Remuant ……?

   Pas moi ! Loin de l’être cette nuit …Mais ,ceci    Comment coudre une gigoteuse serait utile si  » turbulent » …..Pas pour moi  ( je pense ) mais , je découvre le nom de cet objet ( dont je me suis pourtant servi chaque nuit  il y a …..environ 40 ans ! ) . Je présume que si , par hasard , une maman me lit , elle saura écrire / dire ce que c’est …..

    En effet , il sagit d’une  » turbulette  »  : La turbulette , c’est pour les enfants turbulents ….Pas seulement même si le terme  » turbulette  » bien que d’une prononciation disons attendrissante , le  mot  a quelque chose de péjoratif  ( ? parait il ) . C’est la raison pour la quelle on entend plus souvent le terme  » gigoteuse  » pour désigner le même objet : Une sorte de sac de couchage pour bébé , maintenu aux épaules par des bretelles avec une forme évasée au niveau des jambes et des pieds permet à l’enfant de dormir en gigotant , mais sans se découvrir …..En permettant un sommeil apaisé , la turbulette réduit aussi de façon notable les risques de retournement chez le nourrisson , et donc ceux du syndrome de la  » mort subite  » , le bébé devant , d’après les  » normes  » médicales  les plus récentes en France , dormir sur le dos et non à plat ventre , en théorie aussi , sans oreiller et sans drap ni couverture ….

  Un cadeau bien plus utile que  » futile  » à faire en cas de naissance ….Et , qui plus est permet aux parents d’avoir eux aussi un sommeil apaisé ……

Liberté…

Liberté

Paul Eluard
Juan Gris, La fenêtre ouverte, 1921
 ( Illustration =Juan Gris, La fenêtre ouverte, 1921 )

Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.

Paul Eluard  Résultat d’images pour Paul Éluard

 

_________________________________________

Adaptation en chanson :

 

Uderzo …..

Décédé à l’âge de 93 ans

    Uderzo décès  Uderzo aura réussi à marquer la bande dessinée avec un crayon et une gomme. Il a révolutionné la bande dessinée française. Le 29 octobre 1959, il participe à la création de pilotes avec René Goscinny. Pour leur magazine, ils imaginent un antihéros, petit gaulois teigneux qui se dope à la potion magique. En mars 2005, Albert Uderzo déclarait : « Je dis toujours que si nous avions présenté ce personnage à un directeur de journal de l’époque, il nous l’aurait toujours refusé, et jamais Astérix n’aurait pu connaître. »

380 millions d’exemplaires vendus

   Goscinny et Uderzo réaliseront ensemble 24 albums, avec les scénarios du premier et les dessins du second, inspirant des générations entières. Après la mort de René Goscinny en 1977, Uderzo avait continué jusqu’en 2005, avant de confier ses héros à deux nouveaux auteurs en 2013. Avec 380 millions d’exemplaires vendus dans le monde, Astérix est la BD la plus vendue. Et  » l’âme du dessinateur de génie restera à tout jamais gravée sur papier  »

Souvenirs ….nostalgie ?

 Long , trop long , mais me suis bien amusé : Si pas de commentaire = logique …

Objets de notre ( mon ) enfance :

    Les années 50 et les années 60 marqueront à jamais certaines personnes et si , comme moi , vous avez eu la chance de grandir durant ces années-là, voici 50 objets qui ont accompagner notre enfance, notre adolescence et notre jeunesse. Des objets mythiques et inoubliables, des aliments qui ont disparu, des événements uniques…

  Objets de notre enfance qui méritent le détour et qui méritent d’être évoqués encore une fois ! ( à mon avis ) :

Le  » mistral gagnant  » :

Non, il ne s’agit pas uniquement d’une chanson mythique du chanteur Renaud, il s’agit aussi d’une poudre sucrée et acidulée proposée dans un petit sachet. Pour la déguster, il fallait utiliser une paille de réglisse et on les appelait les Mistrals Gagnants à cause du prix qu’on pouvait gagner ! En effet, en achetant un petit sachet de Mistral Gagnant, on pouvait gagner un autre petit paquet.  grandi en France dans les années 60 ?   Il est possible que vous ayez ,comme moi ,dégusté cette friandise particulière.

