Le père Noël ?

  Quelles sont les origines du Père Noël ?

   Les enfants qui ont été sages cette année encore, le Père Noël père Noël visagedevrait descendre de son traineau leurs  apporter des cadeaux ( les adultes aussi ? ) . Tout le monde voit à quoi ressemble « Santa Claus », mais  d’où il vient il ?
    Ce serait  au Haut Moyen-Âge que la fête de Noël prend ses racines. Si s’échanger des cadeaux autour d’un bon repas constitue une tradition païenne, la première figure de légende qui nous ramène au Père Noël voit le jour en Turquie en l’an 270 : il se prénomme Saint-Nicolas  St Nicolas, devenu évêque au cours de sa vie. On lui attribue plusieurs miracles qui lui valent d’être canonisé.
     Saint-Nicolas, le « patron des écoliers », se charge le 6 décembre de chaque année de récompenser les enfants sages avec des friandises et des jouets. Il a la même barbe blanche que le Père Noël, mais pour ce qui est de la tenue -mauve- ou de son mode de déplacement (un âne ),  » on repassera  »….
    Au XVIé siècle (très longtemps après sa disparition donc), la réforme protestante met fin à la fête de la Saint-Nicolas. Seul un pays d’irréductibles hollandais garde cette tradition et fait de Saint-Nicolas un personnage semi-laïc :  » Sinter Klaas  ».        Un nom qui traverse l’Atlantique, lorsque des immigrants du Pays-Bas débarquent en Amérique.
    Clément Clarke Moore  Clément C.More, Thomas Nast   Thomas nast more, quand le rêve américain opère :
   De l’autre côté de l’océan, où on s’habitue vite à cette joyeuse fête, la date de la distribution des cadeaux glisse peu à peu vers le 25 décembre. Le pasteur Clement Clarke Moore démocratise le personnage de  » Sinter Klaas » grâce à deux textes ( publiés en 1821 et 1823 ) qui le rendent plus débonnaire et le renomment  » Santa Claus  ». Afin de le rendre encore plus irrésistible, le légendaire Santa Claus est affublé d’un bonnet et de rennes pour tirer son traîneau rempli de présents.( On y est presque ) !
   L’image de Santa Claus se transforme de plus en plus pour donner le père Noël que l’on connait aujourd’hui. D’abord John Tenniel et Thomas Nast, deux illustrateurs de la presse dans les années 1880, en tire le portrait d’un vieillard bedonnant, vêtu d’un costume bordé de fourrure blanche et retenu par un large ceinturon de cuir. Thomas Nast établit également, en 1985, la résidence de cette nouvelle version de Saint-Nicolas au pôle Nord.
   Du vert au rouge pour une bouteille, des USA à la France  » pour une tragédie  ?  »
Ne restait plus qu’à s’arranger sur la couleur de la tenue. Si au départ ça penchait vers du vert rappelant la teinte des sapins, la volonté de la marque de soda Coca Cola coca colad’en faire une figure de proue de sa campagne promotionnelle a fait pencher la balance vers la couleur de ses bouteilles : le rouge ! En France, le personnage n’est rendu populaire qu’après la seconde guerre mondiale, notamment grâce à la comptine « Petit Papa Noël », hit de l’année 1946.

Paroles ( H Dès )

Qui c’est qui cloue
Qui c’est qui scie
Qui c’est qui tape tape tape tape
Qui c’est qui fait
Des petits jouets
Pendant toute l’année

Qui c’est qui cloue
Qui c’est qui scie
Qui c’est qui tape tape tape tape
Qui c’est qui met
Les petits jouets
Dans la cheminée

Qu’a la barbe blanche
Et un grand manteau
Qu’a la barbe blanche
Et sa hotte sur le dos
C’est le Père Noël
Père Noël
C’est le Père Noël
Pour mon joyeux Noël

Qui c’est qui cloue
Qui c’est qui scie
Qui c’est qui tape tape tape tape
Qui c’est qui fait
Des petits jouets
Pendant toute l’année

Qui descend du ciel
Une fois par an
Qui descend du ciel
Pour tous les petits enfants

C’est le Père Noël
Père Noël
C’est le Père Noël
Pour mon joyeux Noël

Qui c’est qui cloue
Qui c’est qui scie
Qui c’est qui tape tape tape tape
Qui c’est qui fait
Des petits jouets
Pendant toute l’année

Qui vient par les toits
Sur son grand traîneau
Qui vient par les toits
Apporter les petits cadeaux

C’est le Père Noël
Père Noël
C’est le Père Noël
Pour mon joyeux Noël

 

 

 

 

Un petit sourire ?

…Sans aucun rapport avec Noël :

avion croquis

 

Un avion est sur le point de s’écraser , Il y a cinq passagers à bord mais seulement quatre  parachutes   parachute! :

Le premier passager dit :  » Je suis Messi , le meilleur joueur de foot du monde .Le foot à besoin de moi .Je ne peux pas mourir à cause de mes  » fans  »  » . Il prend le 1er parachute et saute .

