çà s’est passé il y a ….

46 ans ! :

  Le 3 avril 1973 , Depuis Manhattan  à New-York , l’ingénieur Martin Cooper ( alors directeur général de la division communication de  » Motorola  » ) passait un appel avec la premier téléphone portable de l’histoire ! Révolutionnaire ? Assurément  . l’appreil pèse alors environ 1Kg ,surnommé «la botte» à cause de sa forme, ou «la brique», à cause de son poids,  faisait 22 centimètres de long et sa batterie mettait 10 heures à charger pour 3 5 minutes de conversation , l’apareil ne sera mis sur le marché qu’en1983 !  Il faudra encore attendre pour que le fabricant sorte un modèle accessible à tous …..

 

PS: En 2013 ,900 million de smart phones ont été  vendus dans le monde ! 

 

 

 

On dit que …..

 ( Un seul  » like  » sans commentaire  sur ce billet et ceux à venir , et je bloque TOUT )

 

    La tradition veut qu’à Paques , on déguste un gigot d’agneau  souvent …….

Mais, peut-être avons nous déjà goûté sans le savoir une tranche d’agneau génétiquement modifié avec une protéine de méduse ! Bien que l’ Inra ( institut national de recherche agronomique ) soit incapable de dire dans quelle assiette a pu terminer l’agnelle en question, on connait au moins sont nom : Rubis ; on sait aussi que sa viande est sortie d’un abattoir francilien .

A l’origine de cette affaire invraisemblable , il y a  » Mouton vert  » , un programme de recherches expérimentales sur les animaux à des fins thérapeutiques  pour les humains . c’est dans ce  » cadre  » que naquit en 2010   » Emeraude  » , une agnelle génétiquement modifiée  à l’aide d’une protéine provenant d’une méduse ! .Cette protéine , qui permet notamment de modifier la peau pour la rendre transparente , était utilisée pour étudier les greffes dans le cadre d’insuffisances cardiaques . 

Emeraude mit bas plusieurs petits , tous porteurs du gène modifié  , parmi eux , Rubis  née au printemps  2014 . Mais , quelques mois plus tard , l’impensable se produisit : Par vengeance , un employé du cheptel des ovins-caprins du centre de recherche ajouta Rubis à un cheptel sain qui pris la direction de l’abattoir ! Son chef d’équipe , alors en congé , préféra cacher  l’information à ses supérieurs , par peur de ne pas être titularisé ! Une semaine après, la viande fut vendue par l’abattoir et le salarié finit alors par se dénoncer . Bien que l’affaire pose des questions pour ce qui est de la surveillance alimentaire , l’Inra affirma que  » Rubis  » ne représente pas de risque sanitaire à la consommation …..

Mêêêêê Non !