 

  » Tout l’univers  »:

Le magazine  » Tout l’Univers  » est paru pour la première fois en 1961 et il était accessible aux enfants de 6 à 14 ans. Grâce à ce magazine, les enfants pouvaient apprendre toutes sortes de choses sur l’univers puisque chaque publication comportait une partie d’une grande encyclopédie. Plus tard, le magazine fut proposé sous forme de collection, notamment la collection reliée  » rouge et or  » et aujourd’hui encore, certaines familles ont cette collection dans leurs bibliothèques. ( Il en reste encore quelques uns chez mes parents  )

Les bouteilles à consigne :

    Les fameuses bouteilles consignées ! Quelle formidable mesure écologique  » d’avant garde  »  ?  Si vous n’avez pas connu : Il s’agissait de bouteilles avec un goulot étoilé que l’on devait rapporter à la consigne pour  obtenir un remboursement.( souvent, mes frères et moi , nous les ramassions dans les poubelles et…..l’argent  servait à acheter des friandises  lol )…. 

   Après une stérilisation, les bouteilles consignées pouvaient être réutilisées. Il faut avoir  grandi dans les années 50 et 60, pour connaitre  le concept et, regretter ? ces bouteilles consignées.

Le  » roman – photo :

(pour ma mère , qui se  » régalait des ragots  » ) , çà l’aidait à oublier la dure réalité de sa vie…..

    J’ai lu que cest en 1949 que les premiers romans photo ont apparu en France, mais ce n’est qu’en 1950 qu’ils ont connu le succès. De très nombreux magazines ont adopté le concept et au tout début, on n’utilisait pas de photos, mais de simples dessins ; donc, il s’agissait de bandes dessinées pour adultes. Ce n’est qu’à partir de 1964 qu’on a remplacé les dessins par des vraies photos. D’ailleurs, 1964 marque aussi la première année où on adoptait le concept de la  » couverture photo  » . D’ailleurs  c’est Johnny Hallyday qui a fait la première couverture photo ?!
   La bouillotte :
   La bouillotte a fait son apparition dans les années 50 mais son succès devint total dans les années 60. On s’en servait pour faire disparaître la douleur grâce à la chaleur et la plupart des ménages l’ont adopté. D’ailleurs, durant ces années-là, tous les foyers n’avaient pas le chauffage mais grâce à ces bouillottes, on pouvait être confortable chez soi durant l’hiver  ( Chez moi , elle servait surtout la nuit , mise au  » bout  » du lit , entre les draps pour chauffer nos pieds )  . Est ce qu’on en vend encore de nos jours ? 
     » Salut les copains  » :
  Berkkk ! Jamais aimé !
    L’existence du magazine  » Salut les Copains  » a , semble – t – il , été inspirée par l’émission de radio de la station Europe 1. Tandis que l’émission de radio existait depuis 1959, le magazine a fait son apparition en 1962 et toutes les stars de la génération   » yé yé  » y sont passées ! Les ados des années 60 ont adoré ce magazine et plus tard, S L C a été acheté par une grande entreprise puis il a été renommé  » Salut  »  puis malheureusement ? ,  »  Salut  » a disparu définitivement en 2006. En bref, c’est un magazine MYTHIQUE !

La plume Sergent Major et le porte-plume :

( Seulement connue au tout début de ma scolarité )

On accordait beaucoup d’importance à la perfection de l’écriture durant les années 50 et 60 et les petits écoliers avaient donc droit à la fameuse plume Sergent Major et son porte-plume. Grâce à ses plumes, les petits écoliers pouvaient avoir une très belle écriture et à cette époque de l’histoire, les grands établissements éducatifs faisaient grand cas de la manière dont les petits écrivaient. Ceux qui ont  grandi dans les années 50 et 60, peuvent dire merci à ces fameuses plumes si ils ont  aujourd’hui une écriture qu’on remarque.

