» Chercher midi à quatorze heures  » …

  = > Faire des recherches inutiles sans fondement et sans résultat ; en un mot, se donner beaucoup de peine pour rien
  Il ne se trouve dans le monde que trop de gens qui se perdent, faute de savoir se contenter de la réalité ; qui ne sont satisfaits de rien et se créent des difficultés à propos de tout, même à propos des choses les plus simples.
  Ce proverbe viendrait de l’usage qui existait encore en Italie, au XVIIIe siècle, de compter par vingt-quatre heures, d’un lever du soleil à l’autre, au lieu de compter cet espace de temps en deux fois (deux fois douze) comme nous le faisons.

La première heure était celle qui suivait le coucher du soleil et on comptait jusqu’à 24. On appelait alors une heure celle que nous appelons la septième. En parcourant les 12 heures, on arrivait à l’heure de midi ; mais elle ne pouvait se trouver à 14 heures puisque le cadran n’est divisé qu’en douze parties.
   Les Romains disaient : In scirpo nodum quaerere, ce qui signifie :  » Chercher un nœud dans un jonc  ».

Nos ancêtres disaient :  »Chercher cinq pieds à un mouton  ». 

   Vers de Voltaire destinés à servir d’inscription à un cadran solaire placé sur la façade d’une auberge : cadran solaire mur

                                                    Vous qui fréquentez ces demeures,
                                                    Etes-vous bien ? Tenez-vous y,
                                                    Et n’allez point chercher midi
                                                     A quatorze heures.

 

Presque rien……

Partout gronde la colère     
Tout devient une affaire
Un seul mot
Et le monde devient chaos.   casquebleu
Il suffirait pourtant
De sourire un instant
Et rire par moments
Pour apaiser les maux.
D’un geste souple
D’un regard doux
Soyeux comme du velours
Qui calme le courroux
Et détend la houle.
Il suffirait d’un rien
Pour que tout
Devienne aérien
Comme une caresse sur la joue.