C’était il y a….

…187 ans !

Guizot instaure un enseignement primaire public……

    Le 28 juin 1833, au début du règne de Louis-Philippe Ier, le ministre de l’Instruction publique François Guizot NADAR (1820-1910). Portrait de François Guizot. Photographie. Collection particulière. fait voter une loi instaurant en France un enseignement primaire public et gratuit pour les enfants des familles pauvres. C’est la première étape de l’éducation pour tous en France…

Loi Guizot du 28 juin 1833 :

Caricature de Daumier sur l'école (BNF)

Vers l’alphabétisation de masse :

François Guizot, bourgeois sévère et conservateur, est aussi un pieux protestant épris des Lumières. Il exige dans la loi que chaque commune devienne, dans les six ans qui suivent, propriétaire d’un local d’école, loger et entretenir un ou plusieurs instituteurs et instruire tous les enfants en échange d’une rétribution mensuelle des familles !!!:  » Toute commune est tenue, soit par elle-même, soit en se réunissant à une ou plusieurs communes voisines, d’entretenir au moins une école primaire élémentaire  » . Cette loi  rappelle l’ordonnance royale du 13 décembre 1698 qui avait demandé la création de  » petites écoles  »​ paroissiales de façon non contraignante .

Pour la formation des instituteurs, le ministre accélère la création des Écoles normales. ( Les premières étaient apparues sous la Révolution pour remplacer les curés dans leur fonction d’enseignement ) . L’article 11 de la loi stipul​e :  » Tout département sera tenu d’entretenir une école normale primaire, soit par lui-même, soit en se réunissant à un ou plusieurs départements voisins » » Il ne s’agit encore que de former des instituteurs masculins. Les écoles normales de femmes seront créées à partir de 1844 selon le bon vouloir ​des élus locaux et les départements ne seront tenus d’en ouvrir qu’à partir de 1879.

La loi Guizot précise aussi le contenu de l’enseignement : » L’instruction primaire élémentaire comprend nécessairement l’instruction morale et religieuse, la lecture, l’écriture, les éléments de la langue française et du calcul, le système légal des poids et mesures  »​

Elle précise aussi  :  » Le vœu des pères de famille sera toujours consulté et suivi en ce qui concerne la participation de leurs enfants à l’instruction religieuse  »  ! ( Autant dire que dès 1833, sous le règne du roi Louis-Philippe, on met des limites à l’influence de l’Église ) …

L’enseignement primaire élémentaire est gratuit pour les enfants des familles pauvres      ( un sur trois environ ). Pratiqué le plus souvent dans une classe unique, sans souci des niveaux, il permet aux enfants les plus faibles d’être soutenus par les autres. N.B : Les châtiments corporels sont interdits par la loi dès 1834.

   Dans un pays où un adulte sur deux est encore analphabète, la loi Guizot va contribuer de manière décisive à répandre l’instruction. Elle sera complétée sous le règne de Napoléon III, dans les années 1860, par l’action législative du ministre Victor Duruy et sous la IIIe République, dans les années 1880 par celle de Jules Ferry……

Résultat d’images pour images écoles dans les années 1800Résultat d’images pour images écoles dans les années 1800Résultat d’images pour images écoles dans les années 1800

2 réflexions sur “C’était il y a….

  1. Guizot a lancé un mouvement mais dans sn enseignement, il manquait beaucoup. Guizot se limite à l’apprentissage de l’instruction morale et religieuse, ce qui ne devait pas être sans arrières pensées politiques quand on sait que l’homme était un conservateur dur.
    L’enseignent de la lecture, l’écriture, des éléments de la langue française et du calcul permettaient de ne plus avoir d’analphabètes et l’apprentissage du système légal des poids et mesures permettait de former des jeunes à aider les commerçants.
    On remarque que ni l’histoire, ni la géographie ou les sciences naturelles ne sont enseignés. Il ne fallait pas que les futurs jeunes citoyens en apprennent de trop : les intellectuels de l’époque s’opposaient vite aux régimes en place comme en 1789 ou 1830. D’ailleurs, ce son des intellectuels qui déclenchèrent la révolution de 1848 !
    Heureusement, Jules Ferry remédiera à tout cela quelques années plus tard et laissera tomber l’instruction religieuse des programmes..

  2. Tout à fait ,c’était un début , mais comme tu l’écris , ce monsieur devait avoir des arrières pensées ( vu ce que j’ai lu sur lui ) Comme tu l’écris aussi , à l’époque , le peuple ne DEVAIT pas en savoir, comprendre trop …çà aurait été  » dangereux  » pour le gouvernement en place ….Puis l’instruction religieuse : Je n’ai jamais bien compris pourquoi le peuple , les parents la permettaient dans les écoles ..
    Heureusement, en effet , que Ferry a  » bouleversé  »tout çà un peu plus tard …..
    Merci à toi , encore une fois , ton commentaire ( le seul ) enrichit mon petit billet …..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s