  

L’encrier :

 ( complément du porte – plume  )

Parfois  en céramique, l’encrier accompagnait souvent les écoliers, mais cet accessoire avait sa place dans les pupitres, à l’école. Aujourd’hui, seuls les puristes utilisent cet accessoire particulier, mais il reste inoubliable pour les jeunes des années 50 et 60. Certains adultes regrettent vraiment le fait qu’on n’utilise plus de plume et d’encrier pour apprendre l’écriture aux tout-petits. Quoi qu’il en soit, l’encrier est aujourd’hui une vraie pièce de collection !

Les tricotins :

 ( là : Anita , ma sœur a souffert ! lol )

Dans les années 50 et 60, tricoter était une véritable obsession pour les mères de famille. Elles accordaient un point d’honneur à apprendre à leurs petites filles et pour cela, elles utilisaient le tricotin ! Le tricotin est accessoire  » très pratique  » dans le domaine des loisirs créatifs et grâce à lui, on pouvait apprendre les bases du tricotage. Les petites filles pouvaient s’amuser à faire des bracelets, des tubes et même des tresses avec leur tricotin. D’ailleurs, on trouvait sur le marché des tricotins à l’effigie de personnages de dessins animés ou de livres

Le téléphone à cadran :

Le téléphone à cadran : Un objet légendaire ! Les personnes  des années 50 et 60 en ont bien profité et puis il n’y avait qu’une seule sonnerie disponible à ce moment-là. 

   Il s’agit du poste téléphone de base avec uniquement 10 chiffres qu’il fallait composer à l’aide d’un cadran qui pivotait, ( d’où le nom du dispositif ) . Aujourd’hui, nos postes de téléphone sont très modernes et très  » design  », pour certains, on n’a même plus besoin de composer le numéro puisqu’ils se commandent à la voix ? !.

La lessive  » Bonux  » et ses cadeaux :

     Cette lessive aurait vu le jour en 1957 aux USA et à sa naissance, on l’appelait  » BONUS  » . Ce n’est qu’en 1958 qu’elle a été renommée BONUX, mais la lessive en question avait déjà plusieurs concurrents. Puis en 1960 BONUX a changé de design et de concept et donc, ils ont inventé une mascotte :  » le Bonux Boy  ». La marque de lessive expliquait comment on pouvait exploiter son produit et promettait même de distribuer plus de 500 cadeaux à ceux qui choisissaient la lessive Bonux.

Le bâton de réglisse :

   Quel enfant dans les années 50 et les années 60 ne connait pas les bâtons réglisses ? Ces friandises ont la particularité de pouvoir être mâchées pendant des heures et en plus, les dentistes les recommandaient puisqu’elles étaient très peu sucrées. Leur goût exceptionnel les rendait vraiment uniques et aujourd’hui encore les bâtons de réglisse sont très prisés. Les adultes comme les enfants les adorent encore et ils reviennent très à la mode et il en existe de très nombreuses variétés ! ( parfois pour remplacer , éviter la cigarette  )

Le chocolat en poudre Banania :

   » Y’a bon Banania  » , c’ était le slogan de ce chocolat en poudre pour la famille de la marque Banania. Si vous avez été enfant ou adolescent dans les années 50 et 60, vous avez dû avoir une de ces boites de Banania sur votre table tous les matins au petit déjeuner  ( perso : Seulement  avant 10 ans, après = Café ! ). Cette marque existe encore bien qu’elle n’ait plus autant de succès. D’ailleurs, en 1968, la marque a connu des critiques sévères concernant son slogan particulier jugé trop stéréotypé ! ( raciste )

Les 45 tours :

     Même si peu de personnes écoutent aujourd’hui leur musique sur des disques de 45 tours, durant les années  » yé-yé  », ils avaient beaucoup de succès. Ces disques avaient deux faces et on pouvait écouter 4 chansons dessus. Grâce à ce support, les foyers avaient une bonne raison d’acquérir un tourne-disque. Les familles pouvaient passer de très bons moments ensemble grâce à la musique fournie par les disques 45 tours.         Aujourd’hui, ce support musical revient en force ?? et les jeunes de nos jours semblent l’apprécier ! 

