Il y a environ …..

135 ans ……….

 Instauration d’un service pour recevoir des dépêches télégraphiques par téléphone :

De 1883 à 1887, l’administration établit des réseaux téléphoniques dans 84 villes ou villages de France, mais c’est vers la fin de 1884 qu’on commença l’installation de cabines téléphoniques publiques à Paris et dans quelques villes de province.           Quatre ans plus tard, ces cabines, qui existaient dans les bureaux de postes et télégraphes et les bureaux centraux de la Société générale des Téléphones, étaient au nombre de 81, le service avait été ouvert au public le 1er janvier 1885.

   A cette époque, toute personne pouvait communiquer avec n’importe quel abonné au réseau de Paris aux conditions suivantes : les personnes non abonnées au service téléphonique de Paris payaient une taxe de 50 centimes pour cinq minutes de conversation ; le gouvernement délivrait aux abonnés de Paris, sur la présentation de leur contrat, une carte d’abonnement, dont le prix était de 40 francs par an, et qui leur permettait de communiquer dans tous les bureaux téléphoniques et bureaux de quartiers de la Société générale des Téléphones indistinctement.

Une des premières cabines téléphoniques publiques installées à Paris en 1884

Une des première cabine téléphonique  ( 1884 )

 De plus, cette Société remettait à tous ses abonnés, sur la présentation de leur contrat d’abonnement, des cartes de communication leur donnant droit de communiquer gratuitement dans tous ses bureaux de quartiers, mais dans ses bureaux seulement, chaque abonné avait droit à autant de cartes qu’il possédait d’abonnements.

 Cependant ,après neuf heures du soir, le public n’était à cette époque pas admis  à téléphoner dans les cabines de Paris. Il faudra attendre le 1er avril 1887 pour qu’un certain nombre de cabines soient mises à sa disposition après cette heure dans quelques bureaux, et notamment toute la nuit dans celui situé rue de Grenelle.

C’est en 1885 que le gouvernement s’occupa de la réception et de la transmission des dépêches télégraphiques par téléphone. Suite  à une convention passée le 15 février 1885 entre le ministre des Postes et des Télégraphes et la Société générale des Téléphones, les abonnés du réseau téléphonique de Paris purent expédier et recevoir par téléphone leurs dépêches télégraphiques. Un service téléphonique fonctionnant jour et nuit fut établi  dans le bureau télégraphique central de la rue de Grenelle.

Les télégrammes échangés dans ces conditions étaient soumis à la taxe du tarif en vigueur ; mais les abonnés qui voulaient profiter de cette mesure devaient acheter  un abonnement supplémentaire, dont le montant, fixé par le ministère, était de 50 francs par an. Le texte des dépêches adressées aux abonnés de ce service devait être précédé du mot :  » TÉLÉPHONE  » . Toute dépêche téléphonée était en même temps confirmée par écrit par le  » service ordinaire des tubes pneumatiques  ». ( Les dépêches étrangères ne pouvaient être transmises par téléphone ).

Suite à cette même convention, il fut décidé que la transmission des télégrammes par téléphone pourrait être faite dans plusieurs villes, notamment à Bordeaux et à Marseille, et que des cabines téléphoniques publiques seraient placées dans certains bureaux des postes et télégraphes de ces villes.

Bonnus :

Pages de tournées……..

  Bien entendu  , le fait d’avoir passé le cap des 60 ans est une page de tournée via cette année supplémentaire …Pffff 60!!! Dur de l’admettre , d’en prendre conscience ….

Parmi les membres de ma famille , une seule personne me l’a souhaité pour l’instant : Emmanuel bien sur …Les autres ….surement au fil de la semaine comme chaques années à cette époque …(Sauf le frère militaire et c’est une bonne chose ) .

Par contre nombreux sont mes mais du Net ( ici ou sur face book ) qui me l’ont souhaité et je tiens à les en remercier ….

P.S : Même mon ex épouse ( la dernière lol ) m’a envoyer un mail ( pas beau çà ???)…..

Une seconde page a été tournée ce jour : Là il s’agit de pages de livres :

Depuis de très nombreuses années , j’étais abonné à une revue littéraire mensuelle : Le G.L.M ( Grand Livre du Mois ) …Et , sénilité oblige ( ou maladie ) , depuis plusieurs mois , je suis incapable de me concentrer sur un livre …Avec difficulté , j’ai réussi à écrire un mail et un courrier postal à cette revue pour annuler mon abonnement …..J’ai reçu ce matin un courrier confirmant cette résiliation.

Cette revue est très bien : Chaque mois , une revue est envoyée avec un bon de commande et dans la revue un  » livre vedette  » ….Si l’abonné ne renvoie pas le bon , il reçoit le livre vedette , sinon il est libre de ne rien commander ou de prendre un livre dans la revue …Chaque livre acheté donne droit à des points cadeau et certains livres sont gratuits contre un certain nombre de points….Mieux qu’une autre revue ( que je ne nomme pas ) qui oblige à acheter un livre ….

Au cas où un de mes amis blogeurs serait intéressé  :l’adresse internet du G.L.M :

http://www.actualité-littéraire.com

Postale : GLM – Vepex 5000

                 62977 ARRAS CEDEX

Difficile mais…..

  Comme je le ressasse ici depuis quelques temps , j’ai de plus en plus de difficultés à me concentrer sur un livre….

   Hors je suis abonné depuis de très nombreuses années à une revue nommée  << Le grand livre du mois ( G.L.M ) >> ….Cette revue a comme intérêt de proposer mensuellement de nombreux livres se tous styles :Du roman /fiction aux romans historiques en passant par la B.D et ceci sans obligation d’achat : Il suffit de faire savoir par retour du bon de commande ou via internet qu’on ne désire aucun livre …sinon , l’abonné reçoit le  » livre vedette  » ..Chaque livre acheté donne droit à des points cadeaux valant une réduction sur les achats suivants et en plus , les abonnés sont  » classés  » selon la durée , le temps passé depuis le premier achat ( => aussi des réductions ) …..Bref ….Depuis plusieurs jours /semaines , je me disais que çà ne servait plus à rien étant donné que je ne lis pratiquement plus ……Et aujourd’hui , je me suis enfin décidé : J’ai envoyé un mail et en plus un courrier postal expliquant mon état et demandant la résiliation de cet abonnement …..Pffff dur, dur , encore une page de tournée ( sans jeu de mot ) livre ouvert : livre ouvert, une étagère à l'arrière, d'avaler la profondeur de champ