Le  »chleuasme  » ?

Ce mot » barbare  », chleuasme, est un procédé rhétorique, ( c’est à dire une façon particulière de s’exprimer ). Ce procédé consiste à se déprécier par fausse modestie pour mieux convaincre son interlocuteur ou pour qu’il nous fasse des compliments.

Par exemple: Si dans un domaine donné, on est notoirement un spécialiste, et qu’ on commence quand même sa prise de parole par:  » Je n’y connais pas grand-chose, je ne me sens pas légitime à parler de ce sujet  », vous utilisez un chleuasme.

En effet on se déprécie volontairement dans l’espoir que les interlocuteurs aient de la sympathie et soient plus réceptifs aux arguments qu’on donne …

Même chose : Si une personne consciente de sa beauté fait savoir qu’elle est laide, son but sera de recevoir des compliments.

( Le terme de chleuasme vient du grec  » chleuasmos  » qui signifie ironie ou sarcasme ). Il apparait pour la première fois dans la bouche de Démosthène.

Comme chacun ou presque sait : Démosthène

Résultat d’images pour Démosthène

est cet homme d’État athénien qui vécut au 4ème siècle avant JC. Il fut l’un des plus grands orateurs attiques. ( Pour la petite histoire on raconte que pour régler ses problèmes d’élocution il s’entraînait à parler avec des cailloux dans la bouche ).

Plus tard , de nombreux auteurs ont utilisé le chleuasme dans leurs oeuvres. Par exemple Voltaire

dans Candide en 1759.

En plus du simple chleuasme, il existe l’hyperchleuasme. C’est également une figure de rhétorique, mais qui se distingue du chleuasme du fait qu’elle consiste à dire une vérité. Mais tournée de telle manière qu’elle paraisse improbable, et soit donc interprêtée comme un mensonge.??

Par exemple dans Tartuffe de Molière

on peut lire:  » Oui, mon frère, je suis un méchant, un coupable  ». Tartuffe dit ici la vérité. Mais il le dit de façon très abrupte afin que son interlocuteur pense que c’est une forme de fausse modestie, et que finalement , il considère Tartuffe comme quelqu’un de qualité.

Enfin, ne pas confondre le chleuasme avec la  » prétérition  ». Cette figure de style consiste, elle, à parler d’un sujet après avoir annoncé que l’on n’allait pas en parler. L’objectif: éveiller l’attention ou la curiosité de l’interlocuteur.

2 réflexions sur “Le  »chleuasme  » ?

  1. Lorsque j’étais à la tête mon équipe et de ma subdivision, j’admets avoir utilisé à de nombreuses reprises des chleuasmes afin d’être écouté.
    Je le faisais en particulier quand je voulais expliquer une démarche à suivre lorsque j’étais chef de projet. Mine de rien, ça marchait !

  2. Moi aussi Yann ,
    Au travail et parfois dans la vie privée ( par exemple pour séduire une femme ) , j’ai utilisé des chleuasmes …..Rares doivent être les personnes qui n’en utilisent pas …….
    F.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s