Le juke-box :

Qui ne se souvient pas du  fameux juke-box ? C’est un objet mythique des années 50 et 60 et on le retrouvait surtout dans les bars et les cafés très fréquentés de cette époque.     On y écoutait les titres célèbres de l’époque. Dans certains endroits, c’est même le juke-box qui faisait danser les gens et ce fut le cas pendant longtemps. Aujourd’hui, le juke-box est un objet  » vintage  » qu’on collectionne et qui coûte très cher. Cette  » petite merveille  » a disparu petit à petit dans les années 70.

 

Le Solex :

 Le Solex : L ’ancêtre de notre vélo électrique actuel ? !

Le concept est simple : ajouter un moteur à un simple vélo. Bien que ce vélo à moteur ait été créé en 1949, c’est seulement durant les années 60 qu’il a vu sa popularité explosée, les jeunes adoraient le Solex et aujourd’hui encore, les plus nostalgiques recherchent cet engin et organisent des courses. Aujourd’hui, le Solex fait partie des objets de collection les plus recherchés  et les plus chers également. Et vous, vous avez eu un Solex ? lol 

Les Roudoudous :

  Les roudoudous sont (étaient  ? )  des friandises vraiment uniques ! Des bonbons coulés dans des coquilles d’huitres, de moules et Saint Jacques et c’étaient des bonbons faits en sirop coulé. Les enfants léchaient donc directement les bonbons dans leurs coquilles et ils en raffolaient. Encore un très bel exemple de mesures écologiques oubliées de nos jours. Ces fameux roudoudous existent, semble t – il  encore de nos jours, mais les coquilles naturelles sont remplacées par du plastique…

 

  La télévision en noir et blanc :

   La télévision en noir et blanc faisait le bonheur des familles durant les années 50 et 60 et sans ce poste en particulier, nous n’aurons pas nos fameux écrans plats de nos jours.        » Bien évidemment  », à l’époque, il n’y avait qu’une seule chaîne télévisée en France et les règlements étaient très stricts. En effet, une présentatrice du nom de Noëlle Noble-court a été renvoyée puisqu’elle a montré ses genoux.!!! Quoi qu’il en soit, les foyers français ont apprécié la télévision en noir et blanc pendant assez longtemps …( Nous allions la regarder chez les voisins ; nous , nous n’en avions pas  )

 

Le moulin à café manuel :

( Hummmm l’ odeur du café de ma grand-mère  !! )

   Si le moulin à café manuel a autant de succès à l’époque , c’est pour la simple et bonne raison que dans les années 50, le café ne se vendait qu’en grains et donc, il fallait le moudre si on voulait en boire. Les puristes préfèrent encore le moulin à café manuel de nos jours malgré l’existence des machines diverses qui traitent le café. Assez tôt dans les années 60, Moulinex proposa une foule d’appareils électroménagers pour rendre la vie des femmes au foyer faciles et c’est ainsi que le moulin à café manuel disparu petit à petit.

La Vespa :

 Un moyen de locomotion qu’on peut classer parmi les légendes dans le domaine : La VESPA ! Cette petite moto à 2 roues est apparue dans les années 40 en Italie, mais ce n’est que dans les années 60 que son succès a été total. D’ailleurs, dès 1951, on la voyait partout et ce fut Enrico Piaggio qui a été à l’origine de ce succès. Si la Vespa a connu autant de succès, c’est parce qu’on a vu des célébrités comme Audrey Hepburn dessus. Bref, ce moyen de locomotion était le  » must-have  » de l’époque !

( moi : Jamais vu sauf au ciné et à la télé  ) 

Le Hula Hoop :

    Encore quelque chose qui nous vient des États-Unis, le Hula Hoop était adoré par les petites filles durant les années 60 en France. Fait à partir de » Marlex  » ? , le Hula Hoop est très prisé par les petites filles et plus tard, le Hula Hoop est devenu une véritable discipline sportive. Aujourd’hui encore ??, on aime le Hula Hoop et les enfants de nos jours apprécient beaucoup aussi puisque grâce au Hula Hoop, il est possible de faire de bons exercices physiques. Cet accessoire est réellement utile ( ? ) et c’est le cas depuis les années 50 !