Le deuxième passager , Hillary Clinton ,dit  » Je suis la femme de l’ancien président des U.S.A ,sénateur de New York , et peut-être la prochaine présidente de l’Amérique  » . Elle pend le deuxième parachute et saute .

  Le troisième  , dit :  » Je suis le chef de l’Etat français . J’ai une immense responsabilité en politique intérieure comme internationane . De plus , je suis le président le plus intelligent de toute l’histoire de mon pays. Pour mon peuple, je ne peux pas mourir  » Il prend un parachute et saute ….

  Le quatrième passager ,la pape , dit au 5ème passager , un petit écolier :  » Je suis déjà vieux . J’ai vécu toute ma   vie en bon chrétien …..Je te donne donc le dernier parachute  » …

……

……

Et le petit garçon répond :

 » Il n’y a pas de problème . Vous avez aussi un parachute …….Le président le plus intelligent de France a sauté avec mon cartable   » cartable

 

 

La bûche de Noël ?

  Pourquoi le dessert à Noël est souvent une bûche ( patissière ou glacée ) ? D’où vient cette coutume / tradition ?

 Origines de la bûche de Noël :

   Tout comme la dinde, le foie gras et les huitres, la bûche de Noël fait depuis longtemps partie des incontournables des repas familiaux ( presque tous ! ) et se consomme lors de la fête de » la Nativité  » .

Une tradition païenne du Moyen Âge ?
    Si la bûche de Noël fait aujourd’hui partie intégrante des vieilles coutumes culinaires de la fête de Noël , c’est parce que cette pratique était déjà très courante au Moyen Âge.

Il n’y a pas de date précise concernant la mise en place de cette tradition. Mais il semble certain  qu’elle est d’origine païenne et qu’elle se rencontrait surtout dans le nord de l’Europe.

Faisant partie des rites cérémoniels du feu, la buche était alors appelée  » Yule, Licht, ceppo, ou tréfeu  » selon la région. Cet évènement célébrait à cette époque l’arrivée du solstice d’hiver. En effet, comme le solstice annonçait l’arrivée de la très longue et rude période hivernale, chaque foyer brulait de grosses rondelles de bois pour tenir les maisons au chaud. Et une fois l’énorme bûche de bois coupée et ramenée au logis, maîtres, domestiques, parents, familles, proches et voisins se retrouvaient de manière conviviale autour de ce grand feu.

C’est vers le douzième siècle,que la pratique aurait été reprise par l’Église catholique.     Mais cette fois-ci, pour donner un caractère chrétien à ce rituel, les buches étaient arrosées d’eau bénite par les religieux avant d’être brulées. Le feu devait être alors alimenté de manière régulière, mais surtout il devait brûler continuellement dès le 24 décembre au soir, jusqu’à l’épiphanie.fire Et selon la tradition, c’était aux jeunes filles de la famille que revenait la responsabilité d’allumer la bûche, à l’aide de restes de tisons des bûches du Noël précédent, précieusement gardés !

La bûche de bois transformée en pâtisserie :

     La sélection du bois pouvant faire office de bûche ne se fait pas au hasardA l’origine de cette tradition, ce sont les arbres fruitiers comme le merisier et le pommier qui étaient les plus utilisés. En plus, privilégier ces essences de bois, c’était aussi s’assurer d’une très bonne récolte l’année suivante. Le choix et la coupe de la tronche d’arbre est alors une véritable affaire de famille : la participation tant des grands que des petits était très sollicitée.

Sinon, toujours dans le respect de la tradition du bois, il devait être coupé avant le lever de jour et il devait être décoré de feuillage avant de le brûler. D’ailleurs, pendant sa combustion dans l’âtre de la cheminée, on n’hésitait pas à l’arroser de vin et de sel pour conjurer les mauvais sorts. Au dix-neuvième siècle lorsque les grandes cheminées ont cédé leur place à des systèmes de chauffage plus modernes comme les poêles en fonte, les grosses bûches ont été alors remplacées par une petite rondelle de bois.

    Les bûches ont alors été décorées de mousses en rappel de cette vieille coutume, mais aussi en guise de décoration de Noël sur les tables de repas pendant la veillée et les repas de Noël. Et c’est aussi à cette époque qu’un pâtissier français de la région Poitou-Charentes décida de remplacer la bûche par une pâtisserie.               Toutefois, c’est seulement en 1945 que la bûche de Noël fut présentée sous la forme que nous la connaissons aujourd’hui :  un gâteau roulé buche pâtissière. Traditionnellement, cette gourmandise est composée de biscuit génoise couvert de crème au beurre et décoré de feuilles de houx. Mais aujourd’hui, ce gâteau se décline en mousse de fruits, en génoise au chocolat, en nougats glacés, ou en tiramisu.