C’était il y a environ 194 ans:

   24 juin 1826 : Condamnation d’Henriette Cornier pour homicide sur enfant !
Née d’une famille honnête de la Charité-sur-Loire, et âgée de vingt-sept ans, Henriette Cornier, épouse Berton, sans mener une conduite régulière, ne s’était jamais signalée par aucun  acte illégal . Depuis deux ans ses mœurs étaient devenues plus rangées, mais son humeur avait perdu de sa gaieté : des tentations de suicide l’avaient même saisie à plusieurs reprises. Abandonnée depuis longtemps par son mari, elle avait servi en qualité de domestique dans diverses maisons.

   Le 4 novembre 1825, en l’absence de ses maîtres, elle se rend dans la boutique d’un fruitier nommé Belon, dont la femme tenait entre ses bras une petite fille âgée de dix-neuf mois. Henriette caresse l’enfant, prie la mère, qui résiste d’abord, de le lui confier, ajoutant qu’elle s’en amusera. Couvrant toujours l’enfant de ses baisers, elle l’emporte dans sa cuisine, de là dans sa chambre, où, le posant sur son lit, elle lui tranche la tête, et dépose ensuite le cadavre sur le carreau. Quand la malheureuse mère vient redemander sa fille :  » Elle est morte  », lui répond froidement Henriette, et après que la femme Belon s’est convaincue de son malheur :  » Sauvez-vous, dit encore Henriette, vous serviriez de témoin.  » Puis, ramassant la tête de l’enfant, elle la jette par la fenêtre ; le père lui-même la voit tomber, et la recueille.

Interrogée sur les motifs qui avaient pu la porter à commettre ce crime, Henriette n’en allégua jamais d’autre que sa volonté, une idée vague, sa destinée. Elle comparut le 27 février devant la cour d’assises ; mais un supplément d’instruction sur son état mental ayant été reconnu nécessaire, la cause fut renvoyée à une autre session. On transféra l’accusée dans l’hospice de la Salpêtrière, où sont traitées les femmes aliénées ; c’est là que les docteurs Esquirol, Adelon et de Pressac ont eu la facilité d’examiner son état moral, et de compléter l’instruction sous ce rapport.

Le 24 juin 1876, Henriette Cornier fut amenée de nouveau sur le banc des accusés. Interrogée par la Cour, elle ne nia pas un seul instant son crime : un oui, brièvement articulé, fut sa réponse sur tous les faits connus ; mais Henriette Cornier s’attacha toujours à éloigner les circonstances qui auraient pu constituer la préméditation : on put remarquer en cela beaucoup d’ordre dans ses réponses.     Six médecins, interrogés par le tribunal sur l’état d’Henriette, ne purent affirmer qu’elle fût atteinte de folie ou de monomanie (, la monomanie est un délire caractérisé par une préoccupation unique ) ; mais ils soutinrent l’existence de cette dernière maladie, et en citèrent des exemples.

Défendue par un avocat habile, Henriette Cornier fut déclarée coupable d’homicide volontaire, commis sans préméditation, et condamnée à la peine des travaux forcés à perpétuité et » à la flétrissure  » ( une peine afflictive et infamante, consistant en une marque au fer rouge sur le condamné ) . Elle entendit sa condamnation, comme elle avait commis son crime, sans manifester la moindre émotion.

Les cénotes du Yucatan ?…

   Je découvre :

Les cénotes du Yucatan sont des gouffres formés par effondrement de réseaux souterrains, des dolines donnant accès à des lacs et rivières souterraines.

   Il existe des cénotes dans d’autres parties du monde, mais cette région du Mexique en abrite de nombreux, formés à la fin du dernier épisode glaciaire il y a 10000 ans.

   Des bassins naturels en milieu karstique (comme la colline de la lune) qui peuvent faire plusieurs centaines de mètres de profondeur.

  Si certains ont une grande ouverture sur l’extérieur, d’autres ne présentent qu’un petit orifice, laissant parfois filtrer un rayon de soleil ou le passage de spéléologues.

   Eclairant parfois stalactites et stalagmites pour les plus souterrains.