  Les premiers stylos Bic :

     Avant , écrire était associé aux plumes et aux encriers, mais depuis 1950, les stylos à bille de Bic ont fait leur apparition sur le marché et c’était une véritable révolution. Grâce à ces stylos à bille, on pouvait écrire partout où on allait, ils étaient et sont toujours très pratiques. En outre, les écoliers de France avaient l’autorisation de les utiliser en 1965 seulement. En tous cas , on ne peut nier que  le stylo à bille de Bic a changé la vie de plusieurs millions d’adultes en France et il a marqué les années 50 !

 

   La gomina :

   Comme chacun , ou presque sait , la Gomina c’est de la pommade pour les cheveux ! Les hommes des années 60 en raffolaient puisque ce produit pouvait ordonner facilement les cheveux. Mieux encore, grâce à la gomina, les cheveux brillent et paraissent tellement sains ! En 1950, on a constaté que la marque Pento qui était leader dans le domaine à l’époque vendait près de 5 millions de tubes en France. Ce produit capillaire a disparu petit à petit durant les années 1970, mais il a marqué la mémoire collective ! ( çà : Mon père !!! )

La Coccinelle :

Cette petite voiture de Volkswagen a aussi marqué les mémoires et c’est en 1955 qu’elle a réellement connu le succès. Petite,  » mignonne  », économique, c’est sûr, à l’époque, cette voiture était la voiture du peuple et puis, vers 1968 Walt Disney en a fait un film.  » Un amour de Coccinelle  » qui fut  un succès mondial et aujourd’hui, la bonne vieille Coccinelle est devenue une voiture de collection et vers 1998, la petite  » New Beetle  » a pris sa place sur le marché mondial. Cette voiture a marqué l’histoire de l’automobile !

L’ardoise d’écolier :

 L’ardoise d’écolier était obligatoire pour les petits écoliers durant les années 50 et 60. Grâce à ce dispositif en particulier, les élèves pouvaient répondre facilement aux maîtres d’école. Il était également question d’économie puisque plus on utilisait les ardoises, plus on économisait les cahiers et les stylos. Au fil du temps, les ardoises et les craies ont disparu des écoles et ont été remplacées par des ardoises modernes avec des feutres effaçables.

Le flipper :

Les jeunes des années 50 et 60 avaient le flipper pour s’amuser , d’ailleurs, on trouvait cette console de jeux immense dans les cafés et les endroits publics fréquentés par les jeunes de l’époque. En 1969, on remarque que le groupe anglais  » The Who  » avait écrit tout un opéra rock du nom de Tommy pour célébrer le flipper. Les jeunes de nos jours continuent à bien apprécier le flipper, après tout, il peut améliorer la dextérité et le réflexe. Il y a même certaines personnes qui collectionnent les flippers.  » TILT  » lol

 

Le poste à lampe :

=>Chez ma Grand-mère !

Dans les années 50, on utilisait le poste à lampe pour recevoir et écouter la radio. Malheureusement, il n’a pas duré puisque non seulement il était volumineux, mais en plus, il fallait attendre qu’il ait la bonne température avant de l’utiliser.! Peu après lui, le transistor faisait son apparition sur le marché et puis, très vite, on a oublié le poste à lampe. Quoi qu’il en soit, les personnes qui ont grandi durant les années 50 et 60 connaissent très bien le poste à lampe et aujourd’hui, c’est également un objet de collection !

Le pupitre d’écolier :

   Dans les années 50, on utilisait le pupitre d’écolier dans les écoles et les petits s’asseyaient deux par deux. Ce meuble particulier était tout à fait adapté ? ! aux petits et il était en bois et il était légèrement incliné pour que les petits aient tout le confort ( » tu parles  » !  ) dont ils ont besoin alors qu’ils apprenaient. Comme c’est un meuble des années 50 et 60, on y trouvait un plumier. Malheureusement durant ces années, on voyait mal les petits gauchers et on les obligeait à devenir droitiers.

