Après ce billet sans grand intérêt…

….. l’ermite va prendre les rails le menant sous la couette ….

Mais avant , le léger sourire habituel ? ( vraiment léger ! )

Une dame est assise dans la salle d’attente de son nouveau dentiste , elle remarque le diplôme de ce dernier accroché au mur , le nom du prtaticien y est inscrit …Là elle se souvient d’un grand brun portant ce nom qui était dans sa classe au lycée une trentaine d’années avant , comme elle avait  » craqué  » pour ce garçon à l’époque , elle se demande si c’est lui ?  Une fois dans la salle de soins , elle écarte aussitôt cette pensée : Cet homme aux cheveux grisonnant , dégarnis avec le visage marqué par de profondes rides est bien trop vieux pour avoir été son amour secret . Quoique…Après qu’il ait examiné sa dentition , elle lui demande si il est allé dans son lycée .

–   » Oui  » , répond – il 

–  » Quand avez vous eu votre BAC ?  » Lui demande la femme 

–  » En 1965 répond le gars , pourquoi cette question ?  »

–  » Alors vous étiez dans ma classe !  » s’exclame – t – elle !

– Alors , le dentite répond à la dame  » Vous étiez prof de quoi ?  »

Déconfite , la brave dame quitta le cabinet en se jurant de changer de dentiste …..

 

 

Sur les rails ?

  Pendant qu’un Anglais s’efforçait , au milieu de Paris , à faire manoeuvrer une des premières voitures à ressort  sans vrai succès , un Français ( nommé Beaumont je crois) partait en Angleterre vers 1630 et , dans les environs de Newcastle , installait ,dit on , le premier chemin à rails précurseur du réseau qui servira deux siècles plus tard de  » ceinture  » au monde entier !

  La différence entre cette première  » route  » n’était différente de celles que nous connaissons aujourd’hui  que par la nature de ses rails faits en bois ! Elle fut mise en place pour le service des houillères du Northumberland ….Là elles sevaient à rendre plus facile le mouvement des lourds chariots chargés de houille : Un seul cheval était nécessaire au lieu de deux , parfois trois . Ainsi ,un seul cheval pouvait descendre de 4 à 5 chariots => gain de temps et avantage incontestable pour les négociants …

  Ces économies pour le transport  firent le succès de l’idée de Beaumont . Un siècle environ après sa mise en circulation , le système était adopté, mis en place dans un grand nombre de houillères anglaises .En 1730 , chacune d’elles en possèdait un . Le système était pratiquement le seul utilisé dans le houillères de Newcastle à la fin du 17 ème siècle : Les tranports se faisaient suer ces rails parfaitement droits et parallèles le long de la route , depuis la mine jusqu’à la rivière ….Vers 1738 , le système fit un progrès important : Au lieu de rails et roues  en bois ( qui s’usaient rapidement ) , on commença à se servir de roues et rails en fonte ……….ces  » routes  » étaient nommées  » routes à ornières de fer  » . ensuite, dit on , on remplaça ces  » ornières de fer  » par des bandes posées à plat (  » tram-ways  » ) avec un rebord intérieur qui empêchait les roues de dévier et enfin , les ingénieurs supprimèrent ce rebord préfèrant une  » gorge  » faite à la circonférence  des roues . D’où le nom de  » rail-ways  » gardé par les chemins de fer ….Début octobre 1839 , Mr Bertrand – Geoffroy  déposait un brevet d’invention pour ce système ….Lorsque les Etats Unis l’adoptèrent , Bertrand – Geoffroy cria son indignation ….

Il n’en reste pas moins pourtant , que le seul volé était Beaumont l’ingénieur français de Newcastle en 1630 !!

 » Le quart d’heure de Rabelais  » ?

Vous connaissiez cette expression ? 

Moi non ! ( Il faut avouer qu’elle est assez peu utilisée. )

Alors ,après recherches sur le net  et ailleurs :

  Le « Quart d’heure de Rabelais » désignerait  le moment pour le moins  délicat où il faut s’acquitter d’une créance tandis qu’on sait qu’on en est incapable par manque de fond  et aussi ,se tirer d’ une situation délicate dont il faut trouver le moyen de se sortir.

   Mais ,  quel est donc le lien entre Rabelais Rabelais (François de son prénom, prêtre catholique, également médecin  !) et écrivain humaniste connu pour être le   »papa  » des célèbres Pantagruel (1532) et Gargantua (1534)  et cet instant où il est question de mettre la main à sa poche… vide ?

Et bien une anecdote plutôt cocasse et qui semble vraie  :

   En 1536, après un séjour de quelques mois en Italie, Rabelais dut rentrer en France, semble t’il pour porter au roi François-1er un message de l’ambassadeur romain.

  Mais ses finances n’étant ( on s’en doute ) pas florissantes, arrivé à Lyon le pauvre Rabelais était littéralement fauché.
(Vous noterez la pingrerie de l’ambassadeur qui ne lui fila même pas un ticket resto pour le voyage !) lol 

     » Notre  » médecin dut trouver une astuce   pour trouver le moyen de gagner la capitale malgré cette situation.

   Un soir, dans une auberge  qu’il ne pouvait évidemment pas payer, Rabelais aurait laissé bien en évidence dans sa chambre, plusieurs petits sachets de sucre et fioles étiquetés : « Poison pour le Roi » et « Poison pour la Reine »

  Les soubrettes prévinrent évidemment leur patron qui, en loyal sujet de sa majesté, ne manqua pas de prévenir à son tour la garde qui arrêta Rabelais sur le champs.

  Accusé de comploter contre le couple souverain et de vouloir attenter à leur vie, la garde organisa illico le rapatriement de Rabelais jusqu’à la seule cour de justice en mesure de condamner un tel crime qui se trouvait… à Paris !
  François-1er,François 1er ami avisé de Rabelais, en aurait tellement ri qu’il aurait payé toutes les créances du poète sans discuter en remerciement de son fou rire !

Sympa François…? !