes ( si ce n’est le fait que je suis bien obligé de respecter certaines règles dans les lieux publiques , comme (  » si plus de 3 personnes dans l’établissement , n’entrez pas   » ) etc….

    En instrumentalisant une létalité ……: ( La létalité désigne une statistique établie sur le risque potentiel qu’une substance peut provoquer au niveau d’un effet secondaire qui serait fatal et engagerait donc le pronostic vital de la personne qui la consomme ) 

Exemple :  »La létalité de ce produit n’est plus à prouver  » .

….donc une létalité    que nous savons désormais erronée, en abreuvant la population d’une pléthore de données  » scientifiques  » censées justifier des mesures coercitives, en favorisant l’éclosion de polémiques ( pénurie de masques, respect des protocoles habituels d’élaboration de traitements… ) visant à faire diversion, les instances politiques décisionnaires se sont rendues coupables de crime… à tout le moins contre l’intelligence des plus lucides des Français

    Dans un passionnant entretien vidéo de plus d’une heure réalisé le 25 avril dernier, Jean-Dominique Michel Résultat d’images pour jean-dominique michel, anthropologue médical, anthropologue médical de nationalité suisse ayant exercé 15 ans dans le domaine de la santé publique, décrypte sans concession quelques-uns des tenants et aboutissants des dispositions adoptées par plusieurs pays occidentaux regardant la  » crise sanitaire  » découlant du Coronavirus : une mise en perspective intellectuellement salutaire, pointant les manquements et mensonges confinant à une véritable et non moins funeste imposture politique.

 Pour  rappeler le contexte, d’une létalité (proportion de décès par rapport au nombre de personnes infectées ) de 3,4 % scandée par l’OMS le 4 mars dernier  et d’une étude de  » l’Imperial Collège  » à Londres estimant le 12 mars à 500 000 le nombre de victimes potentielles sur le sol français, ces deux estimations ayant constitué le socle des décisions gouvernementales relatives aux restrictions de liberté de circulation et au sabordage économique de notre pays … Un des épidémiologistes de l’Institut Pasteur rapportant le 15 mars dernier que  » les observations de terrain coïncident avec les prédictions du modèle et ont tout autant concouru au processus de décision  » , nous sommes désormais passés, selon les résultats de travaux menés par l’Institut Pasteur  rendus publics le 21 avril, à 0,5 %, une étude émanant de l’Université de Californie du Sud et relayée par Associated Press  ce même 21 avril évaluant quant à elle cette même létalité à environ 0,35 %.

Un crieur des morts au XVIIe siècle. Gravure de 1856
( Un crieur des morts au XVIIe siècle. Gravure de 1856 )

 

À l’heure où, sans nul doute à seule fin de maintenir le peuple dans l’état de sidération nécessaire à l’acceptation de mesures tant  » ubuesques  » que drastiques, les très médiatiques  » crieurs des morts  » du XXIe siècle.. exerçant encore à la fin du XVIIe siècle, le crieur des morts s’en allait par les rues, par les carrefours, annoncer au son d’une clochette, la nuit autant que le jour, les décès et les heures d’enterrement , à la solde des instances gouvernementales se font un devoir d’égrener quotidiennement, et sans rougir de l’indécente comparaison historique, le nombre de victimes d’une crise sanitaire supposément  » sans précédent  », mais il faudrait garder  à l’esprit que la  » grippe espagnole  », sévissant au début du XXe siècle, fit 20 à 50 millions de morts dans le monde , soit 2,5 à 5 % de la population , le choléra du milieu du XIXe siècle  quant à lui avait entraîné plus d’un million de décès pour la seule Europe, et la peste noire au XIV siècle fut de son côté responsable de la mort de 6 millions de Français , soit le tiers de la population de l’époque  !  

   Sachant qu’à ce jour, on attribue officiellement au Coronavirus le décès d’un peu plus de 200 000 personnes dans le monde, ( soit 0,003 % de la population ), que doit-on en conclure ? Tout rapprochement de la crise sanitaire actuelle avec les fléaux antérieurs évoqués relève-t-il d’une surprenante méconnaissance historique ou d’une coupable désinformation ?