Les meubles en Formica :

( Chez mes parents, la dernière fois , j’en ai  vu un qui leurs servait encore ! )

   On ne sait plus vraiment pourquoi les meubles Formica ont perdu leur magie, mais une chose est sûre, dans les années 50 les meubles Formica étaient très prisés. Grâce à eux, il était possible de décorer à moindre coût une cuisine et en plus, ces meubles résistent bien à la chaleur, à la lumière, au feu, aux produits chimiques et même aux abrasions diverses. Aujourd’hui, les designers essaient de remettre ces meubles à la mode, mais ils peinent à réussir.

Le magazine Pilote :

C’est grâce à ce magazine particulier que la France entière a découvert les aventures des Gaulois les plus célèbres du monde de la bande dessinée. Oui, ce magazine a commencé à paraître en 1959 et il a diverti toute une génération pendant des années. Grâce à lui, la France entière a pu découvrir  » Tanguy et Laverdure  »,  » Valentin, le vagabond  »,  » Achille Talon  »,  » Bob Morane  »,  » Lucky Luke  » ou encore  »Iznogoud  »… Ce n’est qu’en 1974 que le magazine est devenu une revue mensuelle. 

( C’est Manu qui doit avoir ma collection  je crois ) 

La boîte à biscuits :

   Les boites à biscuits en métal des années 50 et 60 reviennent en force de nos jours et c’est une excellente chose ! Voici encore un package très écologique et très économique qu’on a oublié dans le temps. Cependant, contrairement aux bouteilles à consignes, les boites à biscuits ne pouvaient pas être échangées contre de la monnaie et être rechargées. D’ailleurs, à l’époque, les biscuits étaient assez chers, ce qui pourrait expliquer pourquoi les foyers n’en achetaient que très rarement. Quoi qu’il en soit, lorsque les boites à biscuits étaient vides, on s’en servait pour ranger de petits objets. ( Mon cas aujourd’hui  + papiers)

Les pastilles Vichy :

 Grâce à son goût mentholé et le fait qu’elle soit faite avec des sels minéraux, LA pastille Vichy faisait partie de la panoplie de digestifs des foyers des années 50 et 60 ! Le succès de ces fameuses pastilles Vichy n’est plus à prouver et en plus, avec le temps, l’entreprise a développé d’autres parfums. En outre, les pastilles Vichy étaient aussi les préférées des gros fumeurs,( He oui : J’en consomme pour moins fumer ?? ) car grâce à elles, on avait l’haleine très fraîche. En somme, ces pastilles ont marqué l’histoire et aujourd’hui encore, elles sont belles et bien présentes !

La boîte de Cachou :

Cette boite de Cachou Lajaunie est mythique et c’est pratiquement tout ce qu’on peut dire à son propos. En effet, ce produit existe depuis 1880 et on trouve dans cette petite boite en métal des petites pastilles. On avait le choix parmi trois parfums : la vanille, la menthe et la réglisse ; d’ailleurs, on a toujours le choix parmi ces trois parfums. Ce produit n’a jamais changé de  » package  » au fil du temps, ce qui a changé de temps en temps, c’est l’adresse affichée sur le l’emballage.

Les chaussures Clarks :

Les chaussures  » Clarks Desert Boots  » ont changé la vie des adolescents des années 50 ! Grâce à ces chaussures, ils n’étaient plus obligés de cirer soigneusement leurs chaussures puisque les chaussures Clarks Desert Boots avaient une couleur particulière : celle de la poussière. Ces chaussures viennent du Caire en Égypte et leur beauté , leur durabilité et en plus, surtout le fait qu’on n’avait plus besoin de les cirer, ce qui constituait un gain de temps considérable expliquent leur succès . Les  » Clarks  » reviendraient à la mode………..

La blouse d’écolier :

    Pour oublier les grands écarts sociaux, ( Ce qui , à mon avis  ,était une bonne chose ) on obligeait les écoliers à porter des blouses d’écoliers. Etre allé à l’école  dans les années  60,  implique  avoir  dû porter une de ces blouses et elles étaient toutes les mêmes. Les filles portaient des blouses roses et les garçons portaient de blouses grises. Il s’agissait aussi de préserver les parents en leur évitant de laver le linge plus qu’il n’en faut. Aujourd’hui, cette fameuse blouse a disparu, mais les grands-parents le regrettent…

Les bretelles : !