   Des lieux mystiques pour les Mayas qui les considéraient comme des voies d’accès aux enfers et y pratiquaient des rituels voir des sacrifices humains.

    Aujourd’hui, ce sont des lieux de baignade et de plongée aux accès souvent règlementé car sensible à l’environnement, protégés pour la plupart par l’institut nationale mexicain d’anthropologie et d’histoire.

__________________________

Les-cenotes-du-Yucatan-1-cenote-ik-kil Les cénotes du Yucatan

Les-cenotes-du-Yucatan-2-cenote-ik-kil Les cénotes du Yucatan

Les-cenotes-du-Yucatan-3-cenote-ik-kil Les cénotes du Yucatan

Les-cenotes-du-Yucatan-4-cenote-ik-kil Les cénotes du Yucatan

Les-cenotes-du-Yucatan-5-cenote-sac-actun Les cénotes du Yucatan

Les-cenotes-du-Yucatan-6-cenote-suytun Les cénotes du Yucatan

Les-cenotes-du-Yucatan-7-cenote-suytun Les cénotes du Yucatan

Les-cenotes-du-Yucatan-8-cenote-zaci Les cénotes du Yucatan

Les-cenotes-du-Yucatan-9-cenote-zaci Les cénotes du Yucatan

Les-cenotes-du-Yucatan-11-gran-cenote-tulum Les cénotes du Yucatan

Les-cenotes-du-Yucatan-13-rio-secreto Les cénotes du Yucatan

Passage tardif cette nuit car…

….même si certains / beaucoup pensent que  » çà  » ne vaut pas la peine de regarder ce genre de  » truc  » à mon âge , j‘ai pris du plaisir en regardant  » le seigneur des anneaux  » ( adapté du roman de Tolkien , que j’ai lu X fois aussi  ) !

Le Seigneur des Anneaux :

    Le Seigneur des Anneaux (The Lord of the Rings) est un roman en trois volumes de J. R. R. Tolkien paru entre 1954 et 1955, bien qu’il doit être considéré comme un seul livre. Quoique les deux histoires puissent être lues de façon indépendante, il est la suite de Bilbo le Hobbit, suite demandée par son éditeur à Tolkien .

Auteur: J. R. R. Tolkien
Chapitres: 62 répartis en 6 livres, parus en 3 tomes
Illustrateur: Tolkien lui-même
Parution: 1954-1955 ( 1955 = année de ma naissance
   Tolkien

   Qui était L’auteur de la trilogie   » le seigneur des anneaux  »

indeJ.R Tolkien

   De nationalité anglaise ; Royaume-Uni Tolkien est né à Bloemfontein en Afrique du sud , le 3/01/1892….Il décédera à Bournemouth le 02/09/1973  à l’âge de 81 ans

  John Ronald Reuel Tolkien, plus connu sous sa signature : J. R. R. Tolkien,est un écrivain, poète, philologue et professeur d’université anglais.

    Il est principalement connu en tant qu’auteur des romans de high fantasy Bilbo le Hobbit et Le Seigneur des anneaux.

Tolkien fut professeur d’anglo-saxon à l’université d’Oxford (Pembroke) de 1925 à 1949, et professeur de langue et de littérature anglaise à Merton de 1945 à 1959.

   Ami proche de C. S. Lewis, il est, comme lui, membre du groupe littéraire connu sous le nom d’Inklings. Tolkien est nommé commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique par la reine Élisabeth II le 28 mars 1972.

  Après sa mort, son troisième fils Christopher publie plusieurs ouvrages basés sur les nombreuses notes et manuscrits inédits de son père, dont Le Silmarillion.

   Avec Bilbo le Hobbit et Le Seigneur des anneaux, ces livres forment un ensemble uni de récits, poèmes, essais et langues construites concernant le monde imaginaire d’Arda, dont la Terre du Milieu est le continent principal. Dans les années 1950, Tolkien donne le nom de   » legendarium  » à ces écrits.

   Ses ouvrages ont eu une influence majeure sur les écrivains de fantasy ultérieurs. En 2008, le Times l’a classé sixième d’une liste des   » 50 plus grands écrivains britanniques depuis 1945″.