Pressentant que le chiffon rouge de la  » pandémie  », agité par l’OMS, aurait de moins en moins le vent en poupe et que le paramètre létalité aurait bientôt vécu son heure de triste gloire, les autorités gouvernementales françaises ont  déjà changé leur cheval de bataille, attirant désormais l’attention des confinés de Français sur un autre chiffre plus à même d’inoculer de nouveau l’effroi, justifiant notamment la poursuite mortifère de la mise sous perfusion économique de certains secteurs d’activité, les entraves visant spécifiquement la religion catholique ou encore l’extension du  » masquage  » de la population (moyen, parmi tant d’autres, de jauger du degré de domestication d’un peuple ) !!.

 Car, toujours selon les résultats de l’étude de l’Institut Pasteur publiés le 21 avril dernier, à peine 6 % des Français  auraient été contaminés par le virus ( chiffre qui ne devrait pas laisser de nous interroger, le virus annoncé comme hautement contagieux ayant librement circulé depuis au moins janvier en France, soit durant deux mois et demi avant un confinement au demeurant poreux ), laissant ainsi planer le redoutable spectre d’une  » deuxième vague  », plus meurtrière encore.    Pourtant, selon des travaux réalisés par l’Université d’Oxford , environ 50 % de la population britannique avait déjà contracté le virus fin mars… Si la Grande-Bretagne n’est certes pas la France et si nous pensions qu’un simple tunnel les séparait, faudrait-il désormais compter avec » un gouffre mathématique et sanitaire  » pour le moins… singulier ?!!!!!

 » péchés mignons » …

Les  » péchés mignons  » des stars de l’Histoire…

Le cocktail antique du roi Midas

Le cocktail antique du roi Midas :

   Des études réalisées au début des années 2000 sur des bols à boire provenant de la tombe de Midas ont révélé la composition des breuvages du roi de Phrygie qui régna de 715 à 676 av. J.-C. en Asie Mineure. Le souverain, connu pour changer en or tout ce qu’il touchait, n’avait peur de rien en matière de cocktail ! Il étanchait sa soif d’un mélange de bière d’orge, de vin et d’hydromel. Cette boisson, connue en Grèce sous le nom de kykeon, accompagnait de grands barbecues de plein air où rôtissaient des chèvres et des moutons épicés.

Les lasagnes aux raviolis de Frédéric II

Les lasagnes aux raviolis de Frédéric II :

   Bien avant Marco Polo et la légende de leur importation en Europe, les princes mangeaient déjà des pâtes ! Au XIIIe siècle, l’empereur du Saint Empire romain germanique, installé avec sa cour à Naples, en était friand. Son livre de cuisine (Liber de coquina), le plus ancien manuscrit culinaire, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France, donne sa recette favorite : Une tourte de lasagnes aux raviolis: Grosso modo, un rouleau et demi de pâte brisée, 400 g de lasagnes, une dizaine de raviolis frais, 1 kilo de saucisse, des œufs durs, de la mozzarella, montés couche après couche… Plutôt roboratif !

Le puits d’amour de la Pompadour

Le puits d’amour de la Pompadour :

   Pour Jeanne Poisson, marquise de Pompadour, ce petit gâteau est une preuve d’amour que son amant, le roi Louis XV, lui offre souvent ! A l’époque, cette pâtisserie était remplie de gelée de groseille à la place de la crème vanillée d’ aujourd’hui. Mais ce qui fait tant craquer la favorite du monarque, c’est la pâte feuilletée ! Vive le beurre !

La tête de veau de Chirac

La tête de veau de J.Chirac :

   S’il est un produit qui lui colle à la peau ( en plus de la pomme dont il fit son emblème pour la campagne présidentielle de 1995 ) c’est la tête de veau ! En 1992, lorsque Jacques Chirac fête ses 60 ans Aux Charpentiers, rue Mabillon à Paris, c’est autour de cette spécialité maison. Le message est clair : loin du parisianisme, ce plat canaille du terroir rappelle ses attaches en Corrèze, ses origines et son fief électoral. Plutôt osé en pleine crise sanitaire de la vache folle.