Durant les années 50 et 60, la vie n’était pas facile et les petits frères héritaient souvent des vêtements amples de leurs grands frères  ( là , j’avais la chance d’être l’aîné ouf ! ) et c’est à ce moment  que les bretelles intervenaient. Aujourd’hui, les bretelles sont de véritables accessoires de mode qui ne servent plus à maintenir les pantalons et les jupes.      Sans surprise : ! Aujourd’hui, les bretelles sont très à la mode, surtout chez les jeunes gens ! ( comme une foule de choses du passé ) 

Il y a environ 51 ans :

Le 2 mars 1969 :

Premier vol de Concorde :

     Le 2 mars 1969 avait  lieu le vol d’essai du Concorde au-dessus de Toulouse, avec à ses commandes le pilote André Turcat. Premier supersonique à vocation commerciale et non militaire, l’avion franco-anglais a réussi son examen de passage en franchissant la vitesse du son (340 mètres par seconde ou 1 224km/h), un exploit qu’aucun autre avion commercial n’est encore en mesure d’accomplir 51 ans plus tard.( je crois ) 

André Turcat en 1959   Malgré une météo défavorable , la  démonstration de vol au-dessus de la Garonne est spectaculaire . Fier de cet exploit et d’avoir marqué l’histoire de l’aviation, le commandant de bord déclara  :  » Ce premier vol n’est pas un achèvement, c’est le point de départ de notre travail. Cette machine va nous demander encore beaucoup d’efforts. Il faudra encore des mois et des années avant de pouvoir annoncer que les passagers peuvent prendre place à bord. »

Le 4 novembre 1970, le pilote a pu franchir cette fois Mach 2 pendant 53 minutes, à 2469 km/h. Le record de vitesse a été atteint à Mach 2,23 (2377 km/h) en mars 1974…

Ce travail de longue haleine terminé, le Concorde, dont le premier modèle est sorti d’usine en 1967, est mis en service en 1976.

     Manque de chance, entre temps sont apparus les premiers mouvements écologistes et le premier choc pétrolier a éclaté, lequel va entraîner une forte hausse du kérosène et la faillite de nombreuses compagnies aériennes. Aussi est-il violemment critiqué pour son bruit et sa consommation excessive de carburant… ( l’avion brûle pas moins de 20 tonnes de kérosène par heure de vol et 450 litres par minute lors du décollage ) . 

   Les associations américaines le privent de tout droit d’atterrissage à New York. La Chine refuse que l’avion passe par Pékin à cause du bruit insoutenable de la  »  bête  » au décollage (presque 120 décibels) => Échec commercial garanti. Seize appareils de  » présérie  » sont cependant construits, dont plusieurs volent encore.   L’expérience permettra aux constructeurs européens de lancer dans la foulée le programme Airbus.

Le 25 juillet 2000, un accident survenu à un Concorde à Gonesse, près de l’aéroport de Roissy,  coûta la vie à plus d’une centaine de passagers et de membres d’équipage. Suite à quoi s’arrêtait en 2003 l’exploitation commerciale des derniers appareils. La même année, un fan du supersonique a déboursé 420.000 euros !!!! pour acquérir  » le nez  » de l’appareil lors d’une vente aux enchères. Fin d’un beau rêve technologique ??

 »s’empierger »

Résultat d’images pour illustrations personne trébuchantSi je vous dis que cet homme  » s’empierge  » ; je suis pratiquement sur que peu de lecteurs éventuels , comprendront , ce qui est logique , car c’est un verbe qui est surtout utilisé dans le région Champagne- Ardenne ( où je suis né et ai vécu longtemps ) ……En fait , s’empierger désigne le moment où une personne distraite se promenant , en forêt par exemple ,se  » prend les pieds dans quelque chose ,  » trébuche  » et tombe …On peut donc dire que  » s’ empierger  » , c’est se tendre un piège à soi-même ? ! 

Souvenir………

J’ai souvent entendu ce genre de remarque :

 » Quand même , il devrait se remarier disaient ils , son fils a besoin d’une mère et lui d’une épouse   » Ils se trompaient, nous avions besoin l’un de l’autre , c’était tout  » .

