Heu…..J’ai lu que….

….il y avait des bordels dans les monastères !

A Avignon , la cité des papes ,un dicton dit : » On ne peux traverser le pont d’Avignon sans rencontrer sans rencontrer deux papes , deux ânes et deux putains  » ! Officiellement, l’eglise n’approuve pas la prostitution ( comme chacun le sait ) , elle n’approuve la sexualité que pour la reproduction et  » encourage  » les prostituées à se repentir …..Mais , en fait , elle tolère la  » pratique  » considérant qu’il est moins dangereux pour un homme de  » voir  » une fille de joie que de commettre le péché de sodomie par exemple ,cette tolérance aurait poussé certaines autorités catholique à  » carrément  » organiser la prostitution …..

Une prostitution organisée : A partir du 12 ème siècle , elle prélève des taxes sur les bordels hébergés au sein même des couvents et monastères ! Au 13 ème siècle , recevoir les profits tirés de la prostitution est admis à condition que  » la fille exerce par nécessité et non par  » vice et plaisir  » …..Les évêques perçoivent ainsi sans rougir , les profits de  la dite prostitution !

A Rome aussi ,la débauche règne , en 1477 il y aurait eu 6300 prostituées reconnues officiellement dans la ville …..! Le pape Sixte VI Résultat d’images pour pape sixte ivdécide de tirer profit de cet impôt  » du plaisir  » : Il a l’idée original de taxer toutes les prostituées et les prêtres  » concubinaires  »  dans les états pontificaux ( y compris Rome ) => il récoltera ainsi plus de 30000 ducats par an !Il s’en servit , parait il , pour financer la chapelle Sixtine …A partir de la Renaissance , la prohibition finit par  » l’emporter  » : Les ravages de la syphilis et ( suite à la réforme ) sont en grande partie les causes de ce revirement …….

2 réflexions sur “Heu…..J’ai lu que….

  1. En effet l’Eglise n’était pas à une contradiction près mais trouvait toujours une bonne explication pour se justifier. C’est ainsi que l’Eglise se donne comme mission sociale de réglementer la sexualité, une réglementation qui se colore à la fois du rôle sexuel pervers attribué à la femme dans la chute biblique de l’homme
    Plusieurs conciles vont en effet exiger la chasteté avant le mariage et totalement condamner le plaisir sexuel et interdire les positions qui ne servent pas uniquement à la procréation
    Dès la fin du XIIIe siècle l’Eglise considère la prostitution comme un moindre mal nécessaire. Elle estime qu’elle est naturelle et permet de protéger les femmes honorables et les jeunes filles du désir des hommes et qu’elle peut éviter les viols. Même saint Thomas d’Aquin en ce même siècle va juger qu’elle est nécessaire à la société comme les toilettes à une maison :
    D’ailleurs pour des théologiens, il valait mieux qu’une femme pousse son mari dans les bras d’une prostituée plutôt que de consentir à certains rapports sexuels considérés, eux, comme de graves péchés comme la sodomie ou les positions non autorisées par l‘Eglise : finie la levrette, ou la brouette thaïlandaise !

  2. Tout de même quelque peu hypocrite l’église , ? Merci pour toutes ces précisions …
    A bientôt
    ( n’oublies pas de me faire signe quand tu remet quelque chose sur ton blog )
    F.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s