De quoi mourir de surprise !

« Vous n’allez pas pouvoir vous faire rembourser, car sur votre carte Vitale, il y a écrit que vous êtes mort ! » s’exclame ce pharmacien installé à Poitiers (Vienne) face à son patient. Or Guy Giraud est bien vivant, comme a pu le constater France Bleu Poitou, mardi 18 novembre.Guy Giraud a en fait un homonyme résidant en Charente-Maritime. Or le Guy Giraud charentais est mort en septembre dernier. Mais c’est le Guy Giraud poitevin, pourtant encore en pleine forme, qui a été rayé des fichiers de sa caisse maladie et patrimoine. L’homme, âgé de 85 ans, s’est rendu compte de la méprise la semaine dernière, lorsqu’il s’est rendu chez son pharmacien pour retirer ses médicaments habituels.

Même nom, même date de naissance, même travail

     Très rapidement Guy Giraud, de Poitiers, comprend d’où vient l’erreur. En 1999, il avait déjà reçu une mauvaise carte vitale. Elle devait revenir à Guy Giraud, né comme lui le 26 juin 1930, mais pas au même endroit. Les deux Guy Giraud sont en fait nés le même jour. Et pour compliquer encore un peu plus la situation, les deux hommes au même nom et du même âge avaient la même profession. Ils étaient tous deux cheminots.

Ces éléments expliquent pourquoi l’administration considère Guy Giraud de Poitiers comme étant mort. Résultat : le Poitevin doit aujourd’hui prouver qu’il est bien vivant. Il a commandé un extrait de naissance qu’il attend désormais avec impatience. Mais toute cette histoire n’entame pas l’humour de l’octogénaire. « Vous voyez, ils veulent à tous prix m’envoyer au paradis, mais il ne veulent pas de moi, là-haut ! » a-t-il déclaré à France Bleu.