Le champagne Drappier de De Gaulle

Le champagne Drappier de De Gaulle :

   Dans les années 1960, Charles de Gaulle séjourne dans sa propriété de la Boisserie, à Colombey-les-Deux-Eglises (52). Depuis son bureau, il aperçoit le vignoble de la maison de champagne Drappier. Le général ne tarde pas à devenir un adepte de sa production Extra Dry, riche en pinot noir (80%), qui présente une mousse aérienne et des notes légèrement confites. Il s’agit d’une cuvée peu sucrée, contrairement aux habitudes qui prédominent à l’époque.

   Commande est passée : Drappier devient durant dix ans le fournisseur exclusif des dîners privés à Colombey.

L’omelette aux écrevisses de George Sand

L’omelette aux écrevisses de George Sand :

   Avec la littérature, la gastronomie est l’autre passion de l’auteure de La Mare au diable. Très attachés au terroir de son Berry, les carnets de cuisine de George Sand compilent quelque 700 recettes ! Critique gastronomique à ses heures, cette épicurienne recevait dans son château de Nohant doté d’un potager, d’un verger et d’une serre où poussaient des ananas. Potages, gibiers, sablés… régalaient ses convives, des écrivains comme Gustave Flaubert, Théophile Gautier, Dumas fils ou Honoré de Balzac et des artistes tels son amant Chopin ou le peintre Delacroix. Son mets  » chouchou  » ? L’omelette aux queues d’écrevisses  ?  :  » Faites cuire les écrevisses à l’eau sans assaisonnement, épluchez-les, mettez-les cuire dans le beurre, et glissez-les toutes chaudes dans l’omelette aux trois quarts faite » (extrait de Carnets de voyage à Gargilesse, 1858).

Les petits pois de Louis XIV

Les petits pois de Louis XIV :

  Le Roi-Soleil, doté d’un appétit d’ogre, avait une passion pour les… petits pois. A la cour, ils sont de tous les repas et cuisinés à toutes les sauces. Et quand ce n’est pas la saison, les cuisiniers vont jusqu’à déguiser des légumes verts en petits pois.! Les courtisans, toujours prompts à copier les goûts de leur souverain, s’en entichent également :  » Le chapitre des pois dure toujours. L’impatience d’en manger, le plaisir d’en avoir mangé, et la joie d’en manger encore […]. C’est une mode, une fureur  » (  madame de Sévigné ).

C’était ce dimanche….

    La fête des mères …..Malheureusement , pour moi , mamanfamille étant décédée il y a exactement 3 mois, pas d’appel ni de cadeau …..

     J’ai tout de même en envie de chercher l’origine de cette fête ( devenue commerciale ) ….

L’explication la plus courante est que Pétain fut à l’origine de cette fête : 

Le Maréchal Pétain, 25 mai 1941 : ( discours )

   »  La France célèbre aujourd’hui la famille. Elle se doit d’honorer d’abord les mères.

   Depuis dix mois, je convie les Français à s’arracher aux mirages d’une civilisation matérialiste. Je leur ai montré les dangers de l’individualisme. Je les ai invités à prendre leur point d’appui sur les institutions naturelles et morales auxquelles est lié notre destin d’homme et de Français.

   La famille, cellule initiale de la société, nous offre la meilleure garantie de relèvement. Un pays stérile est un pays mortellement atteint dans son existence. Pour que la France vive, il lui faut d’abord des foyers.

   Le foyer, c’est la maison où l’on se réunit, c’est le refuge où les affections se fortifient. C’est cette communauté spirituelle qui sauve l’homme de l’égoïsme et lui apprend à s’oublier pour se donner à ceux qui l’entourent.

   Maîtresse du foyer, la mère, par son affection, par son tact, par sa patience, confère à la vie de chaque jour sa quiétude et sa douceur. Par la générosité de son cœur, elle fait rayonner autour d’elle l’amour qui permet d’accepter les plus rudes épreuves avec un courage inébranlable.