Auteur : Elie Wiesel 

    Puis…..j’ai commis la funeste erreur de me marier à nouveau deux fois !  Et , évidemment  » re divorcé  » 2 fois …Par contre que Manu et moi ayons besoin l’un de l’autre et toujours vrai …..

KLIK….

 » la vieille  »

 

Elle est ici  » La vieille  »
Assise sur ce banc
Là, au fond du parc
Comme hier, comme toujours
Comme demain.
Des pigeons pour seuls amis
Lui font la conversation
Comme hier, comme toujours
Comme demain.
Elle est bien seule
 » La vieille  »,
Personne ne pense à elle
 » La vieille  ».
Elle pourrait bien
Mourir demain
Qui sera là pour lui tenir
La main ?
Elle est si seule
 » La vieille  ».

Elle pense et repense
Au bon vieux temps
A l’insouciance, aux fleurs des champs
A son enfance,
Comme hier, comme toujours
Comme demain.
Le soleil s’est éteint
Les pigeons se sont fait la malle
Elle n’est plus là
 » La vieille  »
Elle n’a plus mal…

Auteur ?

Qui répond …

Aux lettres adressées au Père Noël? 

   Chaque année, en France, plus d’un million d’enfants écrivent au Père Noël. Il n’y a même pas besoin d’affranchir les lettres avec un timbre : la poste accepte, dans ce cas précis, de s’occuper du courrier gratuitement. Que fait-elle de toutes ces lettres ? elles sont acheminées à Libourne, dans le sud-ouest de la France, où un secrétariat est chargé d’y répondre.
   Des modèles de réponse, pour aider les secrétaires
    Pour la petite histoire, la première réponse du Père Noël a été rédigé par une certaine… Françoise Dolto  F.Dolto. En 1962, lorsque le ministre de la poste a eu l’idée de créer le secrétariat du Père Noël, pour répondre aux lettres des enfants, il a en effet demandé son concours à sa soeur, Françoise Marette  ( plus connue sous le nom de son époux, Boris Dolto )… Aujourd’hui, sauf erreur, chaque enfant, et même chaque adulte reçoit une lettre du Père Noël en réponse à celle qu’il ou elle a envoyé. A une condition, évidemment : ne pas oublier de mettre son adresse sur l’enveloppe !

 

_________________________________________________________________

     L’homme qui a sauvé la magie de Noël :

La Première guerre mondiale a bien failli avoir la peau du père Noël et de la magie de Noël. En effet, le gouvernement des États-Unis a voulu annuler les fêtes dans le pays en 1918. Il a fallu qu’un homme se lève pour sauver la trêve… mais il n’était pas confiseur.

     Cet homme s’appelle Alfred Carlton Gilbert. Avant la guerre, cet athlète accompli avait établi un record du monde de saut à la perche Galton 1 aux Jeux olympiques de Londres (1908). Mais surtout, il a fait fortune en inventant un jeu de construction en métal le futur  » Meccano  »  meccano, puis les coffrets de chimie amusante.
   En 1917, après l’entrée en guerre des Etats-Unis, les autorités réquisitionnent son usine pour fabriquer de l’armement. L’année suivante, le Conseil de Défense nationale décide d’interdire purement et simplement la fabrication de jouets et le gouvernement décourage l’achat de cadeaux pour inciter les Américains à soutenir l’effort de guerre.
Un jeu d’enfants pour convaincre les adultes
   C’en est trop pour A.C. Gilbert, qui part à Washington plaider la cause de tous les fabricants. Dans sa mallette, il emporte quelques échantillons de jouets qu’il compte présenter au Conseil pour appuyer son argumentation : il sait qu’il n’a que quelques minutes pour convaincre.
En fait, l’entretien dure trois trois heures… que les bureaucrates passent à jouer par terre ! Gilbert a gagné : il y aura bien des jouets à Noël au pied des sapins américains. D’autant plus que l’Armistice marquant la fin de la Grande guerre est signé un mois plus tôt, en novembre 1918.