     Mères de notre pays de France, votre tâche est la plus rude. Elle est aussi la plus belle.

    Vous êtes, avant l’État, les dispensatrices de l’éducation. Vous seules savez donner à tous ce goût du travail, ce sens de la discipline, de la modestie, du respect qui fait les hommes sains et les peuples forts. Vous êtes les inspiratrices de notre civilisation chrétienne.

   Et voici qu’aujourd’hui dans nos deuils, dans nos misères, vous portez la plus lourde croix.

  Mères de France, entendez ce long cri d’amour qui monte vers vous.

   Mères de nos tués, mères de nos prisonniers, mères de nos cités qui donneriez votre vie pour arracher vos enfants à la faim, mères de nos campagnes, qui, seules à la ferme, faites germer les moissons, mères glorieuses, mères angoissées, je vous exprime aujourd’hui toute la reconnaissance de la France. »

 

  Mais, il semblerait que l’origine de la célébration des mères / génitrices , soit beaucoup plus ancienne …..

  La fête des mère serait une pratique bien plus ancienne que ce qu’on pourrait croire , l’origine de la fête des mères. :  Autre hypothèse 

Origines de la fête des mères :

 – Cérémonies printanières datant de la Grèce Antique en l’honneur de Rhéa, la mère des Dieux et de Zeus …Déjà en Grèce antique, les grecs célébraient les mères à l’image de cérémonies qui avaient lieu au printemps afin d’honorer Rhéa (ou Cybèle) la mère des Dieux et donc de Zeus, ces cérémonies prenaient place le 15 mars dans à peu près toute l’Asie mineure.

  – Fêtes religieuses romaines du 1er mars célébrant les matrones.. (mères) le 1er Mars ainsi que Cybèle durant ce qu’on appelle les Hilaria (fête religieuse romaine) .  N.B : depuis l’antiquité les mères étaient associées à la fertilité ce qui explique pourquoi toutes ces célébrations prenaient place durant la saison la plus fertile, le printemps

   – Les premiers chrétiens pourraient avoir vénéré la vierge Marie en copiant les cultes des déesses païennes

   Au XV ème siècle, en Angleterre on commençait à célébrer le  » Mothering Sunday »

    

    En l’honneur de la mère d’Anna Jarvis Résultat d’images pour Anna Jarvis (Anna Marie Jarvis, née le 1er mai 1864 à Webster  et décédée le 24 novembre 1948 à West Chester (Pennsylvanie), est connue pour être à l’origine de la création du jour de la fête des mères aux États-Unis)  et grâce à la volonté de cette dernière, en 1909 les États-Unis créent la fête des mères telle que nous la connaissons.

Origine de la fête des mères en France :

(   Certaines sources émettent le fait que l’idée de la fête des mères ait été eue par Napoléon en 1806, seulement rien ne le prouve ? )

10 juin 1906 à Artas en Isère se célèbre une cérémonie en l’honneur des mères de familles nombreuses a eu lieu.

  -À Lyon en 1918, on célèbre la journée des mères pour rendre hommage aux mères et épouses qui ont perdu leurs fils et maris durant la guerre.

  – En 1920 est créée une fête des mères de familles nombreuses

   – En 1929 une journée des mères est créée par le gouvernement afin d’encourager les naissances !

   – Sous le maréchal Pétain, cette fête atteint son paroxysme

   – Loi du 24 mai 1950, rend officiel le devoir de la république française de rendre hommage aux mères françaises au cours dune journée appelée « Fête des mères ».

     

 

Origine de la fête des mères - Quelle est l'origine de la fête des mères ?
 
   L’origine de la fête des mères remonterait donc à l’antiquité grecque mais il faudra attendre 1909  et Anna Jarvis pour que la tradition prenne la forme que nous lui connaissons …  
pfffffffff! !  nul ce billet ….
   Bonne fêtes à toutes les mamans qui liront ce billet tout de même ….
    » bonus  »